samedi 15 novembre 2014

Norman Finkelstein sur l'Occident & l'Islam (VOSTFR)



Extrait d'une conférence de Norman Finkelstein à Toronto, 7 Novembre 2014


Répondant à une question de l'audience sur les propos du présentateur TV américain Bill Maher, très critique à l’égard de l’Islam et des musulmans, Norman Finkelstein soutient que l’Islam porte des valeurs saines qui pourraient revigorer un Occident décadent.




Retranscription :

Tous les jeunes que je connais... Tous les jeunes que je connais qui ont entre 25 et 35 ans, absolument tous, sont sous antidépresseurs. Zoloft, Respitol... (rires dans l'audience). Tous sont déprimés. D'ailleurs, pas sous UN seul antidépresseur. Je ne veux pas gêner qui que ce soit dans la salle, mais si vous avez entre 25 et 35 ans – je suis sérieux, je ne plaisante pas –, vous êtes probablement sous un cocktail d'antidépresseurs. Vous en prenez 2 ou 3, voire 4 ou 5.

Tout le monde est sous antidépresseurs, mais notre société est si parfaite que cela, M. (Bill) Maher ? Elle est si parfaite ? Nous n'avons rien à apprendre des musulmans ? Ils sont si arriérés, si primitifs ?
Vous savez, je ne peux pas accepter de tels propos. Il y a beaucoup de choses (très positives) dans la communauté musulmane, en particulier leur solidarité sociale, leur respect pour les adultes, leur respect pour la famille.

A titre personnel, j'ai eu des expériences très inspirantes.

Une fois... Je me souviens que j'étais avec une famille musulmane, dans un événement comme celui-ci. Le gars avait à peu près 26 ans, et nous sommes sortis de cet événement, et tout à coup... il a commencé à paniquer :

« Où est ma mère ?!... Où est ma mère ?!... »

Ok, ça avait duré à peine 30 secondes... Maman s'est juste un peu éloignée (rires dans l'audience)

Il y a (chez eux) une sorte de sens de la responsabilité familiale. Je lui en ai parlé dans la voiture, et il m'a dit :

« Eh bien dans le Coran, il est dit que les parents doivent être placés juste après Dieu... » ...ou bien « Après Dieu, il y a la famille. » 
Vous savez, en Occident, en Occident... c'est « après Dieu... » – bon, il n'y a pas de Dieu – (rires dans l'audience). A la place de Dieu, à la place de Dieu, on place nos parents dans une maison de retraite (rires).

C'est comme ça qu'on s'occupe de nos parents. On les balance dans l'une de ces grandes... l'un de ces endroits... appelez-les comme vous le voulez, qui ont des fleurs partout sur les murs, et où il y a un grand signal lumineux invisible où on pourrait lire : « Attend de mourir... »
Voilà ce qu'est une maison de retraite... pour ceux qui considèrent les choses franchement.

Donc je... Je ne vais pas être... réprobateur.

Je pense que les gens peuvent être tout aussi fanatiques dans leur laïcité qu'ils peuvent être fanatiques dans leur religion. Et le fait est qu'au 20e siècle, la plupart des crimes du 20e siècle, au cours du 20e siècle, la majorité des grands crimes furent commis par des fanatiques laïques, des fanatiques bureaucratiques, et non pas des fanatiques religieux. Les crimes commis au 20e siècle au nom de la religion sont comparativement assez marginaux, mineurs. Ceux qui ont été commis par des fanatiques laïques, les guerres mondiales, etc., ils furent commis par des personnes qui n’étaient aucunement religieuses.


Conférence complète (« L’Egypte et Gaza entrelacés ») : https://www.youtube.com/watch?v=FsIvt5Qjuec&list=PLY59wqrDv6Kfowttk4AQEk2-73uLsB_1x&index=1

Extrait original : https://www.youtube.com/watch?v=4hNAxOMpz5M

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire