Abonnez-vous à la page Facebook et à la chaîne Vimeo Follow me on Facebook and the Unz Review

samedi 20 janvier 2018

Hassan Nasrallah répond aux accusations US sur le trafic de drogue du Hezbollah

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 19 janvier 2018, à loccasion de la commémoration du décès du père des martyrs Jihad, Fouad et Imad Moghniyeh



Transcription : 

[…] Durant les dernières semaines, des accusations américaines ont été portées. Elles ne sont pas nouvelles mais prennent une nouvelle dimension. Le Ministère de la Justice américain a créé une Commission d’enquête qui va venir au Liban – je ne sais pas si elle est déjà là, les médias ne l’ont pas clairement précisé – pour rencontrer des responsables et des partis libanais et faire une enquête. Sur quoi ? Sur les liens du Hezbollah avec le trafic de drogue. Une histoire a été concoctée aux Etats-Unis, selon laquelle Obama aurait empêché toute investigation sur la question du trafic de drogue du Hezbollah, mais que Trump, plus intransigeant, a formé cette Commission d’enquête. La même démarche est actuellement menée par la France, et il y aurait des arrestations de personnes liées au trafic de drogue, au blanchiment d’argent, etc.

Quoi qu’il en soit, je ne vais pas m’arrêter longuement sur ce sujet, mais je tiens à rappeler notre position de principe immuable. Je tiens à vous dire, ainsi qu’à tous les spectateurs, de manière catégorique, que ce sont des fabrications, et des accusations mensongères qui ne reposent sur aucun fait et n’ont aucune vérité. Le Hezbollah, en ce qui concerne cette question, a une position religieuse, légale et éthique très claire. Pour nous, le trafic de drogue est illicite, interdit, et fait même partie des grands péchés. Et nous interdisons le trafic de drogue même dans la société de l’ennemi. Peut-être que quelqu’un dira quel est le problème à vendre de la drogue à la société israélienne pour la détruire (de l’intérieur) ? Même le trafic de drogue avec la société israélienne pour la détruire est illicite selon nous. Le trafic et la propagation de drogue sont illicites par principes (quelles que soient les circonstances), même avec une société ennemie. Cela n’a rien à voir. Telle est notre éthique, tel est notre engagement, auxquels on se tient de manière absolue. Et par conséquent, toutes (ces accusations) n’ont aucun fondement de vérité.  


La vraie question est : dans quel cadre s'inscrivent ces accusations ? Je l’ai déjà dit, et je le répète : en ce qui concerne le commerce, et non pas seulement la question de la drogue, j’ai déjà rappelé à plus d’une occasion, ô les gens, que même le commerce licite, nous, au Hezbollah, n’en faisons pas. Même le commerce licite. Tout ce qui est commerce, action lucrative, nous en sommes complètement détachés. Ce n’est pas par ascétisme ou parce que ce serait illicite, je parle du commerce licite. Au contraire, le commerce est une action recommandée. Le commerce, du point de vue de la loi et de la jurisprudence (islamique), est une action recommandée. Mais en ce qui concerne le Hezbollah, en tant que parti, qu’entité particulière, politique, djihadiste, nous avons pris la décision de ne faire aucun commerce. Et cette décision est motivée par les sanctions, la volonté de ne pas nuire aux commerçants libanais, sans quoi demain tout commerçant libanais serait accusé de disposer de l’argent du Hezbollah ou de le faire fructifier.


Nous ne menons absolument aucune action lucrative. Nous ne faisons pas fructifier notre argent (ni par le commerce, ni par les prêts ou intérêts bancaires…). L’argent que nous avons à notre disposition est seulement celui qui nous suffit à nos frais et à nos dépenses sur les différents terrains où nous sommes présents, et principalement les batailles armées que nous menons. Et par conséquent, nous n’avons pas d’argent qui fructifie, nous n’avons pas d’entreprises, et nous n’avons pas de membre ou bureau chargé de faire fructifier notre argent.


Et également, entre parenthèses, je l’ai déjà dit par le passé et je le rappelle aujourd’hui, car maintenant, Dieu merci, après la victoire en Irak et la victoire presque définitive en Syrie, le retour de la paix et la reconstruction, il y a des entreprises et des commerçants libanais qui vont travailler en Irak, en Syrie et dans d’autres pays, je tiens à affirmer à tout le monde : il n’y a personne, il n’y a aucune action projet de ce type appartenant au Hezbollah. Le Hezbollah n’a rien (de tel). Le Hezbollah ne fait fructifier de l’argent nulle part, ne participe ni n’intervient dans aucun projet lucratif ou commercial.


Bien sûr, nous ne l’interdisons pas. Il y a des commerçants qui sont sur la ligne du Hezbollah, qui sont nos frères, il y a des riches, il y a des gens qui ont des capacités, mais ils travaillent de manière individuelle. Nous n’interdisons pas aux Libanais de commercer. Si quelqu’un a de l’argent et fait du commerce, c’est à titre en tant que particulier, avec son argent personnel. Ce sont des entreprises individuelles. Le Hezbollah en tant que Hezbollah n’a désigné ou autorisé personne à parler en son nom et à mener des projets lucratifs personnels. Car il n’y a aucune telle action lucrative. Je le dis entre parenthèses pour confirmer cela.


Quant à la question de la drogue, c’est une question clairement (illicite) pour nous, comme je l’ai dit, mais elle s’inscrit dans le cadre de la guerre contre nous. Elle fait partie de la guerre qui est menée contre nous. Et c’est une chose naturelle. Lorsque (l’ancien ambassadeur US) Feltman reconnait que l’ambassade américaine au Liban à elle seule a dépensé 5 milliards – pardon, 5 millions de dollars pour salir l’image du Hezbollah et en éloigner les jeunes. Cela fait partie de l’effort (ennemi) pour nous salir.


Les Américains ont fait leur possible pour convaincre le monde que le Hezbollah est une organisation terroriste. Certains pays ont marché, d’autre non. Et même certains pays qui ont accepté de nous inscrire sur la liste des organisations terroristes, en coulisses, nous contactent et travaillent avec nous et seraient prêts à mourir pour préserver leur relation avec nous. L’idée de (nous désigner comme) organisation terroriste n’a pas fonctionné. Elle n’est pas logique. Le Hezbollah a prouvé, surtout durant les dernières années, qu’il fait partie des forces les plus importantes – ce n’est pas la plus importante, mais compte parmi les plus importantes – qui luttent contre le terrorisme et les groupes terroristes dans la région. Comment pourrait-on nous désigner comme terroristes alors que nous combattons les terroristes ? Ceux que le monde désigne unanimement comme terroristes (Daech) ?


C’est pourquoi les Américains essayent autre chose. Ils veulent présenter le Hezbollah comme une organisation criminelle. J’espère que l’opinion publique sera attentive à cela. Il y a la désignation comme organisation terroriste et il y a la désignation comme organisation criminelle. Qu’est-ce qu’une organisation criminelle ? Une organisation qui fait du trafic de drogue, qui vole des voitures, des bandits, des mercenaires et des assassins, etc. Ils essaient de nous décrire comme une organisation criminelle.


Très bien. S’ils veulent faire une enquête au Liban, ils sont les bienvenus. J’invite cette Commission du Ministère de la Justice américain à venir faire leur enquête au Liban. Et nous espérons que les Libanais qui rencontreront les membres de cette Commission diront la vérité et seront honnêtes. Que personne ne mente pour inciter contre nous. Il y a (malheureusement) des gens comme ça au Liban. Au Liban, on sait bien qui a une position ferme sur le trafic de drogue, les trafiquants de drogue et tout ce dossier. C’est bien connu. Si quelqu’un a quelque chose contre nous, qu’il l’avance. Nous espérons qu’ils diront la vérité, même si je sais bien que les Américains ne recherchent pas la vérité. Ils cherchent n’importe quoi pour soutenir cette accusation et placer le Hezbollah sur la liste des organisations criminelles.


Quoi qu’il en soit, je m’en tiens là sur ce point et je déclare que nous rejetons cette accusation. Sur cette question, notre position est ferme et immuable. Nous n’acceptons aucune accusation. Il n'y a rien de sale chez nous. Au contraire, ils devraient d’abord examiner leur propre situation, enquêter sur la manière dont les Américains, la CIA, les agences de sécurité (FBI, etc.) eux-mêmes font du trafic de drogue et détruisent des sociétés en y répandant la drogue. Allez donc faire une Commission d’enquête sur vos propres agissements, sur le trafic de drogue de vos responsables et de vos agences de sécurité. […]

1 commentaire: