samedi 30 septembre 2017

L’appel au secours de Norman Finkelstein

Norman Finkelstein, universitaire américain, auteur et conférencier internationalement reconnu, qui a produit des livres et articles remarquables sur la Palestine et sur le lobby israélien aux Etats-Unis, et a sacrifié sa carrière et sa passion d’enseignant à la cause, est actuellement victime d’une campagne de harcèlement et nous demande notre soutien.

Source : http://www.europalestine.com/spip.php?article13486


Bonjour. 

Je m’appelle Norman Finkelstein. 

La plupart des gens me connaissent comme un défenseur des droits des Palestiniens. Mais toutes les injustices ne sont pas d’envergure historique et mondiale. Parfois, nous devons nous battre pour le petit gars qui se fait baiser. Aujourd’hui, je vous demande votre aide pour la défense d’un pauvre immigrant Guyanais qui a réussi sa vie.

Je risque la prison pour mon soutien à l’un de mes anciens étudiants, le Dr Baldeo, lui-même la proie d’un terrible racket de la part de deux avocats rapaces de New York, dénommés Michael Chetkof et Allyson Burger, qui piègent et soumettent au chantage les immigrants musulmans qui ont réussi.

Il y a un an de cela environ, le Dr Rudolph Baldeo, m’a contacté. Immigrant pauvre, il a réussi grâce à son acharnement, en assistant à mes cours du soir, à passer de commis d’entrepôt à pédiatre. Mais il n’a jamais oublié d’où il venait. Chaque année, il a mis de côté plusieurs semaines pour se mettre bénévolement au service des démunis. Il m’a accompagné en Afrique du Sud, où il a traité des enfants orphelins atteints du Sida. Il m’a accompagné en Cisjordanie, où il a traité des enfants palestiniens blessés par balle par des soldats israéliens. Il travaillait de 60 à 80 heures par semaine, afin d’économiser de l’argent pour ses trois enfants et payer les études qui leur ont permis de devenir médecins à leur tour.


Le Dr Baldeo soignant bénévolement des orphelins atteints du SIDA en Afrique
 
Mais en avril 2016, la catastrophe a frappé. Il est tombé entre les griffes de deux avocats sans scrupules nommés Allyson Burger et Michael Chetkof. Ils avaient tourné en cercle au-dessus de leur proie : de carrure chétive, il a la peau sombre, il est musulman, et son anglais n’est pas parfait. La cible parfaite. Ils ont inventé le Grand mensonge, selon lequel il aurait commis « d’innombrables » actes de « violence indescriptible » [contre son ex-épouse, prétendument révélés après 27 ans de mariage]. Ceci sans la moindre preuve, sans aucune trace de plainte, aucun certificat médical, aucun affidavit de témoins oculaires.

J’ai promis de ne pas l’abandonner. Jour après jour, je me suis assis avec lui et ses avocats. Jour après jour, je me suis rendu avec lui à la Cour. Nuit après nuit, j’ai lu et relu le dossier de la Cour. J’étais vraiment choqué. C’était un coup monté transparent !

Mais je fus impuissant face au crime qui se déroulait. Le duo de vautours assermentés l’a intimidé, harcelé. Ils l’ont humilié, dégradé. Le vendredi 4 août, il a succombé. Il a perdu sa maison et les économies de toute sa vie. Je lui ai fait une promesse solennelle : la vérité sera faite et les coupables seront punis.

Maintenant, les Vautours le soumettent à un odieux chantage pour me faire taire. Lorsque Chetkof et Burger ont découvert que j’écrivais un article dénonçant cette extorsion, ils ont menacé le Dr Baldeo, et m’ont fait arrêter suite à mon action de tractage devant leur bureau de Long Island.



A présent, une ordonnance de la Cour a été rendue contre moi, ce qui veut dire que je risque une longue peine de prison. Mais si je labandonne à son heure de grand besoin, je trahirai tout ce que j’ai défendu durant ma vie.

Bien sûr, je ne procèderai à aucune négociation de peine, et ne plaiderai bien évidemment pas coupable. Si on doit en arriver là, j’irai en prison et ferai une grève de la faim jusqu’à la dernière extrémité, au prix même de ma vie. Je ne crains rien ni personne du moment que j’ai la Vérité et la Justice à mes côtés. J’ai déjà passé une nuit très désagréable en prison et menotté à cause de ces avocats-rapaces. Mais je n’arrêtais pas de me dire : ‘Si mon Père et ma Mère ont pu survivre cinq ans dans les camps de la mort d’Hitler, je peux bien survivre à une prison merdique et infecte de Long Island.’ 


Si vous êtes aussi scandalisé que moi par ces tactiques de chantage, je vous invite instamment à SIGNER ET PARTAGER CETTE PETITION : https://www.change.org/p/supreme-court-appellate-division-disbar-michael-chetkof-and-allyson-burger-for-perjury-and-blackmail-750c9ecc-9119-44c4-9bda-cdce30abd24e

Vous pouvez me contacter à cette adresse : NormFinkelstein@gmail.com »


Norman Finkelstein et le Dr Baldeo face aux avocats-rapaces Michael Chetkof et Allyson Burger

CAPJPO-EuroPalestine

Voir également les autres articles de Norman Finkelstein relatifs à cette affaire :

Michael Chetkof, Allyson Burger : ARRETEZ LE CHANTAGE !

Michael Chetkof : le déjeuner à 30 000 dollars, par Norman Finkelstein (1)

Tract distribué par le Professeur Norman Finkelstein devant le bureau des « avocats-vautours », pour lequel il a été arrêté et a passé une nuit en prison

Lettre de Norman Finkelstein après sa remise en liberté

A venir :

Allyson Burger : l’outrecuidance monstrueuse d’une ânesse bâtée (2)

Michael Chetkof, Allyson Burger : nouveau rebondissement (3)

Michael Chetkof et Allyson Burger : le duo draculéen de sangsues frappe encore

3 commentaires:

  1. Monsieur Finkelstein,

    Vous avez mon soutien inconditionnel. Vous êtes l'un des rares à parler vrai et à avoir le courage de mener votre combat contre cet Etat voyou d'Israël. Le mensonge, la propagande et le génocide se retourne TOUJOURS contre celui qui les dirige. Croyez en nous, nous vous soutenons et vous soutiendrons jusqu'au bout. En revanche, le sionisme connaîtra ce que connaissent toutes les dictatures fascistes. Croyez-moi
    je me permets de vous embrasser et vous souhaite bon courage!

    RépondreSupprimer
  2. que dieu soit avec vous et avec tous pour la bonne cause courage nous vous soutenons je vous souhaite bon courage

    RépondreSupprimer
  3. bonne chance monsieur ,vos parents ont vu pire et les palestiniens aussi ,que dieu vous bénisse .

    RépondreSupprimer