mardi 10 mars 2015

Le patriote russe et les saltimbanques français : leçon de Vladimir Poutine à Marine Le Pen et au FN (2) – VOSTFR




Extraits des échanges entre Vladimir Poutine et des journalistes après son intervention au forum de Valdaï, le 24 octobre 2014.

Version originale (russe) : http://www.kremlin.ru/news/46860
Traduction en français & vidéo : http://www.sayed7asan.blogsot.fr


Dans ces extraits, Vladimir Poutine dénonce explicitement la transformation pernicieuse du patriotisme en chauvinisme et en xénophobie, idéologies dangereuses dont le Front National français s’est fait le champion. Tout en s'affirmant lui-même le premier patriote de son pays, le Président russe revendique hautement son attachement à une Russie multiethnique et multiconfessionnelle, en rappelant que quoique séculaire, l’Etat russe reconnait légalement quatre religions traditionnelles. Et bien que la proportion de musulmans soit moindre en Russie qu’en France, l’Islam y est reconnu par la loi comme la deuxième religion nationale, ce qui contraste avec la situation française et le discours du Front National en particulier, qui cible prioritairement les populations immigrées, les musulmans et l’Islam alors que la Russie les considère comme des composantes à part entière de l’identité russe et une véritable richesse. Pour Vladimir Poutine, de telles politiques sont irresponsables car elles mènent à l’autodestruction des sociétés et des Nations et ne peuvent en aucun cas servir les intérêts du peuple. Par cette stratégie ignoble et manipulatoire du bouc émissaire, le Front National se révèle comme un ennemi de la France et du peuple français dans son ensemble.





Transcription :

[…]


Modérateur : Veuillez m’excuser, [donnez la parole à] notre ami venu de Chine.

Journaliste : Monsieur le Président, [je suis] Feng Shaolei, de l’Université de Shanghai. Ma question porte sur le processus de modernisation de la Russie. Vous avez souligné à plusieurs reprises l’importance de la notion de conservatisme. Je pense que c’est là une notion très importante, un concept-clé de la Russie et de la modernisation de la Russie.

Vous n’êtes pas sans savoir que l’Europe, les Etats-Unis et l’Asie de l’Est ont eux aussi leur conception du conservatisme. Pourriez-vous nous expliquer la spécificité de votre conception du conservatisme ? En quoi est-elle différente d’autres conceptions du conservatisme ? Sera-t-elle un concept prédominant dans la modernisation de la Russie, ou jouera-t-elle plutôt un rôle temporaire, seulement pour une période déterminée ?

Merci beaucoup.

Vladimir POUTINE : Tout d’abord, le concept de conservatisme n’est pas notre création. Et le concept de conservatisme dont je parle n’est pas très différent de l’interprétation traditionnelle de ce concept ou de cette approche. Cela ne signifie pas que le conservatisme consiste en une sorte d’auto-isolement et en une réticence à l’évolution et au développement. Le conservatisme sain consiste à utiliser le meilleur de tout ce qui est novateur et prometteur en vue d’un développement progressif.

Cependant, avant de détruire ce qui est ancien, les fondations même qui nous ont amené à atteindre notre niveau actuel de développement, il est nécessaire de commencer par comprendre comment les nouveaux mécanismes vont fonctionner. C’est une chose extrêmement importante.

Cela signifie que si nous voulons survivre, nous devons soutenir les piliers fondamentaux sur lesquels nous avons construit nos sociétés tout au long des siècles. Ces piliers fondamentaux incluent le respect et la protection des mères et des enfants, l’attachement et la préservation pour notre propre histoire et nos accomplissements, et le respect de nos traditions et de nos religions traditionnelles. La Russie a quatre religions traditionnelles qui sont reconnues par la loi [dans l’ordre : Christianisme, Islam, Bouddhisme et Judaïsme], et c’est un pays très diversifié.

Nous devons donc créer une base solide avec tout ce qui nous aide à façonner notre identité en tant que nation russe multiethnique, en tant que communauté russe multinationale, et en consolider les fondements, tout en restant ouverts à tout ce qui est nouveau et efficace dans le monde, tout ce qui peut contribuer à la croissance et au développement. Nous utiliserons très certainement tout cela.

Je vous invite donc tous instamment à ne pas déformer nos propos et à ne pas considérer que si nous parlons de conservatisme, cela signifie que nous comptons fermer les portes et nous confiner au passé. Cela ne correspond aucunement à la réalité de nos plans.

[...]

Journaliste : [Question] Et pour ce qui est du nationalisme ?

Vladimir POUTINE : Le nationalisme ? Le patriotisme peut devenir du nationalisme. C’est une tendance dangereuse, je suis d’accord avec vous sur ce point. Nous devons bien garder ce principe à l’esprit et faire tout notre possible pour empêcher que cela se produise. C’est dangereux pour le pays. Le plus grand nationaliste en Russie, c’est moi. Mais le nationalisme le plus noble et le plus juste consiste en la mise en œuvre d’actions et de politiques qui bénéficient au peuple.

Cependant, si le nationalisme signifie l’intolérance vis-à-vis d’autres personnes, le chauvinisme, cela détruirait notre pays, qui a été initialement constitué comme un Etat multiethnique et multiconfessionnel. Ce n’est pas seulement une voie sans issue, mais le chemin de l’autodestruction. La Russie fera tout ce qu’elle peut pour s’assurer que cela ne se produise pas.



Voir également :




Série d’articles sur « La Russie et l’Islam »
Un djihadiste Afghan dans le Donbass aux côtés de Novorossia

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire