lundi 21 décembre 2015

Hassan Nasrallah : la Résistance libèrera tout le Moyen-Orient (VOSTFR)


Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, durant le Jour du Martyr, le 11 novembre 2015.

Traduction et sous-titres : Sayed Hasan




Transcription : 



[…]

Et parmi les accomplissements les plus importants de ce sang [des Résistants martyrs], nous trouvons les conséquences bénéfiques ici-bas (la Libération, la liberté, la dignité, la sécurité, la paix, la gloire) – tout cela compte parmi les bienfaits d'ici-bas, que nous venons d'évoquer avec des versets (coraniques). Parmi les accomplissements les plus importants (de ce sang), il y a cette âme que nous ont insufflée les martyrs, à notre peuple et aux peuples de notre Communauté (musulmane). L'âme de djihad (lutte), l'âme de la Résistance, l'âme du martyre, la gloire, la dignité, la fierté, l'enthousiasme, la noblesse des cœurs, le refus de la bassesse, de l'humiliation, de l'abandon des principes, de la lâcheté et du défaitisme. Voilà ce que les martyrs ont insufflé à notre Communauté. Cet éveil des esprits et des cœurs, cette conscience, cette détermination, cette persévérance. En d'autres termes, cette revivification des âmes.

Le sang des martyrs a revivifié les âmes de notre jeunesse, de notre génération, de notre peuple et des peuples de notre Communauté, et il nous a apporté la garantie de la persévérance dans la voie de la Résistance et du djihad pour réaliser les objectifs restants, à savoir la libération des terres, des lieux saints, la confrontation du projet sioniste dans la région, et la réalisation des rêves d'indépendance, de souveraineté et de liberté de nos peuples, de nos gouvernements et de nos lieux saints. Tout cela est dû à la grâce du sang des martyrs.

Cet élan des familles, des pères, des mères, des épouses, des enfants, des proches, des voisins, de l'opinion publique. Tout cela n'aurait pas pu être obtenu seulement par des déclarations orales, des prises de position, des discours, des exhortations, des médias. Le sang des martyrs était le plus à même de réveiller les cœurs et d'insuffler l'esprit de Résistance, d'aiguiser les volontés et les déterminations, et c’est lui qui nous a conduits à ce que nous avons aujourd'hui, par la Grâce de Dieu le Tout-Puissant, en fait de force, de capacités, de possibilités, et de puissance pour faire face aux menaces et aux défis. Tout cela est dû à la grâce du sang des martyrs. C'est là notre arme la plus puissante et la plus durable.

Depuis le début, cette âme du djihad et du martyre, ces actions de djihad et ces opérations martyre, ont constitué notre arme la plus puissante face à la tyrannie de l'ennemi, à son appareil militaire prodigieux disposant d'un soutien américain colossal et illimité, depuis l'année 1982 [invasion du Liban par Israël]. Si nous avions attendu de posséder des moyens (militaires) en qualité et en quantité, et à une sorte d'équilibre stratégique avec l'ennemi, il n'y aurait pas eu de Résistance, et il n'y aurait pas eu de Libération. Et l'ennemi se trouverait toujours dans notre pays, sur notre territoire, il s'en serait emparé, le contrôlerait et le dominerait tyranniquement, et aurait réalisé les objectifs de cette invasion et de cette occupation.

De même en Palestine, il en allait ainsi depuis le début et c'est toujours le cas. Aujourd'hui, c'est cette âme (du djihad) qui revivifie une nouvelle fois la Résistance et l'Intifada, et qui impose à nouveau la cause de la mosquée d'Al-Aqsa (à Jérusalem) et des lieux saints au monde entier. C'est cette même âme.
Le gouvernement ennemi peut assiéger le peuple palestinien, et il le fait, il peut diviser les régions palestiniennes en territoires isolés, séparer Gaza de la Cisjordanie, la Cisjordanie des territoires de 1948, et à l'intérieur de la Cisjordanie, telle ville de telle autre ville. (Le gouvernement israélien) peut couper les voies de ravitaillement, et il le fait, et d'empêcher que les armes, munitions ou moyens parviennent aux Palestiniens dans telle ou telle région. Il peut, par une opération sécuritaire, briser ou isoler des factions et réseaux de la Résistance qui préparent des actions de djihad.

Mais il ne peut pas assiéger les individus un par un. Il ne peut pas empêcher qu'un couteau parvienne à la main d'un homme ou d'une femme, d'un jeune homme ou d'une jeune femme, et il ne peut pas mettre fin à ces attaques (au couteau) tant que les jeunes palestiniens et palestiniennes ont cette âme (du djihad). 


Ce que nous avons vu il y a quelques jours à la télévision est une fierté pour tous, et également une leçon pour tous, et surtout pour les hommes de cette Communauté, les hommes qui restent assis et silencieux et abandonnent et fuient leurs responsabilités. Lorsque nous voyons à la télévision cette jeune femme palestinienne, avec une grande sérénité, avec assurance et détermination, alors qu'elle sait ce qui l'attend, à savoir la mort ou la prison à vie, mais avec calme et assurance, elle sort son couteau de son sac à main et poignarde ce soldat, et lorsqu'il s'enfuit, elle continue et le poursuit. Mais le plan de la caméra ne nous permet pas de voir la fin de la scène. C'est une preuve, un argument contre tous les hommes de cette Communauté, et également une source de fierté. A quoi cela est-il dû ? A cette âme (du djihad), cette âme pure et puissante. 


Ce que je veux vous dire en ce Jour du Martyr, à tous les spectateurs et auditeurs, c'est que cette âme, il est de notre responsabilité de la préserver, car depuis des décennies, ils s'efforcent de la contenir, de la briser, de la faire disparaitre, de l'avilir. Ils mènent de véritables guerres contre cette âme de la Résistance, dépensant des centaines de millions de dollars, comme le reconnaissent les USA et leurs instruments (vassaux). Des guerres menées dans les médias, sur les réseaux sociaux, par tous les moyens disponibles, pour rendre douteuse, rabaisser, moquer, avilir, insulter, salir, rejeter, calomnier cette Résistance et tous les moudjahidines (combattants) des mouvements de Résistance de toute la région, afin d'en finir avec cette âme. Car s'ils parviennent à l'éradiquer, à quoi serviraient les missiles, les armes stratégiques, les dépôts de munitions, les structures militaires formidables, les grands nombres (de soldats), tout cela ne serait que de la chair et des os, sans âme, sans dignité, sans volonté. Voilà ce qu'ils veulent nous arracher.

Et nous devons faire face à ce genre de guerre qui a ses instruments internationaux, régionaux et locaux, qui œuvrent jour et nuit ; notre responsabilité est de leur faire face. De même qu'il est de notre responsabilité de préserver les armes de la Résistance pour libérer les territoires qui restent, pour dissuader toute agression, pour être partie prenante de la Communauté qui récupèrera ses lieux saints, nous devons également préserver cette âme.

C'est la responsabilité des savants, des orateurs, des médias, des intellectuels, des hommes politiques, des pères, des mères, des épouses, des familles de martyrs, des blessés, de tout le monde. Nous devons assumer cette responsabilité.

Bien sûr, nous sommes confiants dans notre capacité à préserver cette âme, et même à la développer, et elle se renforce, elle s'élargit, elle s'étend. Et cela confirme l'échec de toutes ces guerres qui ont été menées depuis des décennies, et ce développement en qualité et en quantité que nous trouvons chez la Résistance, chez les hommes, les femmes, les plus jeunes et les plus âgés, et surtout dans la génération des jeunes hommes et femmes, c'est là une autre composante parmi les différents aspects de la victoire de la Résistance sur les types de guerres les plus dangereux qui sont menés contre elle. 

Cet élan, cet entrain, ce développement dans le mouvement de la Résistance est également une conséquence bénéfique du sang des martyrs. Aujourd'hui encore, leur sang nous pousse à aller de l'avant, nous aguerrit sur les champs (de bataille), et nous permet de brandir les poings, les armes et la voix face à l'Occupation, à l'oppression et à la tyrannie, ainsi qu'aux projets d'accaparement (des territoires et richesses) de cette Communauté.

Et l'un des visages les plus importants de cette âme (de la Résistance) est les familles de martyrs, qui atteignent ce statut et cette caractéristique et gagnent ce titre lorsqu'ils offrent l'un de leurs chers comme martyre sur la Voie de Dieu, qu'il s'agisse d'un fils, d'un frère, d'un père, d'un époux, d'une épouse, d'une sœur, d'une fille, etc. Les familles de martyrs comptent aujourd'hui parmi les fruits du sang de ces martyrs.

Cet état d'esprit élevé que nous trouvons chez les familles des martyrs, ce sentiment humaniste, moral, de djihad, est également un bienfait de ce sang, qui laisse ses traces chez le père, la mère, l'épouse, les fils, les filles, les frères, les sœurs, les proches, l'entourage... Lorsque nous considérons les familles de martyre, que nous portons notre regard sur l'un des accomplissements de ces martyrs, que voyons-nous chez les familles de martyrs ?

