mercredi 17 décembre 2014

Hassan Nasrallah : les principales victimes de l'Etat Islamique sont les musulmans sunnites



Discours de Sayed Hassan Nasrallah à l'occasion de la commémoration de 'Ashura, le martyre de l'Imam Hussein - 27 octobre 2014

Deuxième partie 


Edition & traduction : http://www.sayed7asan.blogspot.fr






Retranscription :

[...]


Eh bien, nous devons donc faire face à ce mouvement (l’Etat Islamique) et à ce phénomène. Il est vrai, comme on le dit parfois dans le monde, dans les mosquées –on le dit parfois comme un fait et une vérité, mais il arrive aussi qu’on le dise pour échapper à ses responsabilités et exagérer la situation–, il est vrai qu’il ne faut pas se contenter de traiter les conséquences, mais qu’il faut également traiter les causes. C’est la vérité. Et c’est de cela que je veux parler ce soir.

Il est vrai qu’il faut traiter les causes, les causes de la propagation de ces mouvements et des forces takfiries dans le monde islamique, et même en-dehors du monde islamique. Quelle en est la cause ?
Bien sûr, il y en a qui disent qu’il y a des causes politiques : l’état actuel des régimes et des dirigeants, leurs actes, les crises économiques, les crises sociales, la pauvreté, le chômage, puis la domination d’Israël, son occupation de la Palestine occupée, son bafouement de la dignité de la communauté (musulmane) depuis plus de 60 ans, etc. Bien sûr, tous ces éléments peuvent faire partie des causes. C’est possible. Je ne nie pas cela –même si, je tiens à le dire en guise d’introduction rapide, il semble que la question de l’occupation israélienne de la Palestine n’ait rien à voir avec tout ça. La preuve en est que les membres et les dirigeants de ces mouvements takfiris n’accordent absolument pas la moindre importance à la Palestine, ni à Jérusalem ni à la lutte contre Israël, et ils n’ont jamais combattu le projet sioniste ou l’ennemi sioniste, jamais une seule fois. Cela démontre que ces mouvements ne constituent pas une réaction à l’occupation des juifs –je veux dire l’occupation des sionistes (pardonnez-moi ce lapsus)– à l’occupation de la Palestine par les sionistes, non !

Même les causes politiques, sociales, économiques et financières peuvent être remises en cause. Certes, elles ont eu un impact sur les circonstances. Si nous voulons être réalistes, elles ont créé les circonstances, les arguments ou les prétextes. Mais ce n’est pas là la cause véritable. En cette nuit consacrée à (l’Imam) Hussein, proclamons donc la vérité, même si cette vérité que je m’apprête à dire, et que d’autres que moi affirment, va en fâcher beaucoup. Mais aujourd’hui, il est indispensable que nous appelions les choses par leur nom. Car en ces temps de graves discordes, et de l’amalgame du vrai avec le faux, la responsabilité de chacun est de désigner l’erreur comme fausse, et la vérité comme vraie.

La cause (de la propagation de ces mouvements takfiris) est principalement d’ordre doctrinal, culturel, idéologique. C’est-à-dire, en d’autres termes –entrons directement dans le vif du sujet–, (la cause en est) que depuis 200 ans, ou un peu plus, depuis 300 ans environ jusqu’à ce jour, un nouveau mouvement, une nouvelle école, un nouveau courant idéologique a été fondé dans le monde arabe. Ce mouvement de pensée a par la suite accédé au pouvoir, et aux ressources d’un Etat. Et depuis 100 ans, ce courant idéologique oeuvre à son implantation, à son renforcement et à la diffusion de ses conceptions et de ses idées partout dans le monde. Dans le monde musulman et dans tous les endroits du monde.

Naturellement, on lui a créé des écoles, des collèges, des instituts, des universités partout dans le monde. Des moyens et facilités légales, politiques et administratives lui ont été fournis partout dans le monde. Des centres d’étude ont été fondés et des conférences ont été tenues pour sa diffusion depuis 100 ans partout dans le monde. Des dépenses... –laissons plutôt l’aspect financier pour la fin. On a fondé pour lui des journaux, des maisons d’édition, des magazines, des médias, jusqu’à des chaînes satellites et des sites Internet partout dans le monde. Pour la diffusion de cette idéologique, des dizaines voire des centaines de milliards de dollars ont été dépensés sur ces 100 années, partout dans le monde. C’est là que tout a commencé. Il est vain de se voiler la face et de dire qu’il y a tel dirigeant ici qui fait ceci, tel régime là qui fait cela, tel gouvernement ici, telle situation économique, que sais-je encore... Ce ne sont là que des circonstances qui ont pu faciliter les choses, mais la source du problème est là-bas.

Sur quoi cette idéologie est-elle basée ? Elle repose sur le takfir (accusation d’apostasie) de tous ceux qui n’y appartiennent pas, et, par conséquent, elle rend licite l’atteinte au sang (à la vie), aux biens et à l’honneur (aux femmes) de tous ceux qu’elle a accusés d’apostasie. Tel est le problème. Plus encore, ce mouvement a adopté une voie takfirie qui accuse d’apostasie les gens et la plupart des musulmans pour les raisons les plus infimes et les plus triviales, s’opposant ainsi frontalement aux usages et au consensus unanime des musulmans à travers l’histoire.

Je vais vous donner des exemples. Si quelqu’un dit : « O mon Seigneur, j’en appelle à Toi par ton Prophète et Bien-Aimé Muhammad (saas) » –et cette pratique d’intercession est attestée par les Compagnons (du Prophète), par leurs Successeurs, elle est attestée dans l’histoire des musulmans, auprès des sunnites comme auprès des chiites, car ce n’est pas une pratique présente seulement chez les chiites, que les jeunes ne se trompent pas, non. Eh bien, comment (les takfiris) considèrent-ils cette pratique ? Comme de l’associationnisme. Ca y est, (celui qui y recourt) est considéré comme un polythéiste. O mon frère ! Par Dieu, j’atteste qu’il n’y a d’autre Dieu que le Dieu Unique, que Muhammad est son Prophète, je crois en le Coran, en le Paradis, en l’Enfer, au Jugement Dernier, à la Récompense et au Châtiment (divins), je crois en le Coran, en le Prophète, en les Compagnons, en la Famille du Prophète, en toutes les sanctités de l’Islam, mais (le takfiri me rétorque) : « puisque tu intercèdes par le Prophète, que tu demandes son intercession, tu es un polythéiste ». Ca y est, tu es devenu polythéiste. Eh bien, si quelqu’un construit sur la tombe d’un Saint ou d’un Prophète de Dieu, par exemple, une pièce et un dôme, alors c’est un polythéiste. Si quelqu’un visite ces sanctuaires, c’est un polythéiste, car on le considère comme adorateur (de ces tombes).

Mais qu’il s’agisse des sunnites ou des chiites, lorsque, après le Hajj (pèlerinage à la Mecque), on se rend auprès du Prophète –saas– est-ce pour le saluer, ou est-ce pour l’adorer ? C’est une question extrêmement simple et claire, très claire. (Mais) non, c’est un polythéiste, c’est de l’associationnisme (disent-ils).

Eh bien, (considérons) les élections. Aujourd’hui, par exemple, il y avait des élections en Tunisie. Hier pardon, il y avait des élections qui dureront plusieurs jours. Selon ce courant jurisprudentiel et idéologique (takfiri), tout Tunisien qui participe aux élections est un mécréant.

Et vous vous souvenez, lors des années passées, lorsqu’ils ont interdit la participation aux élections irakiennes, ils ne disent pas que c’est un péché, un acte de désobéissance, ils disent que c’est de la mécréance (pure et simple). Pour n’importe quoi, ils accusent de mécréance. Les élections au Conseil législatif palestinien ? Mécréance ! Eh bien, les élections ? Mécréance ! Il y a des fatwas de certains savants de ce courant selon lesquelles l’appartenance aux Nations Unies est de la mécréance. Oh mon frère ! Dis que c’est un acte de désobéissance, une erreur, une faute... Non ! Mécréance !

Et maintenant, je vais vous surprendre encore plus –et ce que je vais dire est présent dans leurs livres de jurisprudence. Je n’invente rien. Par exemple, l’un des grands Muftis de ce courant (je ne vais pas donner son nom) déclare que quiconque considère que la Terre tourne autour du soleil... N’est-ce pas là ce que nous considérons tous ? C’est la science qui l’affirme ! Est-ce là une question religieuse, une question de dogme ? Non ! C’est une question scientifique. C’est l’astronomie qui fait ici autorité. Eh bien, les scientifiques ont découvert cela, et c’est un fait acquis aujourd’hui. Le monde moderne considère comme indiscutable le fait que la Terre tourne sur elle-même et tourne autour du soleil. « Quiconque prétend que la Terre tourne autour du soleil est un mécréant » (selon ce savant takfiri). Vous voyez ? (Ils accusent de mécréance) pour les motifs les plus triviaux. Tu leur réponds « Oh mon frère, doucement ! Par Dieu, je crois en Dieu, en Son Messager, en Ses Envoyés, en Ses Livres, en le Jour du Jugement, en le Paradis, en l’Enfer, etc., etc., etc. » Mais non, ça ne te sert à rien. Car tu considères que la Terre tourne autour du soleil. Tu es donc un mécréant. Je ne sais pas quelle est le niveau d’expertise de Daech (l’Etat Islamique) en géographie, en astronomie ou que sais-je encore.

Eh bien, j’ai lu moi-même, toujours dans les fatwas de ce grand Mufti (takfiri), une question à propos d’un journal qui rapporterait qu’une femme a vu son fils écrasé par une voiture et qu’elle vit un véritable enfer jusqu’à la fin de sa vie. C’est une simple description de la situation. Quelle est la fatwa à ce sujet ? « C’est de la mécréance manifeste ». C’est de la mécréance. C’est-à-dire que celui qui a écrit cela dans le journal est un mécréant. Il a apostasié par ces deux lignes d’information. Pourquoi ? Par Dieu, car il s’oppose à la volonté divine.

Je souhaite vous lire une page, ou du moins un extrait d’un livre écrit par le petit-fils du fondateur de cette école et de ce courant, et intitulé « Lettres et Fatwas ». Et il faut savoir qu’ils considèrent que tout ce qui n’était pas présent à l’époque du Prophète (saas) est une innovation. Et il a donc considéré –écoutez bien, étonnez-vous et soyez-en abasourdis, tout cela est présent dans leurs livres, ils les enseignent depuis 100 ans aux enfants, ils les étudient et leurs cadres même y puisent leur savoir, et c’est de là que Daech (l’Etat Islamique) et leurs semblables sont nés–, ce livre considère tous ces éléments comme des innovations qui rendent licite l’atteinte au sang (à la vie) des musulmans.
Eh bien, voyons donc de quoi il s’agit, quelles sont ces innovations calamiteuses qui rendent licite le sang de quiconque y recourt :

(1) élever la voix lorsqu’on prononce des bénédictions sur le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui et sa famille). [L’audience prononce des bénédictions sur le Prophète] Oui, élevez vos voix !

(2) La lecture du Coran après l’appel à la prière, depuis l’endroit où l’appel a été récité. C’est-à-dire que si le muezzin, après l’appel à la prière, reste à sa place et commence à réciter le Coran, c’est une innovation, de la mécréance, qui autorise l’atteinte à sa vie.

(3) Prononcer des bénédictions sur le Prophète (saas) après l’appel à la prière. C’est-à-dire que si après l’appel à la prière, qui se termine par « Il n’y a d’autre Dieu que le Dieu Unique », on récite « Et que les bénédictions de Dieu soient sur notre Maître et Prophète Muhammad et sa Famille noble et pure » ou même « et sur sa Famille et ses Compagnons », ou même sans évoquer sa Famille et ses Compagnons. Son problème n’est pas avec « sa Famille et ses Compagnons. » Si tu invoques les bénédictions sur Muhammad après l’appel à la prière, c’est une innovation, de la mécréance, qui rend licite l’atteinte à la vie des musulmans.

Et je me souviens qu’il y a quelques années, ici, dans les mosquées de Beyrouth, il y a eu des problèmes à l’intérieur d’une mosquée, et les gens se sont frappés à coups de bâton et de couteaux, car le muezzin invoquait les bénédictions de Dieu sur le Prophète après l’appel à la prière et certaines personnes ont considéré cela comme une innovation et de la mécréance intolérables.

(4) La lecture des traditions du Messager (saas) avant le sermon du Vendredi. Si l’Imam de la prière du Vendredi se lève, dit « Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux », et veut commencer son discours, si on lit des hadiths du Prophète, c’est une innovation.

(5) La lecture de l’histoire de la noble naissance du Prophète –qui se fait à l’occasion de son anniversaire, plus chez les sunnites que chez les chiites–, cette célébration de sa naissance, le fait que quelqu’un raconte cette histoire, la manière dont le Prophète est né, etc., etc., etc., c’est de la mécréance et une innovation, qui rend licite l’atteinte au sang (à la vie).

(6) Les invocations de rappel après la prière de Tarawih. Chez nos frères sunnites, il y a une prière recommandée durant le mois de Ramadan, la prière de Tarawih qu’ils prient dans la soirée. Si l’un d’entre eux fait des invocations de rappel après cette prière, c’est une innovation et de la mécréance.

(7) L’usage des chapelets. Ces chapelets sont une innovation et de la mécréance.

(8) La lecture de la sourate al-Fatiha (L’Ouverture) après la fin de la prière. Innovation et mécréance. Que reste-t-il encore ?

(9) Déverser de l’eau sur les tombes [pour nettoyer les pierres tombales, faire pousser des fleurs...].

Je continue ?

(10) La lecture de la sourate al-Fatiha (L’Ouverture) sur les morts. Tous les musulmans le font.

Maintenant, je ne sais pas si le reste des savants de ce courant et de cette école sont d’accord avec le petit-fils du fondateur de cette école ou non.

Et on dit également qu’un des grands savants de ce courant a tué un homme aveugle qui était un muezzin pieux doté d’une belle voix, et à qui il avait interdit de prononcer les bénédictions sur le Prophète (saas) au haut du minaret après l’appel à la prière, et comme il n’arrêtait pas, il a ordonné qu’on le tue et il a été tué. Puis il a déclaré : « Le rabâb (instrument de musique à corde) dans la maison d’une fornicatrice est moins grave que les bénédictions sur le Prophète (saas) récitées sur les minarets car le mal causé par le rabâb ne touche que celui qui en joue, alors que la bénédiction sur le Prophète est une innovation dont le mal touche quiconque en suit l’exemple ».

Si je veux continuer ainsi (à multiplier les exemples), on ne finira pas de sitôt. [L’audience prononce des bénédictions sur le Prophète]

Il y a donc un courant qui est apparu et qui a prononcé des accusations de mécréance contre les autres, et ils le reconnaissent eux-mêmes dans leurs écrits, comme le déclare un de leurs grands muftis, à qui on opposait : « Mais mon maître, tu apostasies les musulmans, ceux dont tu parles représentent 95 % des musulmans ! », et il rétorqua : « Et alors ? Les musulmans (véritables) sont les 5 % restants ».

Le statut des chiites (pour les takfiris) est connu [apostats]. Eh bien, qu’en est-il des sunnites ? Les Soufis sont des mécréants (selon les takfiris). Les Mu’tazilites sont des mécréants. Les ’Acharis, qui constituent la majorité des sunnites dans le monde aujourd’hui –sont considérés comme ’Acharis les adeptes de l’école d’Abu al-Hasan al Ach’ari, et qu’on appelle les ’Acharis– eh bien oui, ce sont des mécréants, et ils ne font pas partie des gens de la sunna et du consensus (sunnites).

Les gens de la sunna et du consensus (sunnites) ne sont que ces takfiris ou ceux qui suivent cette école et ce courant. Et ils n’acceptent pas que tu dises des autres musulmans sunnites qu’ils font partie des gens de la sunna et du consensus, non, ce sont des ’Acharis, ils ne font pas partie des gens de la sunna et du consensus.

Eh bien, ils accusent les musulmans de mécréance pour les raisons les plus triviales, la très grande majorité des musulmans, et pour quelles raisons ? Je n’ai pas pu les recenser toutes depuis hier, mais peut-être qu’un jour quelqu’un s’en chargera, et dressera une longue liste complète pour que les gens sachent (ce que professent ces takfiris).

Pour quelles raisons accusent-ils les gens de mécréance ? Pourquoi accusent-ils les musulmans, de tous les (autres) courants et de toutes les (autres) écoles, de mécréance ? Est-ce que vraiment ce sont là des raisons qui justifient l’accusation d’associationnisme et de mécréance contre les musulmans ?

Plus dangereux encore que cela, comme nous l’avons souligné à plus d’une occasion, lorsqu’ils ont déterminé que telles personnes sont associationnistes, c’est-à-dire que tous ces musulmans [95 %] sont des polythéistes, quelle en est la conséquence (pour eux) ? C’est qu’il faut les tuer.

Pour eux, rien d’autre n’a d’importance, ô mes frères. Ni l’occupation de la Palestine par les sionistes, car cette idéologie est plus ancienne que l’occupation sioniste de la Palestine. Cette histoire a déjà eu lieu à Najd (Arabie Saoudite, lieu où le wahhabisme est né au 18e siècle), dans le Hijaz, en Irak, dans la péninsule arabique, où les musulmans ont été tués, égorgés, leurs femmes ont été faites captives, leurs biens pillés, la majorité des victimes étant des sunnites, avant la venue (des sionistes), avant même la naissance de [Théodore] Herzl (fondateur du sionisme), et avant que le projet sioniste ne s’implante dans la région. Cela n’a rien à voir. (Le terrorisme takfiri) n’a rien à voir avec (le sionisme). Un courant idéologique est apparu et a déclaré : « Tous ces gens (musulmans) sont des associationnistes, et votre devoir est de combattre les polythéistes. Tuez-les où que vous les trouviez, où que vous les rencontriez ». Et ils justifient leurs actes en citant le Coran de la manière fausse et injuste (dont nous avons parlé). Et par conséquent, ils perpètrent leurs exactions, qu’ils considèrent comme leur devoir religieux et légal. Ils estiment que c’est leur responsabilité. Ils pensent qu’ils se rapprochent ainsi de Dieu. Et c’est pourquoi personne ne devrait sous-estimer ce problème.

Excusez-moi, mais je veux décrire les choses de manière concrète et réaliste. Nous savons ce qu’est une opération martyre (attaque suicide, kamikaze) [le Hezbollah n’y cible que les militaires]. Nous savons ce qu’implique une opération suicide. Et il n’est pas facile de trouver des volontaires pour effectuer une opération suicide. Personne ne devrait sous-estimer la situation et dire que ceux qui combattent avec Daech (l’Etat Islamique) ou Al-Qaïda dans plus d’un pays arabe et musulman, (il n’est pas juste de prétendre que) ce n’est qu’une question d’argent (mercenaires). Non, ce n’est pas une question d’argent. Pourquoi se voiler la face ? Ce n’est pas une question d’argent. Beaucoup d’entre eux combattent (sincèrement), au point de ne rien vouloir des débris de ce bas-monde éphémère. C’est vrai qu’il y en a qui courent après l’argent, le pouvoir, les biens matériels et la jouissance, et c’est une autre question, mais il y en a qui ne veulent rien de tout ça. Et la preuve est qu’ils sont capables de lancer 10, 20, 30, 40 kamikazes, peut-être sur un seul front ou une seule opération. Des centaines de kamikazes en quelques mois. Non, nous comprenons bien (la gravité de) cette question.

Ces gens-là croient que c’est une voie qui les mène à Dieu le Glorifié, le Très-Haut. Ils croient vraiment qu’ils vont au Paradis. Ils croient vraiment qu’ils vont dîner avec le Prophète –que les bénédictions de Dieu soient sur lui et sa famille. Ils le croient vraiment. Car celui qui n’en est pas persuadé ne va pas agir ainsi et aller faire de telles opérations suicide. C’est pourquoi il ne faut pas sous-estimer la question, comme certains essaient de le faire aujourd’hui dans le monde, non ! L’approche authentique de ce dangereux phénomène qui existe aujourd’hui dans nos pays arabes et musulmans est une approche culturelle, intellectuelle, doctrinale. Ces gens-là croient vraiment à ce qu’ils font.

Eh bien, quel est donc le problème ? C’est qu’ils sont convaincus (de leur voie), et le problème n’est pas seulement dans l’accusation de mécréance. Car si c’est juste une question d’accuser les gens de « sale mécréant », si tu crois ça (sans rien faire), à ta guise, (ça ne fait de mal à personne). Ou si on accuse d’être un « sale polythéiste », ça n’a aucune incidence. Mais le problème est qu’ils ne s’en tiennent pas à l’accusation. L’accusation de mécréance et de polythéisme entraîne, selon eux, des obligations, et implique des mesures, un programme, des actes... qui vont jusqu’au combat, au massacre, à l’égorgement, à la destruction, au pillage, à la capture des femmes, à attenter à l’honneur et à la pudeur, et à tout ce que nous voyons aujourd’hui, et ce au nom de l’Islam. Eh bien, telle est la description véritable de la situation.

[A suivre...]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire