Abonnez-vous à la chaîne Vimeo Follow me on the Unz Review

lundi 31 juillet 2017

Hommage émouvant de Hassan Nasrallah aux combattants du Hezbollah

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, sur l'offensive contre les terroristes dans le Jurd Ersal, le 26 juillet 2017

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr


Vidéo originale supprimée par Youtube. Voir Kafka 2.0 : Comment s’exerce la censure politique sur Youtube


Transcription : 

En dernier lieu, (mes remerciements et hommages) à ceux qui se sacrifient (les combattants). Là, vous allez devoir me permettre un peu (de m'épancher). Pendant la guerre de juillet (2006), je me suis contrôlé (pour ne pas trop exprimer mes sentiments dans mes adresses aux combattants). Cette fois aussi, j'ai fait un effort pour qu'avant de commencer à parler, je puisse me maitriser. Car je m'exprime toujours avec le cœur, mais là, je vais m'exprimer... [Il retient ses larmes] avec des sentiments différents (plus profonds).

A ceux qui se sacrifient, tous (ceux qui se sacrifient). Aux martyrs, les âmes des martyrs, les familles des martyrs, les blessés, les familles des blessés, les combattants (moudjahidines), les Résistants sur ce champ de bataille (Ersal), et sur tous les champs de bataille de la Résistance, du combat, des sacrifices et de la loyauté. Non pas seulement ceux qui sont maintenant présents dans le Jurd d'Ersal. J'adresse ce propos à tous les Résistants et à tous les combattants [du Hezbollah] en tous lieux et sur tous les champs de bataille.

Hassan Nasrallah's moving tribute to Hezbollah fighters

Speech by Hezbollah Secretary General Sayed Hassan Nasrallah about the offensive against terrorists in the Jurd Ersal, July 26, 2017

Translation: http://sayed7asan.blogspot.com

Vidéo originale supprimée par Youtube. Voir Kafka 2.0 : Comment s’exerce la censure politique sur Youtube


Transcript:
[...] Finally, (my thanks and tributes) to those who sacrifice themselves (fighters). Here, you will have to allow me (to unburden myself) a little. During the July (2006) War, I controlled myself (not to express my feelings in my adresses to the combatants). Again, I made an effort to restrain myself before I start talking. Because I always speak with my heart, but now I will speak ... [holds back tears] with different (deeper) feelings.



To those who sacrifice (themselves), all (those who sacrifice themselves). The martyrs, the souls of the martyrs, the families of martyrs, the injured, wounded families, the fighters (Mujahideen), the Resistance on the battlefield (Ersal) and on all the battlefields of the Resistance, of combat, sacrifice and loyalty. Not just those that are now present in the Jurd of Ersal. I address this speech to all [Hezbollah] Resistant and combatants in all places and on all battlefields.



I wondered what I was going to tell you as a speech, a few words addressed to everyone. I remembered that in ziyara (pious visit or greetings addressed by far) our Imams, the Imams of Ahl al Bayt, the family of the Prophet, peace and blessings be upon him, we say in this particular ziyara, to a place of ziyara we reach an excerpt where we say:



"Let my father, my mother and my soul be sacrificed for you, how can I express the excellence of the praise (that you deserve) and make the account of the beauty of your affliction? And it is through you that God took us out of humiliation, delivered us from the waves of torment and saved us from the precipice of the abyss of perdition."

And you all, all of you ... This speech is for the martyrs, the wounded, the fighters, the Resistance, any father, mother, wife or loved one to them. You are the heirs of those Imams. You are their loved ones, you are the ones who trod their path. In every woman among you, lies the soul of Zaynab, peace upon her, who said after Karbala "I only saw beauty (in this tragedy)."

In your men, there is the influence of Abbas who refused to drink water and declared on the banks of the Euphrates "O my soul, abandon me after the death of Hussein, because after it, it does not suit you to exist."

And you have the soul of Aba Abdillah al-Husayn, peace be upon him, who, when the whole world besieged him, and put him in front of only one alternative, (to choose) between the sword and humiliation, he proclaimed his word for History and Resurrection "What execrable choices is humiliation! (Let us rather die a thousand deaths)."

Therefore, because you have these characteristics, let me declare to you:

"Let my father, my mother and my soul be sacrificed for you, how can I express the excellence of the praise (that you deserve)? Language is unable to (properly) sing your praise. How to do your eulogy? What words, what sentences, what eloquence, what customs, what poems could list and describe your status and position?

You are the chosen ones, the good, the noble, which have never been stingy of your blood, nor of your offspring, of your money of your patience, of your endurance, of your support. How can I make account of the beauty of your affliction? Your trials, the tests you had to endure since the beginning, this makes us about 40 years together, at least, such is the experience of Hezbollah. The beauty of your afflictions, your success in all these trials, all these difficulties.

And by you, God brought us out of humiliation. What we say to our Imams, I tell you. Yes, it is through you that God brought us out of humiliation, through your blood, your sacrifices, your martyrs, your wounded, your tears, your patience, your endurance, your influence, your nobility, your courage, God brought us out of humiliation, the humiliation of the occupation, through the Resistance. The humiliation of submission, the humiliation of weakness, the humiliation of fear, the humiliation of defeat, the humiliation of scorn and all humiliations.

And God saved us by you. He saved us (through you) the throes of tribulations, these torments. You, your children, your knights have dispelled these tribulations and torments from the faces of the people, which was threatened with occupation, and whose homeland and earth have almost been lost. Our people was threatened by takfirism, misfortunes, afflictions, humiliation, death, killing, capture and slavery (for his womenfolk). These are the biggest disaster, the greatest sorrows. But you, through you, God for us dispelled the throes of tribulations and saved us from the precipice of the abyss of destruction, and we have been preserved as well as our people, who lives in safety throughout the whole of the territory and the borders, in every village, every town, safe, totally safe, noble, dignified, confident, able to cope with all the difficulties and all the challenges and dangers. He fears no threats. Neither Trump nor Obama or Bush, if we go back, neither Netanyahu nor Sharon or [Chaim] Weizmann [1874-1952] or anyone. By you, thanks to you.

O those who sacrifice themselves, you honorable people, may God reward you for (your glorious efforts in the service of) your family, your people, your country and your (Islamic) community with the best reward and gifts in the next world, and may God protect you and make you victorious in this world, and give your faces the radiance (of purity) in this world and the next. And may God accept your actions. May God accept your actions.

We will continue to take on more responsibility, God willing, to win more victories and glory, safety and security, through mutual assistance and unity of all and everyone assuming his responsibilities.

Again, to all those who supported, assisted, helped and blessed, our thanks and our respect.

May the Peace of God be upon you and His mercy and His blessings.
 

Answer of the Hezbollah fighters in Ersal:

dimanche 30 juillet 2017

Hassan Nasrallah rend hommage à l'insurrection d'Al-Aqsa et au Yémen

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, sur l'offensive contre les terroristes dans le Jurd Ersal, le 26 juillet 2017

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr


Transcription :

Avant d'entrer dans le sujet principal de mon propos de ce soir (l'offensive du Hezbollah contre les terroristes du Jurd Ersal), permettez-moi de mentionner rapidement quelques points.

Venezuela : à la rencontre de « l'opposition » (Abby Martin, Empire Files)

Documentaire de TeleSur English, 3 juillet 2017

Source : https://www.youtube.com/watch?v=ig6yFP8HjVQ

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr

Abby Martin se rend sur les lignes de front mortelles des protestations anti-gouvernementales au Venezuela et suit l'évolution d'une guarimba typique (barricade de l'opposition).

Elle explique ce que les cibles de l'opposition révèlent sur la nature du mouvement, décompose la réalité du bilan des morts qui ont secoué la nation depuis le début des troubles, et montre comment une campagne de lynchage l'a poursuivie ainsi que son équipe des Empire files pour avoir rapporté ces faits.

Donnant la parole à des manifestants pacifiques de l'opposition, aux Chavistas et à des manifestants violents des guarimbas, cet épisode à voir absolument révèle la sombre réalité du terrain complètement obscurcie par les médias occidentaux.


Hassan Nasrallah pays tribute to Al-Aqsa insurgency and Yemen

Speech by Hezbollah Secretary General Sayed Hassan Nasrallah about the offensive against terrorists in the Jurd Ersal, July 26, 2017

Translation: http://sayed7asan.blogspot.com


Original video deleted by Youtube. See Kafka 2.0: How Youtube’s Political Censorship is Exercised



Transcript:


Before entering into the main subject of my talk of tonight [Hezbollah's offensive against the terrorists of the Jurd Ersal], let me quickly mention a few points.

First, from the position of the Resistance and the Resistant people, we congratulate, praise and honor the inhabitants of Al-Quds (Jerusalem), the House of Sanctity and those who reside and resist there, the inhabitants of the West Bank and all the Palestinians who hastened to go to the old city to defend the al-Aqsa mosque, this holy place, and have imposed a new victory in truth, for what we have seen these days is a real victory, which must continue.

They imposed on the enemy the removal of electronic gates and of the new measures aimed at imposing (on the Palestinians) the sovereignty of the Israeli enemy over the Al-Aqsa mosque, over their presence, their prayers, their glorification of God, over their empty hands (facing the enemy's weapons), their breasts facing bullets and grenades, they shaped this victory. And it is a new experience in any case, among the experiences of the choices of popular resistance, whether in its military aspect or in its civil aspect.

Secondly, I would also like to thank our dear brother-leader Sayed Abd al-Malik Badr al-Din al Houthi, for in his speech a few days ago he stated very clearly and without exaggeration that he stood, along with the fighters (mujahideen) and the resistant people of oppressed and abandoned Yemen, alongside Lebanon, Syria and Palestine, in any confrontation with the Israeli enemy, which is a confirmation of the equation of force that our (Islamic) Community, the peoples of our Community and the Resistance movements in our Community wish to establish and confirm. We extend our sincere thanks to him and to all our dear brothers and sisters, the patient and long-suffering people of the honorable Yemen.

And of course, the truth must be stressed, for we in Lebanon were occupied in the Jurd Ersal, and the security situation in the country did not allow us to organize (massive) popular demonstrations up to the level of what took place in Al-Quds (Jerusalem), but throughout the Arab and Muslim world, did you find demonstrations of support for Al-Quds, Al-Aqsa, the Palestinian people, the inhabitants of Al-Quds, larger, more massive and more important than the popular demonstrations in Yemen?

I wanted to recall this reality, and to call all those who have a false position on what is happening in Yemen to reconsider their position. [...]

dimanche 23 juillet 2017

Hassan Nasrallah : the Liberation of Mosul is an Opportunity to Eradicate Daesh

Speech by Hezbollah Secretary General Sayed Hassan Nasrallah on July 11th, 2017, on the occasion of the liberation of Mosul






Original videos deleted by Youtube. See Kafka 2.0: How Youtube’s Political Censorship is Exercised




Transcript :

[Sistani and Khamenei played a decisive role in the liberation of Mosul]

Because what happened in Iraq and Mosul affects not only the future of Iraq and the Iraqi people, but deeply and strongly concerns the future of (all) the peoples and countries of the region, and the future of the (Islamic) Community as a whole. There is no doubt that the victory proclaimed yesterday (July 10th, 2017) in the city of Mosul by the head of the Iraqi Government and Commander in Chief of the Iraqi Armed Forces, Dr. Haydar al-Ibadi, surrounded by military and security officials, is a very large and very important victory, there’s no doubt. Now, although some want to diminish its importance, its scope, its major character, there is no doubt that this is a very large and very important victory, which comes in a context of progression and combination: a number of victories were accumulated and led to this particular victory in the city of Mosul, with the particularity and importance of Mosul.

samedi 22 juillet 2017

Hassan Nasrallah : la libération de Mossoul, une occasion historique d'éradiquer Daech

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 11 juillet 2017, à l'occasion de la libération de Mossoul

Source : https://www.mediarelations-lb.org/article.php?id=14699&cid=94

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr

Voir les extraits précédents de ce discours : Sistani et Khamenei ont joué un rôle décisif dans la libération de Mossoul et L'Irak héroïque, rôle cosmétique des USA

Vidéo originale supprimée par Youtube. Voir Kafka 2.0 : Comment s’exerce la censure politique sur Youtube


Transcription :

[...] Ce qui s'est passé jusqu'à présent, et jusqu'à (la victoire de) Mossoul, voilà ce qu'on été ses facteurs véritables et essentiels auxquels doivent s'accrocher les Irakiens : leur décision nationale (de défense de la patrie), leur unité, leur présence (massive) sur le terrain, leur respect, leur amour et leur empressement continuels aux appels de l’autorité religieuse (Marja’iya) et leur disposition inflexible au sacrifice, leur degré de conscience et leur lucidité, leur action rapide et efficace sans atermoiement ou délai, voilà quels ont été les facteurs décisifs dans la réalisation des victoires actuelles.

mardi 18 juillet 2017

Hassan Nasrallah sur la libération de Mossoul : l'Irak héroïque, rôle cosmétique des USA

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 11 juillet 2017, à l'occasion de la libération de Mossoul

Source : https://www.mediarelations-lb.org/article.php?id=14699&cid=94

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr

Vidéo originale supprimée par Youtube. Voir Kafka 2.0 : Comment s’exerce la censure politique sur Youtube


Transcription : 

[...] Eh bien, qu'ont donc fait les Irakiens ? C'est cela que je veux vraiment décrire, je n'apporte rien de nouveau mais je veux le décrire, pour les Irakiens eux-mêmes pour qu'ils s'y accrochent davantage, et pour le reste des peuples de la région afin qu'on en tire les leçons, et afin qu'on ajoute cette expérience au reste des expériences qui ont été menées au Liban, en Syrie, en Palestine, au Yémen et ailleurs dans ces batailles.

samedi 15 juillet 2017

Hassan Nasrallah : Sistani et Khamenei ont joué un rôle décisif dans la libération de Mossoul

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 11 juillet 2017, après la libération de Mossoul

Source : https://www.mediarelations-lb.org/article.php?id=14699&cid=94


Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr


Vidéo originale supprimée par Youtube. Voir Kafka 2.0 : Comment s’exerce la censure politique sur Youtube


Transcription : 

[…] Ce qui s’est produit en Irak et à Mossoul ne touche pas seulement à l’avenir de l’Irak et du peuple irakien, mais concerne en profondeur et avec force l’avenir des peuples et des pays de la région, et l’avenir de la Communauté (islamique) dans son ensemble.

Nous commençons donc par le premier point. Il ne fait aucun doute que la victoire proclamée hier (le 10/07) par le chef du gouvernement irakien et Commandant en chef des forces armées irakiennes, le Dr Haydar al-Ibadi, dans la ville de Mossoul, entouré des responsables militaires et sécuritaires, est une victoire très grande et très importante, cela ne fait aucun doute. Maintenant, même si certains veulent amoindrir son importance, son ampleur, son caractère majeur, il ne fait aucun doute que c’est une victoire très grande et très importante, qui vient dans un contexte de progression et de cumul : un certain nombre de victoires se sont cumulées et ont mené à cette victoire en particulier dans la ville de Mossoul, avec la particularité et l’importance qu’a Mossoul.