Nous les entendions précédemment, et j'avais déjà écouté ce propos hier, et je l'ai visionné dans sa totalité. Que trouvons-nous auprès des familles de martyrs, qui se trouvent actuellement parmi nous dans ces husseyniyats (lieu de dévotion) et assemblées ? Nous ne voyons chez eux que la persévérance, la patience, la pondération, le contentement face à ce qu'a décrété pour eux Dieu le Très-Haut, la reconnaissance envers Dieu pour ce qu'il a décrété pour eux, la fierté, l'orgueil de leurs martyrs et de ce qu'ils ont accompli, la détermination à poursuivre la lutte, et la disposition à donner et sacrifier plus encore, promptement.

Les Américains, les sionistes et leurs instruments dans la région, et beaucoup d'ennemis et d'opposants s'imaginent que lorsque nous apportons la nouvelle du martyre, ou son corps, sa dépouille pure à sa famille, que le Hezbollah fait alors face à de gros problèmes. Mais je vous le déclare, tout ce que nous voyons de la part des familles des martyrs, de leurs pères, de leurs mères, ils déclarent aux frères ou aux sœurs qui viennent à eux (avec cette information) que (leur proche) qui a trouvé le martyre est leur garantie de sécurité, leur fierté, leur orgueil, leur gloire, et qu'ils remercient Dieu de ce qu'il a décrété pour eux, et que le reste de leurs enfants est présent (et prêt à aller combattre), un, deux, trois, quatre, cinq.

Et certains l'ont déjà fait, car on trouve des familles qui comportent deux, trois, quatre martyrs, ce qui prouve la sincérité de ces déclarations. Ce ne sont pas des déclarations exagérées ou embellies, et ce que vous venez d'entendre de la part de familles de martyrs prouve la vérité de ce en quoi ils croient, et ils sont véridiques et sincères dans chaque lettre, chaque mot qu'ils prononcent.

Oui, voilà ce que l'on voit de la part des pères, des mères et des familles de martyrs. Et cela est dû à la grâce de ce sang.

C'est pourquoi, lorsque nous possédons dans notre pays et dans notre Communauté de tels martyrs et de telles familles de martyrs nobles et endurantes, fières et généreuses, il ne nous est pas permis d'avoir peur ni des menaces, ni des défis, pas plus qu'il n'est permis d'avoir des craintes quant à l'avenir, car nous possédons cette force : la véritable force est celle-ci. C'est après elle que viennent les capacités matérielles, les compétences, l'expérience, les armes, les possibilités, qui renforcent notre puissance dans cette lutte.

Tant que nous resterons un peuple vivant (éveillé), tant que nous posséderons ces (Résistants) vivants, ces vivants parmi les « hommes qui ont tenu loyalement leur engagement vis-à-vis de Dieu ; certains d'entre eux ont déjà accompli leur destin (le martyre) » et ont vu leur vie s'aguerrir et se renforcer, « et d'autres attendent leur tour » [Coran, XXXIII, 23], tant que nous entendrons ces déclarations et ces prises de position de leur part, alors tout cela nous poussera à davantage de détermination, de persévérance, de force, de présence, de certitude et de confiance dans l'avenir. La confiance dans l'avenir.

Ils veulent que notre peuple, que nos peuples et notre Communauté (arabes et islamiques) soient réduits au désespoir, afin qu'une fois désespérés, nous renoncions à nos causes, abandonnions nos lieux saints, délaissions nos responsabilités et fuyions en mer, dans l'exode mortel des réfugiés, ou que nous fuyions dans des sentiments et conceptions réprouvées par Dieu et dans lesquelles il y a notre perte à tous. Mais tant que cette force vitale et que ces vivants seront présents parmi nous, nous ne devons permettre à aucun désespoir de s'emparer de nous.

Voilà ce que je voulais dire en première partie, et en vérité, à travers cette commémoration bénie [Jour du Martyr], nous pouvons voir (s'accomplir) la promesse que Dieu le Très-Haut nous a faite. C'est là la récompense d'ici-bas, et nos martyrs ont atteint la récompense de l'au-delà dans le monde intermédiaire (barzakh), et ils attendent la plus grande partie de cette récompense pour la Grande Résurrection, et nous profitons également des bienfaits d'ici-bas. 

Tels sont les bienfaits d'ici-bas, cette grandeur, cette noblesse, cet honneur, ce sentiment de puissance, cette capacité à faire face aux défis, la sécurité, la paix, la quiétude, etc. […]
 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire