All the content in ENGLISH is now published in resistancenewsunfiltered.blogspot.com

lundi 19 novembre 2018

Algérie : la chaîne Ennahar incite à la haine contre les chiites

Reportage et débat de la chaîne d'informations Ennahar, première chaîne algérienne, 21 novembre 2017.

Sources : https://www.youtube.com/watch?v=Dn3n3sv4vr0, https://www.youtube.com/watch?v=clMqebsjiOA


Soutenez ce travail en faisant un don, même modeste, et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure


Au moment où les forces iraniennes, irakiennes et le Hezbollah, aux côtés de l'armée syrienne et de l'aviation russe, annihilaient les derniers résidus de Daech, ce cancer terroriste takfiri qui a entièrement détruit des pays et a tué des centaines de milliers de musulmans, la première chaîne d'informations algérienne, Al-Nahar, a lancé sa propre bataille contre le « terrorisme », en diffusant des reportages comme celui-ci, qui ont effectivement une importance capitale...

La chaîne sensationnaliste Al-Nahar sème la discorde entre les musulmans, en dénonçant une conspiration imaginaire pour inciter les Algériens contre les chiites. Et ce alors que le chiisme est une école reconnue de l'Islam, qui ne lance ni de takfir, ni d'incitation sectaire, et que les pays et mouvements chiites ne combattent que l'occupation américaine et sioniste et leurs instruments au Moyen-Orient. Et face à cela, l'Algérie est inondée de livres wahhabites qui ont fortement influencé les esprits, mais personne ne le dénonce, malgré le fait que cette pensée soit au fondement de la création et de la barbarie de Daech.

N'y a-t-il pas de problèmes plus graves et plus importants que le chiisme en Algérie, surtout que le nombre des chiites n'y dépasse pas les quelques milliers sur une population de 40 millions ? La chaîne Al-Nahar se soucie-t-elle vraiment de la sécurité et de la dignité nationales et du bien-être du peuple algérien, ou ne se soucie-t-elle que des ordres de ses maitres en Arabie Saoudite ? De telles pseudo-informations dénigrent et offensent l'Algérie. D'autant plus que la politique étrangère de l'Algérie est indépendante de Riyad : refus de participer à la guerre barbare contre le Yémen, refus de considérer le Hezbollah comme une organisation terroriste... Heureusement, durant un débat en direct, deux invités ont pu démasquer la propagande d'Al-Nahar, au point que le « Cheikh » et le journaliste démasqué, défendant l'agenda saoudien, est resté muet.


Transcription : 

Reportage

Ce que vous voyez n'est pas en Irak ou en Iran, mais c'est ce qui a été saisi par la police des frontières à l'aéroport international Houari Boumédiène (à Alger). Des livres issus de ce que les chiites appellent la source de Hussein, ainsi que des drapeaux qui honorent Hussein, que Dieu l'agrée. 

La propagation énorme du chiisme en Algérie est en forte augmentation. La vigilance et la sagacité des agents de sécurité lui font face. La police des frontières de l'aéroport international Houari Boumediène a arrêté plus de 400 personnes en moins de deux semaines, qui revenaient de la ville de Karbala en Irak, après avoir célébré 'Achoura et le 40e jour (consécutif au martyre) de Hussein.
 
Cheikh Ali Ayya : « Ce complot maçonnique international [sic] vise à détruire certains Etats où la sécurité et la stabilité était encore préservées et comment... par quel moyen, de quelle manière peuvent-ils détruire notre unité et nous diviser et semer l'hostilité même entre le père et la mère, les frères et sœurs, les amis, les voisins, les imams et les fidèles... ? C'est en répandant ce courant religieux (le chiisme). Nous rendons hommage à la police, à l'armée et à la douane. Sans eux, en vérité, nous aurions disparu de ce monde.  »

samedi 17 novembre 2018

Hassan Nasrallah : au Yémen, l'Occident ne se soucie que de protéger l'Arabie Saoudite

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 10 novembre 2018, à l'occasion du Jour du Martyr, commémorant l'attaque contre le quartier général de l'occupant à Tyr (sud-Liban), le 11 novembre 1982, tuant 76 officiers israéliens.

Soutenez ce travail en faisant un don et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure


Transcription :

[...] Deuxièmement, je vais évoquer un développement important dans la région, avant de parler de la situation intérieure (au Liban). Depuis un mois et demi environ, le monde est accaparé par le crime odieux qui a été perpétré contre le journaliste saoudien Jamal Khashoggi dans le consulat d'Arabie Saoudite à Istanbul. Le monde entier a également été choqué par les détails du crime : l'enlèvement, le meurtre, le corps découpé à la scie, et dissous dans de l'acide, et les restes déversés dans les égouts. Le monde est étonné et choqué à juste titre, et il a raison de condamner (ce crime).

Le Hamas dévoile l’opération israélienne avortée qui a déclenché l’escalade récente à Gaza

Reportage de la chaîne Al-Mayadeen, 12 novembre 2018.


Faites un don, même modeste, pour soutenir ce travail, et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.


jeudi 15 novembre 2018

La courte guerre contre Gaza a mis en lumière la faiblesse d’Israël



Traduction : Dominique Muselet

La semaine dernière, un cessez-le-feu avait été conclu entre les factions palestiniennes à Gaza et Israël :

L’objectif de ce changement, dans le cadre d’un plan négocié par l’Égypte et financé par le Qatar, est de fournir à Gaza l’aide dont il a tant besoin, de rétablir le calme du côté israélien de la frontière et d’éviter une nouvelle guerre.
Dimanche soir, les forces spéciales israéliennes ont rompu le cessez-le-feu et sont entrées dans la bande de Gaza en portant des déguisements. De telles incursions se produisent assez souvent, mais ne sont généralement pas rapportées par les médias. Les envahisseurs portaient des vêtements civils et certains étaient déguisés en femmes. Ils sont arrivés en voitures chez un commandant local de Qassam [branche militaire du Hamas, Ndlr], mais des gardes  méfiants les ont arrêtés. Il s’en est suivi une fusillade au cours de laquelle 7 Palestiniens et 1 officier israélien ont été tués. Le but du raid israélien n’est pas clair. Une voiture laissée sur place contenait ce qui semblait être du matériel de surveillance. Les intrus se sont enfuis en Israël.

mardi 30 octobre 2018

De Karbala à Daech : pourquoi vous n’avez jamais entendu parler du plus grand pèlerinage au monde



Traduction : http://www.sayed7asan.blogspot.fr


Cet article est consacré au pèlerinage annuel de 'Arbaeen effectué en ce moment même par les chi’ites à Karbala, en Irak, où l’Imam Hussein, petit-fils chéri du Prophète de l’Islam vénéré par tous les musulmans, a été décapité avec les siens pour avoir refusé de faire allégeance au calife illégitime et despotique Yazid b. Mu'awiya, qui bafouait les valeurs islamiques. L’auteur y décrit le caractère spectaculaire de cette procession, qui culmine le 30 octobre 2018, dans laquelle des millions de personnes bravent chaque année la menace terroriste de Daech pour qui les chi’ites sont la cible de prédilection.

Les racines historiques et idéologiques de Daech, dont la barbarie frappe avant tout les musulmans et foule aux pieds les principes les plus élémentaires de l’Islam, se retrouvent déjà à Karbala, il y a quatorze siècles, lorsque l’armée d’un calife usurpateur a massacré la famille du Prophète tout en se revendiquant de l’Islam.

Soutenez ce travail en faisant un don et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.  

Ce n’est ni le Hajj musulman [pèlerinage à La Mecque], ni la Kumbh Mela hindoue. Désigné comme le « Arbaeen » [le quarantième jour], c’est le plus grand rassemblement au monde et vous n’en avez probablement jamais entendu parler ! Non seulement cette congrégation dépasse-t-elle le nombre de visiteurs à la Mecque (par un facteur de cinq, en fait), mais elle est encore plus importante que la Kumbh Mela, puisque cette dernière n’est commémorée que tous les trois ans. En bref, Arbaeen éclipse tous les autres rallyes de la planète, atteignant les vingt millions de participants l’an dernier. Cela représente une proportion impressionnante de 60% de toute la population d’Irak, et leur nombre est en augmentation année après année.

De Karbala à l’Etat Islamique : pourquoi vous n’avez jamais entendu parler du plus grand pèlerinage au monde
Procession des pèlerins en direction de Karbala

samedi 27 octobre 2018

Norman Finkelstein dénonce l’imposture de l’antisémitisme

Par Norman G. Finkelstein


Traduction : sayed7asan.blogspot.fr

Soutenez ce travail en faisant un don et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure


L
hystérie actuelle qui fait rage autour du parti travailliste britannique se base sur deux prémisses interdépendantes, quoique discrètes : lantisémitisme dans la société britannique en général, et au sein du parti travailliste en particulier, aurait atteint des proportions critiques. Si aucune de ces prémisses ne peut être admise, alors cette hystérie est une pure fabrication. En réalité, aucun élément de preuve n’a été fourni pour étayer l’une ou l’autre ; au contraire, toutes les preuves vont dans la direction opposée. La conclusion rationnelle est que tout ce brouhaha nest quune mystification calculée –oserons-nous dire un complot ?– visant à chasser de la vie publique britannique Jeremy Corbyn et la politique de gauche attachée à des principes quil représente. Mais même si les allégations à son encontre étaient vraies, la solution ne serait pas de limiter la liberté de pensée au sein du parti travailliste. À son apogée, la tradition de la gauche libérale a attaché une valeur unique et primordiale à la Vérité ; mais la vérité ne peut pas être connue si les dissidents, si odieux quils soient, sont réduits au silence. Du fait de lhistoire lourde de lantisémitisme, dune part, et de sa manipulation éhontée par les élites juives, dautre part, une appréciation objective et sans parti pris peut sembler irréalisable. Mais il faut tout de même essayer. Sinon, la perspective d’une victoire historique de la gauche pourrait être sabotée, car jusqu’à présent, les partisans de Corbyn, que ce soit par crainte, calcul ou souci du politiquement correct, n’osent pas désigner le mal qui se trame par son nom.

Vladimir Poutine : en Syrie, Daech détient des otages américains et européens, mais l'Occident se tait

Séance plénière de la réunion du 15ème anniversaire du Club de Discussion International Valdaï, 18 octobre 2018.



Soutenez ce travail en faisant un don et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure


Transcription :

[...] Fyodor Lukyanov : La conférence de Valdaï d'il y a trois ans (en 2015) s'est déroulée exactement deux semaines après le début de l'intervention militaire russe en Syrie.

Je me souviens que l'un de nos collègues vous a posé la question suivante : « Cela valait-il vraiment la peine de s'impliquer ? Car il y aura des coûts et des pertes, et on ne sait pas comment cela va finir. » Et vous avez prononcé cette phrase mémorable, qui a été énormément citée par la suite : « Il y a 50 ans, j'ai appris une règle dans les rues de Léningrad : si le combat est inévitable, il faut frapper le premier. »

Eh bien, nous avons frappé, et trois ans plus tard, la situation en Syrie a effectivement radicalement changé, mais il est toujours impossible de dire que le problème a été résolu. Les événements récents donnent des impressions à la fois positives et négatives. Je voudrais donc répéter la question posée il y a trois ans : « Peut-être que cela ne valait pas la peine de prendre ce risque, car les pertes se sont avérées sérieuses ? »

Vladimir Poutine : en cas de guerre nucléaire, nous irons au paradis en martyrs

Séance plénière de la réunion du 15ème anniversaire du Club de Discussion International Valdaï , 18 octobre 2018.



Soutenez ce travail en faisant un don et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure


Transcription :

[...] Fyodor Lukyanov : Vladimir Vladimirovich, il est donc convenu que la Russie ne doit pas être détruite. Mais vous avez également fait une déclaration très ferme il ny a pas longtemps.

Vladimir Poutine : Vous me harcelez encore avec ces déclarations.

Fyodor Lukyanov : Je suis désolé, c’est mon travail, je suis payé pour ça.

Vladimir Poutine : Serons-nous les deux seules personnes à débattre ?

Fyodor Lukyanov : Une minute s
il vous plaît. Chaque chose en son temps.

Pouvez-vous s
il vous plaît mexpliquer cette déclaration que vous navez pas faite à Valdaï : « A quoi bon ce monde sil ny a plus de Russie ? » Beaucoup ont interprété cela à leur manière, affirmant que vouliez dire « Après moi, le déluge », vous connaissez l’expression. Est-ce ce que vous vouliez dire, ou est-ce que, comme je le présume, vous vouliez dire autre chose ?

vendredi 26 octobre 2018

Hassan Nasrallah : les soldats israéliens désertent les unités de combat

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 26 août 2018, à l'occasion du premier anniversaire de la Libération du Liban face aux groupes terroristes. 

Soutenez ce travail en faisant un don et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.  

Transcription :  

[...] Je tiens à vous dire, en ce premier anniversaire de la (Seconde) Libération (du Liban face aux groupes terroristes), que dans ces batailles d'une part contre le Front al-Nosra, et d'autres part contre Daech dans le Jurd (Ersal), le nombre de nos frères combattants présent était supérieur à celui qui était requis en effectifs, sur ces deux fronts. Et je disais aux responsables militaires : « Mais pourquoi amenez-vous des forces si nombreuses ? » Je m'inquiétais avant tout de préserver le sang (la vie et la santé) des frères, et me souciais aussi du fait que chacun d'entre eux allait ouvrir le feu, et que ça aurait un prix en termes de munitions et d'argent, mais ma principale préoccupation était de préserver le sang des frères. Ils m'ont répondu qu'ils ne parvenaient pas à empêcher les jeunes (combattants du Hezbollah) de venir (volontairement et massivement en Syrie). Surtout que c'était l'été, et qu'il n'y avait pas d'école ou de cours à l'université, et c'est pourquoi la majorité des combattants étaient des étudiants (membres du Hezbollah) des universités et des lycées, car notre usage est de ne pas permettre aux jeunes de moins de 18 ans de combattre, et il y a donc eu un nombre important de ces jeunes parmi nos martyrs.

mercredi 24 octobre 2018

Hassan Nasrallah : Gaza ne se laissera pas mourir de faim sans combattre

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le vendredi 19 octobre 2018, à l'occasion du 25e anniversaire de la Fondation Islamique pour l'Education et l'Instruction.


Soutenez ce travail en faisant un don et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.


Transcription :

[...] Je vais maintenant dire deux mots sur la situation politique (régionale), sur trois points que j'évoquerai rapidement. 

Premier point : toute la région a maintenant les yeux rivés (sur la Marche du Retour à Gaza) – et cela se passe au moment même où je vous parle, et je ne sais pas s'il y a du nouveau (des martyrs) – sur ce qui se passe dans la bande de Gaza en particulier. Car l'atmosphère actuelle est (très) lourde de défis, de dangers et de mobilisation de chaque côté, et il y a une escalade israélienne dans la rhétorique, sur le terrain, au niveau des préparatifs, des mesures et des actions, et au niveau de l'intimidation des Palestiniens (qui annonce une opération militaire).

Face à cela, les Palestiniens persistent et sont résolus à poursuivre la Marche du Retour, et ce jusqu'à ce que leurs objectifs soient atteints, malgré les martyrs, les blessés et les sacrifices fournis par la Marche du Retour chaque vendredi à ce moment (après la prière de midi). (Relevons) également la position radicale qui a été annoncée par la chambre des opérations des factions de la Résistance palestinienne à Gaza, et toutes les factions de la Résistance palestinienne à Gaza ont annoncé cette position, à savoir la décision de ne pas reculer et de se tenir prêts à combattre et à faire face à tous les défis. Jusqu'où peuvent aller les choses ? C'est ce que nous devons observer et suivre attentivement durant les heures et les jours qui viennent. 

Naturellement, les Palestiniens à Gaza n'ont pas d'autre choix que de résister, de faire face et de tenir bon. L'ennemi israélien les met face à deux choix : soit combattre, soit mourir de faim à cause du blocus imposé. Et les Palestiniens de la bande de Gaza ont fait leur choix de manière résolue. Ils refusent de mourir de faim. Ils veulent se tenir debout. Et le fait de se dresser ne signifie pas inéluctablement la mort. Certains peuvent tomber martyrs, mais ils peuvent finalement parvenir à imposer leur choix, à briser le siège qui leur est imposé et à imposer leurs conditions au monde entier (qui les a abandonnés).

Quoi qu'il en soit, ce qui se passera durant les quelques heures et jours à venir sera très important pour la bande de Gaza et également pour la région, car des événements de cette nature à Gaza peuvent avoir des répercussions majeures et dangereuses sur la région. [...]

dimanche 7 octobre 2018

Hassan Nasrallah sur la lutte contre le terrorisme : la France et l'UE sont de grands hypocrites

Interview du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, le 3 janvier 2018, par la chaîne Al-Mayadeen.

Extrait traduit en soutien au Centre Zahra.

Source : Al-Mayadeen


Soutenez ce travail en faisant un don et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.



Transcription : 

[...] Journaliste : Y a-t-il eu de telles tentatives d'entrer en relation avec vous (le Hezbollah) de la part de l'administration Trump ?

Hassan Nasrallah : Nous avons catégoriquement rejeté toutes les propositions de coopération des Etats-Unis (de la part des administrations Bush et Obama).

Journaliste : Et de la part de l'administration Trump en particulier, y a-t-il eu des tentatives (de rapprochement) ?

samedi 6 octobre 2018

Le S-300 marque-t-il la fin de l'impunité israélienne en Syrie ?

Interview de l'analyste militaire Victor Litovkin par la chaine Rossiya 24, le 26 septembre 2018.


Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr

Soutenez ce travail et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure

 


Transcription :

Journaliste : Nous continuons à discuter de cette question. Victor Litovkin, analyste militaire chez TASS, nous rejoint.  

Bonjour, Victor Nikolaevich.

Victor Litovkin : Bonjour.

Journaliste : Commençons par comprendre la situation. Tout d’abord, quels sont les atouts de la Syrie en matière de défense aérienne ? Et quelle est la différence fondamentale entre le S-200 et le S-300 ?

Hassan Nasrallah : la fin de Daech est imminente, Israël est livré à lui-même

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 19 septembre 2018, à l'occasion de la dixième nuit du mois islamique de Muharram, commémorant le martyre de l'Imam Hussein.


Soutenez ce travail en faisant un don et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.



Transcription :

[...] Point suivant, le troisième point. J'estime que cette année est l'année de la liquidation militaire de Daech dans notre région, avec la Grâce de Dieu. Au Liban, nous en avons fini. En Irak, Daech est terminé militairement, mais il réapparaît épisodiquement dans certaines provinces. En Syrie, Daech reste présent de manière résiduelle dans les collines d'al-Safa, dans le gouvernorat de Soueïda, ainsi que sur l'Euphrate, à l'Est de l'Euphrate, et en vérité, ce sont les politiques américaines qui l'y ont maintenu. Mais j'estime que cette année, avec la Grâce de Dieu, le Liban, la Syrie et l'Irak en auront fini avec le danger militaire de Daech. Et bien sûr, ce sera là une victoire majeure, très grande et très importante, sauvant la région d'une épreuve historique grandiose.

dimanche 23 septembre 2018

Hassan Nasrallah menace Israël : nous possédons assez de missiles pour redessiner la carte du Moyen-Orient

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 20 septembre 2018, à l'occasion du dixième jour du mois islamique de Muharram, commémorant le martyre de l'Imam Hussein.


Soutenez ce travail en faisant un don et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.



Transcription :

[...] Sixièmement, en ce qui concerne Israël, nous devons toujours rester sur le qui-vive, ô mes frères et soeurs. Les Israéliens sont en colère, les Israéliens sont inquiets. Ils sont en colère parce que leur projet dans la région s'est effondré. Les Israéliens ont fondé de grands espoirs sur ce qui se passait en Syrie et en Irak. Par le passé, ils ont fondé de grands espoirs sur ce qui se passait au Liban. Mais toutes leurs illusions ont été dissipées aux quatre vents.

Les Israéliens savent que l'Axe de la Résistance va revenir (leur faire face) plus fort que jamais. Les Israéliens savent que de nouveaux pays (Irak, Yémen) font maintenant partie de l'Axe de la Résistance, et que des peuples (entiers) qui étaient hors de la sphère de la lutte contre l'ennemi israélien sont aujourd'hui à l'intérieur de cette sphère, avec force, de manière active et intégrée.

mardi 18 septembre 2018

Iliouchine Il-20 russe abattu en Syrie : Poutine a-t-il plié face à Israël ?

Voir ci-dessous la transcription complète des déclarations du Ministère de la Défense russe et de Vladimir Poutine au sujet de l'incident. 

Par Sayed Hasan

Soutenez ce travail et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.  

Suite à un raid sans précédent de 4 avions de chasse israéliens qui a délibérément mis en danger les personnels et installations russes en Syrie, un avion de reconnaissance Il-20 transportant 15 militaires russes a été accidentellement abattu, apparemment par la défense anti-aérienne syrienne. La déclaration du Ministère de la Défense russe, d'une rare fermeté, a clairement identifié Israël comme le seul responsable, se réservant « le droit de répondre en conséquence. »


Cependant, la déclaration subséquente de Vladimir Poutine semble aller dans le sens d'un amenuisement de l'importance de cet incident, et même dédouaner Israël de toute responsabilité, parlant simplement d'une « série de circonstances tragiques. » Comment réconcilier ces deux déclarations ? Et quelles sont les causes et les conséquences prévisibles de cet événement ? 


dimanche 16 septembre 2018

Hassan Nasrallah éclate en sanglots en évoquant le martyre de l'Imam Hussein

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 13 septembre 2018, à l'occasion de la troisième nuit du mois de Muharram, qui marque le début du calendrier hégirien et de la commémoration du martyre de l'Imam Hussein, tué le 10e jour de Muharram.

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr

Soutenez ce travail et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.  


Transcription :

[...] Et pour conclure mon développement de ce jour, le dernier aspect qui nous permet de connaître (la véritable valeur de) ce monde d'ici-bas, au sujet duquel le Prophète nous a dit que le fait de l'aimer est la source de toutes les erreurs (et péchés), est son statut méprisable aux yeux de Dieu. Ce monde n'a aucune valeur aux yeux de Dieu. Et ce n'est pas seulement qu'il n'a aucune valeur, mais il est méprisé et honni par Dieu le Très-Haut et l'Exalté. Il n'a aucune valeur.

jeudi 13 septembre 2018

Hommage de Hassan Nasrallah au Yémen : les Saoud sont les descendants des Quraysh

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 11 septembre 2018, à l'occasion de la première nuit du mois de Muharram, qui marque le début du calendrier hégirien et de la commémoration du martyre de l'Imam Hussein, tué le 10e jour de Muharram.


Soutenez ce travail et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.  

 


Transcription :

[...] Du fait des circonstances, à savoir les persécutions (contre les musulmans), la situation difficile, les événements (mort de son oncle Abou Talib et de son épouse Khadija, qui étaient ses protecteurs), le Prophète, que les bénédictions de Dieu soient sur lui et sur sa famille, a commencé à penser sérieusement à une alternative à La Mecque.

samedi 1 septembre 2018

Hassan Nasrallah : l'Axe de la Résistance triomphe, les sanctions US sont un aveu d'impuissance

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 14 août 2018, à l'occasion de la célébration du douzième anniversaire de la victoire de 2006.

Traduction : sayed7asan.blogspot.fr

Soutenez ce travail et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.

[Voir les quatre premières parties de ce discours : La guerre de 2006 et Daech, deux projets américains au service d'Israël ; Le Hezbollah est beaucoup plus fort qu'Israël ; Vaincu en Syrie, Israël quémande le retrait de l'Iran et du Hezbollah ; « L'accord du siècle » de Trump, Ben Salmane et Netanyahou a échoué]


Transcription :

[...] Quelle est la leçon à tirer de tout (ce que je viens d'exposer) ? J'arrive maintenant à cette conclusion. (Les Etats-Unis) n'ont plus qu'un seul moyen (de nous attaquer). Ils savent que les guerres ne mènent à aucun résultat. Hier, Son Eminence l'Imam (Khamenei), le Leader, que Dieu le préserve, alors qu'il parlait des Etats-Unis, a affirmé qu'il n'y aurait pas de guerre. Israël, les Etats-Unis et cet Axe (saoudien) savent bien que les guerres ne mèneront à aucun résultat, et qu'ils seront vaincus dans toutes les guerres s'ils envisagent de les lancer, car ils ont été vaincus dans les guerres actuelles et continuent à être vaincus.

L'alliance américano-saoudienne, assistée d'Etats (du Golfe et d'Occident), échoue (lamentablement) au Yemen face au peuple yéménite, qui a des ressources modestes mais des hommes et des femmes d'exception. Cette alliance, qui a également échoué en Irak, en Syrie et au Liban, et n'a réussi nulle part, sait bien que (toute guerre sera désastreuse pour elle).

jeudi 30 août 2018

Hassan Nasrallah : « L'accord du siècle » de Trump, Ben Salmane et Netanyahou a échoué

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 14 août 2018, à l'occasion de la célébration du douzième anniversaire de la victoire de 2006.

Traduction : sayed7asan.blogspot.fr

Soutenez ce travail et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.


 

Transcription :

[...] Considérons maintenant (la situation à) Gaza, en Palestine, et en premier lieu à Gaza. Malgré la guerre destructrice, malgré le blocus sévère... Les Etats-Unis, Israël et leurs alliés s'attendaient à ce que Gaza se dirige vers la reddition, et qu'en échange de denrées alimentaires, de médicaments, d'électricité et d'eau (potable), Gaza leur cède absolument tout et accepte « l'accord du siècle » (censé liquider la cause palestinienne), et toute autre chose qu'on lui soumettrait, et accepte n'importe quelle résolution (du conflit), même aux dépens des droits des Palestiniens. Mais Gaza ne s'est pas soumise, ne s'est pas rendue et n'a pas signé (l'accord du siècle), malgré l'abandon du monde entier. Malgré l'abandon du monde entier. Et plus encore, Gaza a réinstauré et confirmé l'équation de la Résistance, répondant au bombardement par le bombardement, au sang par le sang, au feu par le feu.

vendredi 24 août 2018

Ahed Tamimi rend hommage à Hassan Nasrallah

Chaîne TV libanaise Al-Jadeed, 23 août 2018.

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr

Soutenez ce travail et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.

  

Voir également l'hommage de Hassan Nasrallah à Ahed Tamimi, auquel cette vidéo constitue une réponse.

Hassan Nasrallah : vaincu en Syrie, Israël quémande le retrait de l'Iran et du Hezbollah

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 14 août 2018, à l'occasion de la célébration du douzième anniversaire de la victoire de 2006.

Traduction : sayed7asan.blogspot.fr

Soutenez ce travail et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.

Transcription :

[...] Deuxième point, Israël et la Syrie. (Les Etats-Unis et Israël) avaient prévu de faire tomber la Syrie si la Résistance au Liban était tombée en 2006. Car si la Résistance avait été vaincue en 2006, ils avaient prévu d'amener des forces multinationales au Liban –car l'armée israélienne n'aurait pas pu rester–, des forces américaines, françaises, anglaises, italiennes, etc., qui auraient pris position au Liban, fermé la frontière entre le Liban et la Syrie et assiégé la Syrie afin de la faire tomber. Cela ne s'est pas produit. Ces sept dernières années (de guerre) sont donc advenues pour faire tomber la Syrie d'une autre manière, à savoir cette guerre mondiale qui a été lancée contre la Syrie. 

mercredi 22 août 2018

Hassan Nasrallah : la guerre de 2006 et Daech, deux projets américains au service d'Israël

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 14 août 2018, à l'occasion de la célébration du douzième anniversaire de la victoire de 2006.

Traduction : sayed7asan.blogspot.fr

Soutenez ce travail et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.


Transcription :

Je cherche refuge auprès de Dieu contre le démon lapidé. 

Au Nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. 

Louange à Dieu, Seigneur des Mondes, et que les prières et les salutations soient sur notre Maître et Prophète, le Sceau des Prophètes Muhammad, ainsi que sur sa famille noble et pure, ses compagnons choisis et fidèles et l'ensemble des Prophètes et des Messagers. 

Que la paix soit sur vous tous, ainsi que la Miséricorde de Dieu et Ses Bénédictions.

O mes frères et sœurs, je vous félicite en ce jour, le jour de votre victoire historique et divine que Dieu, dans sa bonté, vous a octroyée, ainsi qu'au Liban, aux peuples de notre région et à la Communauté (arabo-musulmane), enregistrant ainsi une victoire écrasante qui a bouleversé beaucoup d'équations.

mardi 21 août 2018

Hassan Nasrallah : le Hezbollah est beaucoup plus fort qu'Israël

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 14 août 2018, à l'occasion de la célébration du douzième anniversaire de la victoire de 2006.

Traduction : sayed7asan.blogspot.fr


Soutenez ce travail et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.


Transcription : 

[...] Commençons d'abord par Israël et le Liban. Où en sont les choses entre Israël et le Liban depuis 2006 à ce jour, 2018 ? Il est clair qu'Israël est dissuadé (de toute agression contre le Liban). Cet Israël qui toute sa vie s'en prenait au Liban pour les raisons les plus triviales ses avions venaient frapper le sud, la Bekaa, le nord, le Mont-Liban, jusqu'au cœur de la capitale. Vous vous souvenez tous de la situation avant 1982, et après 1982. Mais les choses ont changé, ils ne font plus rien de tel aujourd'hui. Et ce n'est pas du fait des bonnes manières (qu'aurait acquises) Israël, mais de l'équation (de dissuasion) imposée par la Résistance.

vendredi 17 août 2018

Hassan Nasrallah : Notre victoire en Syrie est imminente

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 14 août 2018, à l'occasion de la célébration du douzième anniversaire de la victoire de 2006.

Traduction : sayed7asan.blogspot.fr

Soutenez ce travail et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.



Transcription : 

[...] Nous célébrons aujourd'hui cet anniversaire (de la victoire de 2006) qui nous est cher. Cela fait maintenant douze ans que nous avons remporté cette victoire, et nous insistons sur l'importance de la célébration de cette occasion.

jeudi 16 août 2018

Le Hezbollah en guerre (5) : La naissance d'un Nouveau-Moyen-Orient (26 juillet 2006)

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah le 26 juillet 2006, au 14e jour de la guerre d'annihilation déclenchée par Israël.

Traduit pour la première fois à l'occasion du 12ème anniversaire de l'événement. Tous les discours du Secrétaire Général du Hezbollah durant la guerre de 2006, inédits en français, seront intégralement publiés cet été.


Soutenez ce travail et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.

« Je n'ai aucun intérêt pour une diplomatie qui viserait à ramener le Liban et Israël au statu quo ante. Je pense que ce serait une erreur. Ce que nous voyons ici, dans un sens, est la naissance, les contractions de l'enfantement d’un nouveau Moyen-Orient. Quoi que nous fassions, nous devons être certains que nous poussons les choses vers le nouveau Moyen-Orient et que nous ne retournons pas vers l'ancien. » Rapport spécial du Secrétaire d'Etat des Etats-Unis Condoleeza Rice, 21 juillet 2006.

« On nous demande toujours si, en capturant ces deux soldats, nous nous attendions ou pas à une réponse et à une réaction d'une telle ampleur. Mais laissez-moi vous dire autre chose : lorsqu'elle a capturé ces deux soldats israéliens, la Résistance, sans le savoir –je ne prétends pas qu'on le savait, on ne le savait pas–, a neutralisé le plus dangereux projet et le pire scénario de guerre contre le Liban, contre la Résistance au Liban et contre le peuple libanais. Voilà la vérité. Telle est la conclusion à laquelle nous sommes parvenus aujourd'hui. Du fait de la capture de ses deux soldats, l'ennemi israélien s'est retrouvé dans une situation difficile et humiliante, ne pouvant pas supporter un tel coup, et il a donc accéléré la guerre (d'annihilation) qu'il s'apprêtait de toute façon à lancer en septembre ou en octobre, (avec ou sans prétexte). L'importance de cette accélération réside en premier lieu dans le fait que l'ennemi a perdu l'élément de surprise. » Hassan Nasrallah, 26 juillet 2006.

lundi 13 août 2018

Norman Finkelstein : Israël n'a aucun droit de se défendre contre Gaza

Par Norman Finkelstein & Jamie Stern-Weiner

Selon le droit international, tout type de recours à la force à Gaza est interdit à Israël, quelles que soient les circonstances.


Traduction : http://sayed7asan.blogspot.com

Soutenez ce travail et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.  

Lior Mizrahi / Getty Images

Depuis le 30 mars 2018, date à laquelle les manifestations largement non violentes à Gaza ont commencé, la communauté internationale a fermement condamné les attaques armées israéliennes.

Une résolution de l'Assemblée générale des Nations Unies a « déploré tout recours à la force excessif, disproportionné et indiscriminé par les forces israéliennes contre des civils Palestiniens », tandis que le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies dénonçait
« l'usage disproportionné et indiscriminé de la force ». Après que des snipers israéliens aient tué Razan al-Najjar, une ambulancière palestinienne non armée âgée de vingt-et-un ans, le coordinateur spécial des Nations unies pour le processus de paix au Moyen-Orient a averti Israël qu'il « devait calibrer son utilisation de la force ». Dans un rapport accablant, Human Rights Watch a conclu que « le recours répété par les forces israéliennes à la force létale dans la bande de Gaza... contre des manifestants qui ne représentaient aucune menace imminente pour la vie peut constituer des crimes de guerre ».

Bien que ces condamnations soient les bienvenues, la question reste néanmoins de savoir si elles vont assez loin. En termes simples, est-ce qu'Israël a le droit de recourir à la force, de quelque manière que ce soit et quelles que soient les circonstances, contre la population de Gaza ?

vendredi 10 août 2018

American Pravda : Juifs et Nazis

Par Ron Unz*


Traduction : http://sayed7asan.blogspot.com

Soutenez ce travail et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure


Il y a 35 ans environ, j'étais assis dans ma chambre universitaire et je lisais le New York Times comme chaque matin, lorsqu'un article étonnant sur le nouveau Premier ministre israélien controversé, Yitzhak Shamir, a tout particulièrement attiré mon attention.

En ces temps anciens, la Grey Lady [surnom du New York Times] était une publication entièrement imprimée en noir et blanc, dépourvue des grandes photographies en couleurs de stars du rap et de longs récits sur les différents régimes diététiques qui occupent tant de place dans les médias actuels, et elle semblait également être beaucoup plus incisive dans ses reportages sur le Moyen-Orient. Environ un an plus tôt, le prédécesseur de Shamir, Menachem Begin, avait autorisé son ministre de la Défense Ariel Sharon à envahir le Liban et à assiéger Beyrouth, et le massacre de femmes et d'enfants palestiniens dans les camps de Sabra et Chatila qui s'ensuivit avait indigné le monde entier et suscité la colère du gouvernement américain. Cela a finalement conduit à la démission de Begin, Shamir, son ministre des Affaires étrangères, prenant sa place.

Avant sa surprenante victoire électorale de 1977, Begin avait passé des décennies dans le désert politique, étant considéré comme un homme inacceptable de la droite dure, et Shamir avait un passé encore plus extrême, les médias dominants américains rapportant librement sa longue implication dans toutes sortes d'assassinats de grande envergure et dans des attaques terroristes dans les années 1940, le décrivant en effet comme un individu très peu recommandable.

Compte tenu des activités notoires de Shamir, peu de révélations auraient pu me choquer, mais ce fut le cas de celle-ci. Apparemment, à la fin des années 1930, Shamir et sa petite faction sioniste étaient devenus de grands admirateurs des fascistes italiens et des Nazis allemands, et après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, ils avaient tenté à plusieurs reprises de contacter Mussolini et les dirigeants allemands en 1940 et 1941, espérant s'enrôler dans les puissances de l'Axe en tant que leur affilié palestinien, et entreprendre une campagne d'attaques et d'espionnage contre les forces britanniques locales, puis partager le butin politique après le triomphe inévitable d'Hitler.