Elle vient dans un contexte de progression et de cumul de victoires des Irakiens contre Daech et le terrorisme, à Diyala, Salah-el-Din, Anbar et d’autres provinces irakiennes, ce qui nous ramène aux premiers jours, dont nous allons parler un peu en résumé pour en tirer les leçons, les premiers jours des affrontements très violents et âpres qui se sont produits entre les Irakiens et les forces irakiennes d’un côté et Daech (de l’autre), et la progression très large et très rapide de Daech qui s’est emparé de plusieurs provinces irakiennes jusqu’à parvenir aux abords de la capitale Bagdad. Il y a 3 ans, on se rappelle tous ce déferlement très large, très rapide et très violent.

Il ne fait aucun doute que l’affliction était très grande pour les Irakiens, qui se sont retrouvés face à une sédition dans laquelle l’adulte perd ses forces, le jeune voit ses cheveux blanchir et le croyant oeuvre ardument de toutes ses forces jusqu’à ce qu’il rencontre son Seigneur (Sermon de l’Imam Ali). Il y eut un état de confusion et d’étourdissement généralisés, et un sentiment d’impuissance, de paralysie et de désespoir très répandu. L’ampleur de ce qui s’est produit était vraiment colossale, bien trop grande pour qu’on puisse s’en remettre facilement.

La fatwa de l’autorité religieuse (chiite) a été publiée rapidement dans la Sainte ville de Najaf (où se trouve le tombeau de l’Imam Ali), la fatwa de Son Eminence le Grand Ayatollah Marja’ religieux, Sayed Ali Sistani (première autorité religieuse du monde chiite, dans lequel un Marja’ est un exemple et comme un représentant du Prophète), Dieu le préserve, rendant la défense et le djihad obligatoires (mobilisation générale jusqu’à la victoire) à tout individu pouvant porter les armes et combattre, et rendant obligatoire de faire face à Daech avec toute la force (requise). Et il a stipulé que cette responsabilité s’étendait à tous, et que celui qui était tué dans cette défense, dans cette bataille et dans cette confrontation serait un martyr dans la voie de Dieu le Très-Haut et l’Exalté.

C’est de là qu’il faut commencer notre propos, car la fatwa des autorités religieuses (chiites) et leur appel historique à ce moment lancé à tous les Irakiens est la pierre angulaire et le point de départ décisif de cette belle conclusion et de cette grande victoire. Ce point tournant, cette entrée, cette porte, cette source (constituent le facteur décisif).

Eh bien, pourquoi... Certains (nous) disent peut-être que nous essayons de donner à cette fatwa et à cette prise de position de l’autorité religieuse (Marja’iya) cette importance énorme et capitale. Cette fatwa et cette prise de position historique, qu’ont-elles entraîné ?

Premièrement, elles ont sorti les Irakiens et tout le monde de la confusion, de l’étourdissement, de la paralysie. (Avant cette fatwa, ils ne savaient pas) quoi faire, comment réagir. Combattre, ne pas combattre ? Quelle était la bonne attitude, la position juste (du point de vue religieux) ? Car en fin de compte, on parle de combat, d’épanchement de sang, de tuer et d’être tué (donc on ne peut pas agir à la légère). De manière certaine, la fatwa a tranché cette question de manière décisive et a mis fin à la confusion et à la paralysie en ce qui concerne la prise de position (juste), leur disant qu’il ont le devoir et l’obligation de combattre, de défendre, de faire face. Cela a tranché (la question) de manière décisive. Voyez donc, (ce n’est que) quelques phrases courtes, et quel a été leur impact historique.

Deuxièmement, elle a clairement identifié l’ennemi, de manière décisive : l’ennemi est Daech, qui s’appelait au début l’Etat Islamique en Irak et au Levant, au sujet duquel certains ont été dupes et ont cru que c’était un mouvement islamique ou une révolution islamique. Certains milieux ont accueili Daech chaleureusement et l’ont considéré comme partie prenante du Printemps arabe et des révolutions populaires, et ils l’ont acclamé, applaudi, soutenu et assisté. (Mais) la fatwa de l’autorité religieuse (Marja’iya) est venue déclarer que c’était lui l’ennemi qu’il fallait combattre, et que le djihad contre lui était un djihad sur la voie de Dieu, et que celui qui était tué dans ce combat serait un martyr dans la voie de Dieu le Très-Haut et l’Exalté. (Cette fatwa) a donc déterminé l’identité de l’ennemi et de la menace qu’il fallait confronter.

Et troisièmement, elle a fait porter la responsabilité à tous. La fatwa ou l’appel historique de l’autorité religieuse (Marja’iya) ne s’est pas adressée seulement aux chiites. Elle s’est adressée à tous les fils du peuple irakien, à l’ensemble du peuple irakien, dans la diversité de ses appartenances : religieuse, doctrinale, sectaire, raciale, car cette fatwa, bien que sa nature soit religieuse et jurisprudentielle, elle exprime en profondeur la vérité de la prise de position humanitaire, morale et patriote qui s’impose à absolument tout citoyen du peuple irakien. Et c’est pourquoi la responsabilité reposait sur tous et l’appel était lancé à tous.

Et quatrièmement, la fatwa a élevé le plafond de la confrontation avec cette menace et elle a tranché l’aspect de cette confrontation, loin de toute paralysie, de tout échange ou négociation, de tout calcul, de tout temps de débat et de toute recherche de solutions ici et là. Et cette fatwa bénie et majeure est parvenue à réveiller le peuple irakien avec une vitesse fulgurante, et elle l’a sorti de son état de confusion, de paralysie, de détresse et de désespoir. Et la réponse populaire et officielle (à cette fatwa) fut massive.

Cette fatwa a donné un très fort élan et un énorme esprit d’enthousiasme aux officiers et aux membres des forces de sécurité irakiennes, dans toutes ses composantes et dénominations. Et cette fatwa et cet appel ont poussé des centaines de milliers d’Irakiens, jeunes et moins jeunes, à rejoindre les lignes de front et à s’engager volontairement, ce qui a mené à la fondation de(s forces de) la mobilisation populaire (Hachd Cha’bi) irakiennes bénies qui se sont formées dès le début comme la véritable force de l’Irak et le sont toujours, aux côtés des forces armées irakiennes dont elles sont devenues une partie.

C’est pourquoi lorsque nous parlons aujourd’hui de la victoire de Mossoul, et des victoires précédant cette victoire, nous devons commencer de là, de la fatwa de l’autorité religieuse (Marja’iya) et de son appel historique, comme le font tous les dirigeants irakiens dans leurs déclarations et discours, et comme doit le faire toute personne honnête dans le monde s’il considère la situation en Irak ou essaie de la comprendre, de l’analyser ou de la présenter aux gens.

Eh bien, après l’émission de cette fatwa, comme nous l’avons dit, on a assisté à une réponse massive.

Premièrement, de la part du gouvernement irakien de l’époque, qui était dirigé par M. Nouri al-Maliki, et cette réaction a perduré avec force avec le gouvernement qui a été formé ensuite sous la direction du Dr Haydar al-Ibadi. Et toutes les instances dirigeantes ont réagi de cette manière : religieuses, politiques, partis, mouvements et orientations dans leur diversité. Et cette fatwa a reçu un large soutien des autres autorités religieuses en Irak, en Iran et ailleurs dans le monde. Et au sein de l’Irak également, elle a reçu un large soutien des savants sunnites comme des savants chiites. C’est un point très important sur lequel je vais revenir au cours de mon propos. La réaction populaire fut très vive, massive et vraiment bénie.

De même, la position décisive – nous devons nous efforcer d’être factuels et réalistes, nous ne voulons exagérer en rien, mais il faut être justes et impartiaux –, la position décisive est venue de la part de la République Islamique d’Iran, et à sa tête Son Eminence le Guide et Imam Sayed Khamenei, Dieu le préserve, aux côtés des (autres) autorités religieuses, et aux côtés du gouvernement irakien et du peuple irakien, ainsi que la rapidité d’action des hauts dirigeants des Gardiens de la Révolution Islamique par leur présence à Bagdad, et leur disposition permanente et absolue à fournir toute aide ou soutien de la part de la République Islamique.

Tout cela s’est produit, mais le plus important reste la réaction populaire, la présence du peuple (irakien), les familles honorables, les clans de toutes les régions, de toutes les appartenances, ceux qui ont défendu (leur pays) par la prunelle de leurs yeux (leurs enfants en première ligne) les épouses, les enfants, les frères, les jeunes, les bien-aimés (des combattants). C’est là que réside la véritable force, la véritable valeur.

Lorsque cet appel, cette fatwa, cette prise de position trouvent des gens pour y répondre, pour prendre les armes et s’élancer vers les lignes de front, c’est là la force véritable et fondamentale qui a causé ce revirement (le reflux de Daech) et a permis à cette prise de position de prendre corps aux niveaux de l’humain, du moral, de l’éthique, de la patrie et de l’histoire, et par conséquent de façonner ces victoires.

Tout cela s’est produit dans un contexte régional et international au sujet duquel on peut dire au minimum qu’il y avait un abandon régional et international de l’Irak, de son gouvernement et de son peuple, au minimum, et à un niveau plus élevé, plus médian, il faut parler du complot et de la complicité de certaines grandes puissances mondiales et de certaines puissances régionales qui ont joué le rôle de facilitateurs, de fondateurs de Daech, qui l’ont soutenu, financé et lui ont accordé toutes les facilités pour qu’il s’empare de la Syrie et entre en Irak, et ils l’ont accompagné dans sa bataille contre les Irakiens durant les dernières années. […] 

[Suite : l'Irak héroïque, rôle cosmétique des USA]

vendredi 14 juillet 2017

Vladimir Poutine : « Je ne suis pas votre ami, je suis le Président de la Russie »

Interview de Vladimir Poutine par le journal allemand « Bild », le 5 janvier 2016


Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr

Vidéo originale supprimée par Youtube. Voir Kafka 2.0 : Comment s’exerce la censure politique sur Youtube
  


Transcription :

Journaliste : Il y a une théorie selon laquelle il y aurait deux Poutine. Le premier était le jeune M. Poutine d’avant 2007, qui a exprimé sa solidarité avec les Etats-Unis et qui était l'ami du chancelier Schröder. Et puis, après 2007, un autre Poutine est apparu. En 2000, vous avez déclaré : « Nous ne devrions pas avoir de confrontations en Europe, nous devrions tout faire pour les surmonter.» Et maintenant, nous nous retrouvons dans une telle confrontation [en Crimée, etc.].

Puis-je vous poser une question directe? Quand allons-nous retrouver le premier M. Poutine ?

Vladimir Poutine : Je n'ai jamais changé. Tout d'abord, je me sens encore jeune aujourd'hui. J'étais et je continue d'être l'ami de M. Schroeder. Rien n'a changé.

Mon attitude à l'égard de questions telles que la lutte contre le terrorisme n'a pas non plus changé. C'est vrai, le 11 septembre, j'ai été le premier à appeler le Président Bush et à exprimer ma solidarité. En effet, nous étions prêts à tout faire pour combattre le terrorisme ensemble. Il n'y a pas si longtemps, après les attentats terroristes de Paris, j'ai appelé puis rencontré le Président de la France.

Si on avait écouté Gerhard Schroeder, Jacques Chirac, et moi-même, il es probable qu’il n'y aurait eu aucune des attaques terroristes récentes à Paris, car il n'y aurait pas eu de poussée de terrorisme en Irak, en Libye ou dans d'autres pays au Moyen-Orient. […]

Vous m'avez demandé si j'étais un ami ou pas. Les relations entre les États sont un peu différentes de celles entre les individus. Je ne suis ni un ami, ni une mariée ou un marié. Je suis le Président de la Fédération de Russie. C'est 146 millions de personnes ! Ces personnes ont leurs propres intérêts, et je dois protéger ces intérêts. Nous sommes prêts à le faire de manière non conflictuelle, à rechercher un compromis, mais bien sûr, en fonction du droit international, qui doit être compris uniformément par tous.

dimanche 2 juillet 2017

Hassan Nasrallah : l'Arabie Saoudite veut vendre la Palestine à Donald Trump (3/3)

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 23 juin 2017, à l’occasion de la Journée Internationale d’Al-Quds (Jérusalem)  

Cette journée a été instituée par l’Imam Khomeini en 1979 pour réaffirmer l’attachement de la communauté musulmane à la cause palestinienne et aux lieux saints d’Al-Quds, et elle est célébrée le dernier vendredi du mois de Ramadan.

Traduction :  http://sayed7asan.blogspot.fr/


Vidéo originale supprimée par Youtube. Voir Kafka 2.0 : Comment s’exerce la censure politique sur Youtube



Transcription :




[...] Sixièmement, les régimes qui complotent contre l’Axe de la Résistance doivent savoir qu’ils ne l’emporteront pas dans cette bataille. Ils peuvent faire tout ce qu’ils veulent mais ils ne remporteront pas cette bataille. Ourdissez vos complots, usez de tous vos stratagèmes, déployez tous vos efforts [paroles de Zeynab b. ‘Ali au tyran Yazid après le martyre de l’Imam Hussein], faites tout ce que vous voulez, vous ne parviendrez jamais à l’emporter dans cette bataille.

Hassan Nasrallah : 100 000 combattants du monde musulman sont prêts à affronter Israël (2/3)

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 23 juin 2017, à l’occasion de la Journée Internationale d’Al-Quds (Jérusalem)

Cette journée a été instituée par l’Imam Khomeini en 1979 pour réaffirmer l’attachement de la communauté musulmane à la cause palestinienne et aux lieux saints d’Al-Quds, et elle est célébrée le dernier vendredi du mois de Ramadan.





Transcription :

Voir la première partie du discours ici :  Israël n'a gagné aucune guerre depuis 1967

[…] En conclusion, notre message en cette Journée d'Al-Quds (Jérusalem), à travers tous ces faits constatés (que je viens d'évoquer), depuis les champs de bataille aux terrains politiques, jusqu'aux lieux de manifestations populaires, aux célébrations et aux festivals commémorés ce jour, nous devons en arriver au résultat suivant, et déterminer les responsabilités suivantes.

Premièrement, le peuple palestinien et tous ceux qui croient en cette cause dans le monde arabo-musulman ne doivent en aucun cas désespérer, malgré toutes les difficultés dont nous avons parlé dans la première partie (de mon discours). Car le désespoir permettrait de réaliser l'objectif de l'ennemi. Il ne faut pas désespérer, ne pas être écœuré, épuisé et en avoir assez ; il faut rester patient, déterminés et persévérer (sur la voie de la Résistance) car devant nous, il y a beaucoup d'espoir, beaucoup de succès, beaucoup d'horizons ouverts.

La série des Langelot, romans de Vladimir Volkoff pour la jeunesse (Bibliothèque Verte)

Je fais suite à la première publication partielle de mon Mémoire de Lettres Modernes datant de 2009, et consacré à Vladimir Volkoff et à son œuvre. Après la première partie consacrée à l'auteur, et déjà publiée sous le titre Un « idéologue » d'extrême droite : Vladimir Volkoff, je publie tel quel le reste de mon travail consacré à l'excellente série des Langelot, ouvrage pour la jeunesse publié sous le pseudonyme de Lieutenant X qui gagnerait à être plus connu. Les lecteurs de la série pourront s'y replonger dans un univers qui aura bercé leur enfance (comme certains ont déjà pu le faire en privé, m'invitant à publier cette partie), et ceux qui ne la connaissent pas pourront la découvrir et la faire découvrir aux enfants et adolescents.

Une première partie présente certaines thématiques de la série, une seconde propose une analyse littéraire de quelques extraits représentatifs et une troisième soutient que plusieurs ouvrages de la série sont apocryphes et n'ont pas été composés (ni même bâclés) par Vladimir Volkoff. Des interviews de l'auteur sur Langelot et une bibliographie complète sont enfin proposés.

Les illustrations ont été ajoutées pour agrémenter la lecture. 

Sayed Hasan




Introduction : Vladimir Volkoff et Langelot, deux « officiers » méconnus


 Langelot

Vous, les stagiaires, il va sans dire que vous êtes les bienvenus. Vous avez choisi le plus beau métier du monde. Celui qui nécessite un emploi total de toutes les possibilités de la personne humaine. Celui qui, à l’époque des bombes H, des camps de la mort, des destructions massives, permet encore à un homme seul de défendre efficacement sa patrie en faisant un minimum de mal à l’humanité. Bravo.
Qui plus est, vous n’avez pas seulement choisi ce métier, vous avez été choisis pour l’exercer. Choisis dans des circonstances diverses, mais avec une compétence égale. Vous êtes, au sens propre, une élite. Encore une fois, bravo.[1]

C’est en ces termes éloquents que le colonel Moriol, dans le premier ouvrage de la série, Langelot agent secret, accueille les jeunes stagiaires destinés à devenir des officiers du Renseignement au service de la France. Langelot est un héros de la littérature pour la jeunesse qui, quoique méconnu, ne s’en laisserait point conter par tous les Nancy Drew et autres Harry Potter contemporains. Brillant sous-lieutenant d’un des services secrets français les plus modernes, il incarne parfaitement les nobles valeurs auxquelles l’auteur rattache le monde du Renseignement, et, malgré sa jeunesse (l’ouvrage, publié dans la collection « Bibliothèque verte », était destiné aux préadolescents), n’a rien à envier à son alter ego adulte créé par Ian Fleming. Langelot, parangon de l’agent secret, est, au sens propre du terme, un [jeune] homme d’élite, non pas en ce qu’il détiendrait des facultés exceptionnelles, mais en ce qu’il a développé au mieux l’ensemble des possibilités physiques et morales de l’être humain, ce qui lui permet de redonner vigueur à l’idéalisme et à l’optimisme. Ses capacités physiques et intellectuelles peu communes, doublées d’une morale solide, lui permettent ainsi de se confronter à la marche de l’Histoire, tout en l’influant.
Deux thèmes sont omniprésents dans la série des Langelot, ceux-là même que met en lumière la citation du colonel Moriol, à savoir l’héroïsme et l’aristocratie, dans l’acception antique de ces termes. Le monde de la série des Langelot, celui des relations internationales durant la guerre froide, est un monde instable, violent, décrit avec force réalisme, dans toute sa subtilité ; il dévoile les rouages secrets qui meuvent l’Histoire, à la faveur de l’action des Héros de l’ombre, et montre que l'héroïsme individuel, désintéressé, la poursuite d'un idéal restent possibles dans le monde moderne. Le sérieux, voire le tragique, le disputent au plaisant : il s'agit d'amuser, certes, mais aussi d'éduquer, d'éveiller le jeune lecteur à la réalité. L’espionnage est un monde que l’auteur, Vladimir Volkoff, connaît d’expérience, tout comme ses modèles anglo-saxons, Graham Greene et John le Carré : cela lui permet d’exploiter pleinement le ressort du mystère, particulièrement attrayant pour les plus jeunes. Comme il l’affirme lui-même dans une interview en ligne, Vladimir Volkoff a écrit la série des Langelot pour défendre ce en quoi il croyait, à savoir « la patrie, le courage physique, la fidélité, la joie du danger, le charme féminin ». Autant d’ingrédients nécessaires au succès d’un ouvrage pour la jeunesse, et ce sans négliger la qualité de la plume et la densité de la réflexion, qui, hélas, ne vont pas toujours de pair avec la popularité des séries.

Vladimir Volkoff

« Le niveau de la classe intellectuelle française est bien à la hauteur du silence qui a accompagné son départ. Imaginons la mort de je ne sais quel histrion de sixième catégorie : des pages entières dans les journaux lui auraient été consacrées, des montagnes de gerbes auraient été déposées devant son cercueil. Il y aurait eu des émissions spéciales dans les chaînes dites de grande diffusion, dans les grands journaux. Silence. Silence radio. Ceci est bien à l’image de ce qu’est devenue l’intelligence de ce pays.[2] » C’est en ces mots que Bernard Lugan, ami intime de Vladimir Volkoff, prononce l’oraison funèbre du défunt au lendemain de son enterrement, qui pour ainsi dire est passé inaperçu.
Comme le montre assez notre Avant-propos [non publié], nous ne pouvons guère considérer Vladimir Volkoff comme un grand écrivain – et c’est d’ailleurs pourquoi nous ne l’avons nullement évoqué dans cette dissertation littéraire. Vladimir Volkoff n’est qu’un homme d’un certain talent : le talent peut suffire à écrire de brillants ouvrages pour la jeunesse, mais il ne suffit pas à écrire de véritables romans dignes de ce nom.
Nous ne souscrivons donc que partiellement aux propos de Bernard Lugan. Nous estimons, et c’est là un jugement par contumace[3], que la plupart des pseudo-écrivains contemporains n’ont pas plus de « talent » que Vladimir Volkoff ; si d’aucuns tenaient en estime la « littérature » contemporaine, il nous semble qu’ils gagneraient à le connaître. Rendons dès maintenant cette justice à Vladimir Volkoff, il ne fut pas une âme mercenaire : c’était un « vieil écrivain français d’origine russe, ramant toujours à contre-courant, semi-raté, mais avec des entrées et des contacts de ci de là, des lecteurs un peu partout, une autorité limitée qui lui était venue tardivement mais venue tout de même, parce qu’il ne s’était jamais vendu à personne…[4] »
Pourquoi donc traiter un auteur qui, pour nous, est littérairement négligeable[5] ? Car c’est bien la série des Langelot, non son auteur, qui nous intéresse : nous la considérons, objectivement comme un joyau de la littérature pour la jeunesse de la seconde moitié du XXe siècle, et subjectivement comme une série qui a bercé notre enfance, et qui, en tant que telle, a pu contribuer à notre développement. Nous intéressant de près, à titres personnel et professionnel, aux enfants et à leur éducation, et étant consterné par les inepties dont ils sont quotidiennement abreuvés – qu’elles soient « littéraires », télévisuelles ou multimédia –, nous aimerions contribuer à faire connaître cette série, qui, d’après notre expérience, enthousiasme les plus jeunes, tout en leur permettant, en plus d’acquérir un riche vocabulaire, d’élever leurs vues et d’aborder sérieusement des questions éthiques et philosophiques complexes.

Première partie : Vladimir Volkoff


Déjà publiée sous le titre Un « idéologue » d'extrême droite : Vladimir Volkoff


Deuxième partie : Langelot



I.                   Présentation de la série

A. Langelot agent secret

Genèse 

La série des Langelot a été initialement publiée entre 1965 et 1986 dans la Bibliothèque verte, mythique collection des éditions Hachette destinée aux enfants et préadolescents[6]. Louis Hachette avait créé la Bibliothèque rose en 1856 après une rencontre avec le Comte de Ségur, qui lui avait parlé des histoires que sa femme inventait pour ses propres enfants : ainsi la Comtesse de Ségur sera-t-elle la première auteure à publier des ouvrages dans cette collection. La Bibliothèque verte, quant à elle, fut créée en 1924 : sa vocation première était de rééditer les grands classiques de la littérature pour la jeunesse, en particulier les auteurs du fonds Hetzel (Jules Verne, etc.). En 1948, les premières nouveautés apparaissent, notamment plusieurs séries qui connaîtront un grand succès : Alice (Caroline Quine), Les Six Compagnons (Paul-Jacques Bonzon), L’étalon noir (Walter Farley) Michel (Georges Bayard), Les trois jeunes détectives (Robert Arthur, sous l’illustre prête-nom d’Alfred Hitchcock), etc.


C’est en tant que traducteur que Vladimir Volkoff fait ses débuts chez Hachette : 

[Un ami[7] ayant] publié avec succès des livres chez Hachette jeunesse, il m’introduisit dans cette maison pour laquelle je fis office de lecteur et traduisis Pickwick, Mary Poppins, Hitchcock et bien d’autres. Surtout j’y créai, sous le pseudonyme de Lieutenant X, la série ‘Langelot’ à laquelle je travaillai pendant quelque vingt ans avec autant de conscience et de plaisir qu’à mes autres livres. Les quarante titres sortis, dont certains furent traduits en turc, en indonésien, en afrikander, sans parler de l’allemand ou de l’espagnol, me donnèrent pendant quelque temps une indépendance qui me permit ‘d’aller voir ailleurs si j’y suis’.[8]

Hassan Nasrallah on Israel, ISIS and the future of the Middle East

Speech by Hezbollah Secretary General Sayed Hassan Nasrallah on June 23, 2017, on the occasion of the International Day of Al-Quds (Jerusalem)

This day was instituted by Imam Khomeini in 1979 to reaffirm the attachment of the Muslim community to the Palestinian cause and the holy places of al-Quds, and is celebrated each year on the last Friday of Ramadan.

Source: http://www.almanar.com.lb/2220447

Translation: http://sayed7asan.blogspot.com 





Transcript :

[Israel didn’t win any war since 1967]

[…] Well, the sixth (force element for the Palestinian cause) is the persistence and endurance of Resistance movements in Lebanon and Palestine. They did not run away, nor withdraw, nor have disarmed nor destroyed their missiles, nor threw them into the sea, nor threw them in the trash or have bartered them, nor have changed their line, alliances or positions, despite everything we have just mentioned: threats, intimidation, terrorism charges, arrests, killings, imprisonment, blockade, drying up sources of money, laws imposing sanctions, (inscription on the) list of terrorist organizations, etc. This is also something (very) important.