samedi 6 juin 2015

Hassan Nasrallah : « En cas de guerre, le Hezbollah déplacera des millions d'Israéliens » (VOSTFR)





Extrait du discours de Sayed Hassan Nasrallah, Secrétaire Général du Hezbollah, le 5 juin 2015


Dans son dernier discours, Sayed Hassan Nasrallah a longuement évoqué la situation au Liban, ainsi que la Syrie et le Yémen, et il n’a accordé que quelques minutes à l’entité sioniste. En réponse aux dernières fanfaronnades israéliennes menaçant de déplacer 1.5 millions de Libanais en cas de guerre et de ravager le Liban, Sayed Hassan Nasrallah rappelle qu’il ne s’agit là que de guerre psychologique, et que du reste, Israël n’a vécu que par les massacres et la destruction depuis sa création et ne saurait se comporter autrement.

Ce qu’il y a de nouveau est plutôt du côté des capacités de la Résistance, qui est capable d’infliger des dégâts considérables à l’ennemi, tant contre ses forces armées qu’au niveau du front intérieur israélien, qui sera ciblé en riposte aux agressions contre les civils libanais au point de déplacer des millions d'Israéliens. La guerre en Syrie, qui a coûté cinq fois plus d’hommes au Hezbollah que la guerre de 2006 (les soldats de l'Etat Islamique étant malgré tout moins lâches que ceux de l'Etat Judaïque), doit laisser présager une défaite plus cuisante encore pour Israël, grâce à l’expérience acquise par le Hezbollah. Après la libération du Qalamoun, assisterons-nous bientôt à la libération de la Galilée et du Golan annoncées par Sayed Hassan Nasrallah ? Cela arrivera infailliblement.

Sayed 7asan

Commentaire de Norman Finkelstein : L'armée vandale se prépare à mettre Rome à sac. Que la paix soit sur le Parti des Dieux Romains (et puisse-t-il écraser les hordes barbares). 





Transcription : 


Vidéo & traduction : http://www.sayed7asan.blogspot.fr


[…]

Le premier point concerne l'ennemi israélien.

Il y a quelques jours, nous avons pu voir, en Palestine occupée, que le gouvernement ennemi a réalisé des manœuvres militaires sur le front intérieur nommées « Tournant décisif 8. » Le chiffre 8 renvoie au fait que nous sommes en 2015, et après la guerre de juillet (2006), après leur analyse de la situation, tout le monde en Israël a reconnu unanimement – à l'unanimité, personne ne prétend qu'Israël a gagné la guerre. Bien sûr, au Liban, il y en a qui prétendent qu'Israël a gagné, mais en Israël, personne ne le prétend, et ils reconnaissent qu'ils ont subi un échec, qu'ils ont été vaincus et écrasés, etc. Et vous vous souvenez qu'ils ont organisé une Commission [Winograd] d'enquête, et depuis lors, ils ont découvert que quelque chose était révolu, que dans la guerre de juillet (2006), quelque chose de nouveau était entré dans l'équation, à savoir des frappes contre le front intérieur de l'entité ennemie qui était dorénavant ciblé et touché.

Auparavant, le front intérieur (israélien) était toujours – ou du moins la plupart du temps – préservé des guerres : les guerres israéliennes se déroulaient (exclusivement) sur nos territoires. Mais durant la guerre de juillet (2006), et après elle, bien sûr, au cours des guerres de Gaza, Israël a découvert que ce n'était plus le cas, et que la guerre se déroulait à l'intérieur du territoire ennemi, le territoire palestinien occupé par l'ennemi.

Israël a donc été contraint de mener des manœuvres sur le front intérieur : lorsque des missiles tombent sur Haïfa, sur Tel Aviv, sur le nord, sur le centre et sur le sud, que devra-t-il faire des populations? Comment fera-t-il fonctionner ses hôpitaux, ses routes, ses écoles, ses commerces, ses aéroports, ses ports, etc. ? Il a donc fait ces manœuvres sur le front intérieur pour se préparer à la situation.

A l'occasion de ces manœuvres – bien sûr, il en fait chaque année, à l'exception de l'année dernière, mais cette année il les a menées ; peut-être qu'ils n'en ont pas fait l'année dernière à cause de divergences sur le budget. Ils ont donc mené ces manœuvres pour cette année.

A l'occasion de ces manœuvres, un certain nombre de responsables militaires et politiques israéliens ont fait des déclarations et ont exprimé des menaces à l'encontre du Liban. Ils ont menacé de le détruire, de le dévaster, de faire des réfugiés en masse... Quelqu'un a parlé de pousser 1,5 million de personnes à l'évacuation. 1 million de Libanais seraient contraints à quitter leur région.

Pour ce premier point, je veux commenter ces déclarations.

Premièrement, elles font partie de la guerre psychologique. Cela fait partie des fanfaronnades et de la guerre psychologique auxquelles nous avons été habituées depuis l'établissement de cette entité ennemie. Depuis avant 1948, et depuis 1948, parmi les armes de cet ennemi qui lui permettaient de vaincre les peuples et armées arabes et de la région, il y a toujours eu la guerre psychologique, les fanfaronnades, la jactance. Cela en fait partie, et ce n'est pas nouveau, donc premièrement, il n'y a rien de nouveau là-dedans.

Deuxièmement, Israël déclare qu'il s'apprête à détruire, dévaster, ruiner, accomplir telles et telles choses sur le terrain, évacuer les populations par centaines de milliers ou 1,5 million... Qu'y a-t-il donc là de nouveau ? Depuis que cette entité a été fondée, elle s'est reposée sur les meurtres, les destructions, les déplacements de populations, les dévastations, les massacres... Telle est sa nature, son identité. Israël ne fait que se répéter.

Bien sûr, il est positif qu'il rappelle ceci aux Libanais et aux peuples de la région : « ô gens, il y a un ennemi qui s'appelle Israël et dont la nature est cette nature (criminelle) qu'il n'essaie pas de changer, il n'essaie même pas de représenter autre chose. Telle est sa nature agressive et terroriste qu'il décrit lui-même à travers ces déclarations. »

Troisièmement, je déclare (à mon tour) aux Israéliens : Vous savez bien que le monde a changé... Les choses ne sont plus telles qu'elles étaient auparavant. Et on peut en donner pour preuve vos manœuvres mêmes : pourquoi faites-vous des manœuvres sur le front intérieur depuis la guerre de juillet (2006) ? Car vous avez découvert que vous êtes une armée qui a été vaincue, une armée qu'on peut vaincre, que lorsque votre entité attaque, on ripostera, en la frappant au cœur et jusqu'aux extrémités de son territoire. Et c'est par rapport à cette nouvelle situation que vous menez ces manœuvres. Tu viens nous menacer alors même que tu es en train de faire des manœuvres sur ton front intérieur qui constituent un aveu complet et incontestable que la Résistance peut frapper tous ces endroits où tu mènes ces manœuvres sur ton front intérieur ?!

Quatrièmement, le temps est révolu... – pas depuis aujourd'hui, mais depuis 2000 et surtout 2006 et également durant les guerres de Gaza. Le temps où Israël détruit nos maisons tandis que ses maisons restent intactes est révolu. Le temps où notre infrastructure est détruite tandis que son infrastructure reste intacte est révolu. Le temps où notre peuple est déplacé tandis que ses colons restent dans les colonies et villes usurpées est révolu. Ce temps est révolu. Depuis 2006, cela est terminé.

Mais ce qui vous attend aujourd'hui est bien pire que ce que vous avez connu en 2006, sur ce plan et sur d'autres plans également. Et je dis en toute clarté à ces Israéliens : Si tu menaces de forcer l'évacuation d'1.5 million de Libanais, la Résistance Islamique au Liban menace de forcer l'évacuation de millions d'Israéliens. Des millions d'Israéliens seront contraints d'évacuer leurs demeures et de se déplacer si une guerre est imposée au Liban. [Audience : A ton service, ô Nasrallah !] C'est une réalité évidente, sans conteste, et les dirigeants ennemis la connaissent très bien. Et le peuple ennemi le sait très bien également.

Ces pourquoi toutes ces paroles vides, toutes ces menaces vaines n'ont absolument aucune incidence, aucune portée. Vous savez très bien que nous ne redoutons pas vos guerres, alors que dire de vos menaces ? Et si par hasard vous considérez que nous sommes occupés en Syrie, dans le Qalamoun, autour d'Ersal et dans d'autres endroits, si vous pensez que tout cela peut changer quoi que ce soit à l'équation du combat avec l'ennemi israélien, sachez que nous avons déclaré à plus d'une reprise que tout cela ne change rien. Et au contraire, nos succès et l'expérience que nous sommes en train d'acquérir doivent vous faire peur et vous inquiéter.

Quoi qu'il en soit, je déclare aux Libanais et au peuple libanais : Ne prêtez pas attention à ces menaces, et je sais bien qu'elles n'ont aucun effet sur votre volonté et votre détermination, ni de près, ni de loin. Elles ne constituent qu'une partie de cette jactance qui est un signe de l'inquiétude de l'ennemi et de sa peur, et une partie de ses armes de dissuasion que l'ennemi utilise pour confronter la Résistance car il la redoute et la craint, et qu'il est convaincu de ses capacités, bien plus que certaines personnes (d'entre les Libanais et les Arabo-musulmans).

Voilà en ce qui concerne le premier point.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire