Vidéos en FRANCAIS : vimeo.com/sayedhasan / Videos in ENGLISH: unz.com/sayedhasan / Facebook

mercredi 28 février 2018

Hassan Nasrallah sur les guerres du pétrole et du gaz au Moyen-Orient

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 16 février 2018, à l'occasion de la commémoration des dirigeants martyrs du Hezbollah (Cheikh Ragheb Harb, Sayed Abbas Mousawi, Hajj Imad Moghniyeh)




Transcription :

[...] Premièrement, en ce qui concerne la bataille actuellement en cours,et le défi qui accapare aujourd'hui l'esprit de tous les Libanais, (à savoir la délimitation de) la frontière (libano-israélienne) terrestre et maritime, de la Zone Economique (Exclusive), et les gisements d'hydrocarbures du Liban, surtout dans les eaux du sud.

Premièrement, il semble bien que toute la région – je parle du point de vue global et non pas seulement de la ZEE libanaise et du Bloc 9 (qu'a revendiqué) le Ministre de la guerre israélien Liberman – il semble que toute la région est entrée ouvertement au cœur de la bataille du pétrole et du gaz. Et notre cas (libanais) n'est pas distinct de ce cadre général. A travers cette introduction, je veux dire que personne ne doit traiter cette question comme une question à part.

Bien sûr, la bataille pour le pétrole et le gaz dans la région a plusieurs causes bien connues, qui n'ont pas besoin d'être expliquées, à savoir la convoitise (des uns et des autres). Mais à ce stade, ce qui a donné une forte impulsion à cette bataille, c'est la présence d'une administration comme celle de Trump, avec cette mentalité matérialiste, cette avidité et cette convoitise annoncées sans aucune gêne. Trump dit ouvertement qu'il est avide, cupide, il n'a pas honte de lui.

La bataille ouverte par Israël contre les droits maritimes du Liban, le Bloc 9, etc., voilà un premier point. 

Aujourd'hui, à l'intérieur de la Palestine occupée, dans les journaux, les médias et les centres de recherche spécialisés israéliens, on peut lire des propos, des rapports et des études au sujet de quantités énormes de pétrole et de gaz dans le Golan syrien occupé. Et il faut supposer que du fait du voisinage, c'est également le cas dans les fermes de Cheba'a et les collines de Kafr Chouba (territoires libanais occupés par Israël). C'est pourquoi (la nécessité de perpétuer l'occupation) ne fait pas l'objet de discussion pour Israël. Et c'est pour cela que nous voyons Israël essayer de mettre à profit la présidence de Trump et l'administration US actuelle, ainsi que la faiblesse de la situation générale dans le monde arabe et la guerre en Syrie pour obtenir une décision américaine ou internationale attribuant le Golan à l'entité israélienne, car le Golan n'est plus seulement une question de sécurité nationale, de ressources énormes en eau, mais est également devenu partie intégrante de la bataille du pétrole et du gaz.

De même, mis à part le Golan, si on considère la situation en Syrie, il y a plusieurs raisons qui expliquent ce qui s'est passé (depuis 7 ans), mais actuellement, et depuis quelques mois si vous suivez la situation, certains dirigeants arabes et étrangers, ainsi que certains grands généraux, également durant l'année dernière, ont publié divers rapports au sujet du fait que la Syrie possède des ressources colossales en pétrole et en gaz dans son territoire et ses eaux. Et cela constitue donc l'une des raisons de la bataille menée en Syrie. La raison principale reste la question de la Résistance, de l'Axe de la Résistance, du régime (syrien) échappant à l'emprise américaine et ne s'étant pas soumis à Israël, toutes ces considérations ont primé, mais ils ont dit et déclarent à présent, et cette question prendra davantage d'importance à l'avenir, que l'une des raisons tient au pétrole et au gaz en Syrie, sur ses terres et en mer.

L'occupation américaine de l'Est de la Syrie, l'Est de l'Euphrate, après Boukamal en direction de la frontière irakienne jusqu'à Hassaka, Qamechle, en direction de l'Ouest jusqu'à Manbij, on y trouve actuellement des bases américaines. Les Américains ont assuré par le passé que lorsque Daech serait éliminé, ils quitteraient cette région. Daech n'est plus mais ils ne sont pas partis. Il ne reste qu'un groupuscule de Daech qu'ils protègent eux-mêmes. Ce sont eux qui lui garantissent une pleine sécurité, et empêchent quiconque de s'en prendre à lui. Ils empêchent la Résistance, ils empêchent l'Armée Arabe Syrienne, ils empêchent même les Russes (de frapper les résidus de Daech). Et le dernier affrontement (frappes US contre des forces syriennes) est dû à cela. 

Et plus encore, le Pentagone a dé... a dépi... a dépensé – dès que je parle d'argent, je m'emmêle les pinceaux  le Pentagone a dépensé, comme on a pu le lire, de 500 à 750 millions de dollars au titre de l'aide aux Forces Syriennes Démocratiques et au titre de la protection des Kurdes. On arrive déjà presque à 750 millions de dollars pour la seule année 2018. Tout cela dans quel but ? Promouvoir la démocratie en Syrie ? Protéger les Kurdes ?

Il est malheureux que... Les Kurdes devraient, et je fais une parenthèse pour leur donner ce conseil, tirer les leçons de toutes les expériences précédentes. Les Américains vous utilisent comme des instruments dans leurs luttes et leurs batailles, que ce soit face au régime syrien, à la République Islamique (d'Iran), face à la Russie, face à l'Axe de la Résistance, et même dans d'autres circonstances, et en fin de compte, les Américains ne se soucient que de leurs intérêts, ils vous abandonnent et vous vendent au marché aux esclaves.

Eh bien, pourquoi cette somme d'argent colossale ? Et ils déclarent qu'ils vont rester (en Syrie). Même sur la base d'Al-Tanf, ils vont rester. Mais Daech est fini. Daech a été complètement extirpé de la scène syrienne. Ils ne subsistent qu'à proximité de la base d'Al-Tanf et à l'Est de l'Euphrate. Pourquoi ? Parce que les plus importants gisements de pétrole et de gaz en Syrie se trouvent à l'Est de l'Euphrate. 

L'administration Trump voit actuellement l'Irak avec des yeux (avides) de pétrole. Avec des yeux (avides de pétrole). Pour Trump et l'administration Trump, l'Irak n'est que champs de pétrole. Ce n'est pas un peuple, des habitants, un Etat, un régime, un avenir, une (aspiration à la) sécurité, un pays qui sort (tout juste) d'une guerre terrible et désastreuse qui a laissé des conséquences très dangereuses sur son infrastructure, sur sa société et ses habitants, et a demandé des sacrifices (considérables). Pour Trump, l'Irak n'est que pétrole et champs de pétrole. Et il l'a clairement annoncé une année durant lors de sa campagne électorale, il ne faisait que répéter « Oil ! Oil ! Oil ! Oil ! » (pétrole). J'ai retenu ce mot, bien que j'aie oublié mes rudiments d'anglais. « Pétrole ! »

« Nous avons eu tort, nous devons renvoyer nos forces (en Irak), nous devons nous accaparer les gisements de pétrole, nous devons nous emparer du pétrole. » C'est pourquoi les Irakiens doivent être très vigilants, c'est ce (même) Trump (qui est aujourd'hui au pouvoir). Et l'individu tient ses promesses électorales. Ce qu'il a fait avec la question d'Al-Quds (Jérusalem) est loin d'être une mesure secondaire. Il a insulté et agressé la dignité de centaines (de millions).... de deux milliards de musulmans et de chrétiens, pour le moins. Deux milliards de musulmans et de chrétiens. Nous sommes également offensés. Et c'est pourquoi aujourd'hui, que dit l'administration Trump au sujet de l'Irak ? Ils disent qu'ils ne referont pas les mêmes erreurs que par le passé, celles de l'administration Obama. Leur approche envers l'Irak est celle du pétrole, (uniquement) le pétrole.

Eh bien, ajoutons encore qu'entre la Turquie et Chypre, une dispute a commencé autour du pétrole, et depuis quelques mois, la crise du Golfe au sujet de laquelle il se dit, et c'est peut-être vrai, que le véritable motif est (la lutte pour) le contrôle, par certains pays du Golfe, des ressources en gaz et en pétrole du Qatar, et vous savez que le Qatar a des réserves de gaz vraiment considérables. 

Une bataille du pétrole et du gaz est donc en cours. Et qui la dirige ? Car je ne dis pas tout ça pour passer le temps. C'est là notre bataille aujourd'hui. Ce sont les Américains qui dirigent cette bataille. A l'Est de l'Euphrate, ce sont les Etats-Unis qui tirent les ficelles. En Irak, les Etats-Unis ont l'oeil sur la situation. Dans le Golfe, ce sont les Etats-Unis qui mènent la danse. Et le monde entier sait bien que le problème entre l'Arabie Saoudite et le Qatar, entre les Emirats et le Qatar, si Trump le voulait, il serait réglé en 2 heures. Le monde entier sait cela.

Sur la question israélienne également, la question est aujourd'hui menée selon les mêmes considérations et avec la même mentalité. 

J'ai voulu commencer par cette introduction pour dire à tous les Libanais... Car nous sommes aujourd'hui face à une bataille que nous devons approcher de manière différente. Lorsque l'ennemi israélien a occupé le Sud du Liban (en 1982), ou lorsqu'il s'est ensuite retiré sur la bande frontalière en 2000, peut-être que certains Libanais ont considéré que (la libération du Liban) n'était pas leur bataille. C'était (selon eux) la bataille des habitants du Sud, ou des habitants de la Bekaa, par exemple. Peut-être qu'il y a des gens qui se moquaient complètement du fait que (la ville du Sud-Liban occupée de) Bint Jbeil soit reprise par le Liban ou pas, que les villes (adjacentes) de Marjayoun, Hasbaya, Jezzine, Ayt al Cha'b soient (libérées de l'occupation israélienne) ou pas. Tout cela, c'est du passé. Inutile de rouvrir les vieux dossiers. Aujourd'hui, les richesses en pétrole présentes au Sud, comme le reste des richesses en hydrocarbures présentes au Liban, appartiennent à tous les Libanais. C'est la propriété des Libanais. Et cet argent sera versé dans les caisses de l'Etat libanais. Et le peuple libanais, sur lequel s'accumule une énorme dette, qui a peut-être dépassé les 80 milliards de dollars, auxquels vont encore s'ajouter 16 ou 17 milliards de dollars de dette, pour atteindre les 100 milliards de dollars ou davantage d'ici quelques années à peine, le Liban n'a pas de richesses, il n'a pas de ressources. Il se peut que notre seul espoir soit les ressources en pétrole et en gaz présentes dans nos eaux et dans notre mer. Et entre parenthèses, présentes également sur nos terres (occupées par Israël), et ce dossier doit être ouvert. Pourquoi ? Nous allons en parler ensuite. Mais voilà déjà ce sur quoi nous (Libanais) sommes d'accord. Ces richesses appartiennent donc au Liban, c'est un espoir pour le Liban, c'est la voie du salut (économique) du Liban. C'est une opportunité qui peut porter l'économie libanaise et le niveau de vie des Libanais sur un chemin prometteur et différent.

Eh bien, comment devons-nous nous comporter dans cette bataille ? Le Bloc 9 est-il la bataille du (seul) Sud-Liban ? Non ! C'est la bataille de tout le Liban. La bataille de la frontière de la Zone Economique (Exclusive) au Sud adjacente à la Palestine Occupée est-elle la bataille du (seul) Sud-Liban ?Non ! C'est la bataille de tout le Liban. Voilà pour le premier point.

Deuxièmement, nous devons savoir que le point essentiel dans la dispute actuelle n'est pas la frontière terrestre. La résolution du différend quant à la frontière terrestre est simple. Le point essentiel est la frontière maritime, la Zone Economique (Exclusive), les eaux (territoriales). Les Américains et d'autres veulent nous accorder notre droit « simple » (car sans véritable enjeu), à savoir les points de contentieux sur la frontière terrestre, pour nous prendre notre droit « difficile » (stratégique car regorgeant de ressources) dans la mer, dans les eaux et quant aux hydrocarbures. Et nous devons également être vigilants sur ce point. 

Ce qui se passe actuellement est qu'Israël construit un mur (défensif à sa frontière). Tant qu'il ne construit pas le mur sur le territoire libanais, et qu'il l'érige sur le territoire israé... pardon, sur le territoire palestinien (occupé), cela fait partie de l'occupation (de la Palestine) et des opérations d'occupation. Israël construit un mur à l'intérieur de la Palestine occupée. C'est une autre question. Jusqu'à présent, il n'a pas touché les terres libanaises. C'est pourquoi il ne faut pasque les médias mélangent les choses. Ce n'est pas parce qu'il est dit que l'Etat et le Haut Conseil de la Défense ont pris une décision (de riposte en cas de transgression), et qu'Israël continue à ériger son mur, qu'il y a une contradiction. Car le mur est toujours construit à l'extérieur des terres libanaises. Le problème surgira si le mur empiète sur les terres libanaises dites disputées. L'Etat libanais et le Haut Conseil de la Défense ont reçu les trois Présidents (de la République, du Gouvernement et de l'Assemblée). Ils se sont mis d'accord et ont pris la décision que le Liban répondrait (à toute transgression). Si ce jour advient, on verra bien ce qui se passe. Mais actuellement, la question n'est pas celle de la frontière terrestre. C'est la question de la frontière maritime et des eaux (territoriales).

Troisièmement : jusqu'à présent, les Libanais ont été et sont toujours unis dans cette bataille, la bataille de la frontière maritime et des droits pétroliers et... que sais-je encore... gaziers. Quand je dis pétrole, je veux dire pétrole et gaz (hydrocarbures), c'est plus simple. Unis dans la préservation des droits du Liban, de ses frontières, du refus de toute compromission à leur égard. Il faut que nous restions unis. Car l'unité de la position libanaise officielle et de la position populaire est le plus important – je dis bien le plus important, et non l'un des plus importants –, c'est le plus important facteur de victoire dans cette bataille, qui nous permettra de l'emporter et d'y réaliser nos objectifs. Il faut que les responsables libanais et que les forces politiques ne permettent pas aux diables de se jouer des Libanais, de semer la dissension parmi eux ou d'anéantir leur position (commune), et en parlant de diables, je désigne les Etats-Unis. Ce sont eux les diables qui viennent nous susurrer leurs mauvaises paroles dans ce dossier.

Quatrièmement : nous avons déclaré précédemment, et nous nous sommes engagés depuis l'an 2000, et cet engagement est toujours valable, quant aux positions de la Résistance, que nous n'intervenons pas dans la délimitation de la frontière terrestre ou maritime. C'est là la responsabilité de l'Etat. Et c'est pourquoi nous avons fait savoir aux responsables notre point de vue et notre position, et nous avons dit que nous ne nous ingérons pas (dans cette délimitation), ni en mètres, ni en kilomètres, ni en longueur, ni en largeur, c'est là la responsabilité de l'Etat. En 2000, je vous rappelle que j'ai dit, le soir même de la victoire, qu'en tant que Résistance, nous sommes engagés (pour reprendre ou défendre) toute parcelle de territoire libanaise définie comme telle par l'Etat libanais. Ce n'est pas nous, la Résistance, qui déterminons quel territoire est libanais ou non. Bien sûr, le Hezbollah a sa propre vision sous-jacente sur cette question, et je ne veux pas en parler (pour le moment), mais telle est notre position. 

Aujourd'hui encore, alors que nous sommes au cœur de cette bataille, nous renouvelons (notre position) et déclarons que nous sommes extérieurs à cette dispute. La frontière terrestre, la frontière maritime et les droits du Liban doivent être déterminés par l'Etat et ses institutions. Et cela signifie – car ce n'est pas une exception, ce n'est pas une exception que je fais, c'est leur responsabilité. La Résistance (même), la défense du pays, sont la responsabilité de l'Etat. La Résistance (du Hezbollah) n'est apparue que pour remplacer un élément absent (l'Etat libanais étant incapable de se défendre) et combler ce vide. Nous ne faisons pas là une exception, c'est la responsabilité de l'Etat. 

Mais sur le terrain, cette responsabilité implique que les responsables actuels de l'Etat et ses organes, dans ce dossier historique, économique, vital et sensible pour les Libanais, doivent être au niveau de confiance et de fiabilité requis, avoir beaucoup de courage, et assumer cette responsabilité. Et le peuple libanais a actuellement les yeux rivés sur vous. Nous sommes tous concernés et devons aider l'Etat et sa position, le soutenir et se tenir à ses côtés, dans tout ce qu'il veut et dans tout ce qu'ils demandera. Mais l'Etat doit également pour sa part avoir une position résolue, ferme et intangible (sur cette question).

Cinquièmement, et c'est là un point très important. L'Etat libanais, et à ses côtés le peuple libanais, doivent se comporter dans ce dossier en position de force. (Nous devons considérer que nous sommes les plus forts), et pas que nous sommes faibles. Si les Libanais se considèrent faibles, c'est une erreur fatale, et notre défaite est assurée. Si, dans le for intérieur des dirigeants et responsables libanais officiels, il y a un sentiment de peur, de faiblesse ou d'impuissance, l'impression que nous sommes incapables de faire quoi que ce soit, ou qu'il y a d'énormes pressions internationales sur nous auxquelles nous ne pouvons pas résister, ou que nous sommes obligés de céder nos droits, nos frontières, nos ressources, notre souveraineté, c'est là le premier aveu d'impuissance et la voie de l'échec. Je veux dire à tout le monde que nous, le Liban – je ne parle pas seulement de la Résistance –, si nous sommes unis, avec nos moyens et capacités, nous sommes les plus forts. Et nous devons négocier en position de force. Nous devons suivre ce dossier en position de force. Et cet Israël qui vous menace, vous pouvez le menacer. Et si les Etats-Unis vous disent que vous devez céder pour qu'ils empêchent Israël de vous attaquer, vous pouvez leur rétorquer que c'est plutôt à eux de satisfaire vos demandes pour que vous empêchiez le Hezbollah d'attaquer Israël ! [Audience : A ton service, ô Nasrallah]. Israël sait bien, les Etats-Unis savent bien, eux qui sont venus (au Liban) parler du (problème que représenterait) le Hezbollah, ils savent, ils savent (avec certitude), et je veux le dire aux Libanais, que votre seule force, avec toute la considération due à l'équation en or (Armée-Peuple-Résistance), mais dans cette bataille, dans cette bataille précise, la bataille du pétrole et du gaz, la seule force que vous avez, ô Libanais, c'est la Résistance (le Hezbollah). Car il est interdit à l'armée libanaise de posséder des missiles sol-sol, sol-mer ou sol-air. Ce n'est pas parce que l'armée est (intrinsèquement) faible. L'armée libanaise, ses dirigeants, ses officiers, ses rangs, ses soldats, ont un niveau très haut de courage, de dignité et de responsabilité. Mais l'accès à ces armes lui est (formellement) interdit. Qui interdit l'accès à ces armes à l'armée libanaise ? Les Etats-Unis ! Je vais revenir à eux dans un instant.

Par conséquent, aujourd'hui, le Liban et tout Libanais peuvent se lever et dire « Non, prenez garde. Si vous nous empêchez (d'accéder à nos ressources), nous vous empêcherons (d'accéder aux vôtres). Si vous nous bombardez, nous vous bombarderons. Si vous nous frappez, nous vous frapperons. » Nous avons le courage, la force et la capacité requis, et notre ennemi le sait bien. Ce ne sont pas là des discours (tonitruants mais vains) du temps de l'impuissance arabe. Ce ne sont pas des menaces en l'air. Israël le sait bien. C'est pourquoi nous espérons que l'Etat agira en position de force : vous êtes les plus forts, et vous devez simplement prendre la décision (d'agir depuis cette position). 

Dans ce dossier, nous sommes à vos ordres. Essayons donc, par Dieu, faisons l'expérience ! Nous sommes les plus forts ! Que le Haut Conseil de Défense Libanais officiel décide que telles installations d'extraction de pétrole et de gaz dans la mer palestinienne usurpée par Israël, l'entité ennemie, n'ont pas le droit d'opérer, et je vous promets qu'en quelques heures, elles ne seront plus actives (car le Hezbollah les détruira). Elles cesseront leur activité. [Audience : A ton service, ô Nasrallah.] 

Nous devons considérer que ce sont là nos droits (exclusifs). Personne ne nous ferait de faveur en nous les accordant (car ils sont déjà à nous). Ce sont nos droits et nous devons nous en emparer, et nous sommes en position de force et capables de les obtenir. Voilà donc pour le cinquième point.

Sixièmement, concernant l'intermédiaire actuel (entre le Liban et Israël, qui n'ont pas de relations directes). L'Etat peut bien accepter l'intermédiaire qu'il veut. Nous ne mettrons pas de veto. Pas même en tant que force politique, (via nos députés) ou nos ministres présents dans le gouvernement libanais, nous ne mettrons pas de veto. Vous avez accueilli les Etats-Unis, vous les avez acceptés en tant qu'intermédiaires et vous négociez avec eux, très bien. Mais nous devons êtes bien conscients d'une chose : les Etats-Unis ne sont pas un intermédiaire intègre (neutre ou désintéressé), surtout si l'autre partie de la négociation est l'entité israélienne. Et si vous voulez une preuve, écoutez l'Autorité palestinienne, les organisations de libération de la Palestine et tous les Palestiniens, qui ont déclaré ouvertement et publiquement, partout, que les Etats-Unis ne sont pas un intermédiaire intègre. Après ce qu'a fait Trump d'Al-Quds (Jérusalem), y a-t-il encore place pour la discussion ? Les Etats-Unis ne sont pas un intermédiaire intègre. Et vous devez vous comporter avec l'intermédiaire américain sur la base du fait qu'il est seulement là pour protéger Israël (et ses intérêts). En réalité, il n'y a même pas 3 (interlocuteurs). Le Liban négocie directement avec Israël, qui est représenté par Tillerson, Satterfield ou X. Telle est la réalité. C'est pourquoi il ne faut pas compter sur (l'intégrité ou la neutralité de) cet intermédiaire. Les Etats-Unis ne veulent aucunement l'intérêt des Libanais. Ils ne se soucient que des intérêts sionistes. Et ils veulent prendre le maximum possible de nos eaux et de nos ressources dans l'intérêt d'Israël. Nous devons être bien conscients de cette réalité et être particulièrement vigilants lorsque nous négocions avec les Etats-Unis.

Et plus encore, ô mes frères et sœurs, ô notre peuple libanais, vous savez tous ce qui s'est passé cette semaine. Nul besoin d'informations particulières pour savoir ce qui s'est passé (entre les représentants des Etats-Unis) et les Présidents, responsables et ministres (libanais), car les Américains eux-mêmes l'ont déclaré publiquement. Les Etats-Unis ne sont pas même venus comme intermédiaires, ils n'agissent pas comme de simples intermédiaires (entre le Liban et Israël). Les Etats-Unis ne sont venus que pour transmettre (leurs volontés), (les) imposer et (nous) menacer : « O Liban, si tu n'acceptes pas telle et telle chose – je ne vais pas entrer dans les détails –, alors vous n'aurez ni frontières, ni pétrole, ni eaux, aucune compagnie (étrangère) ne viendra (vous aider à exploiter vos ressources)...  » Est-ce là un intermédiaire ? Ils ne sont venus que pour délivrer un message de menaces aux Libanais ! « Et vous devez accepter ceci, sinon, vous subirez cela et cela... » Ce n'est pas (le propos) d'un intermédiaire. Quoi qu'il en soit... Même les formes que doit respecter l'intermédiaire, ils ne les ont pas respectées.

Je veux conclure cette partie de mon propos en disant que nous sommes face à un défi historique et économique majeur pour le Liban, pour son avenir et sa souveraineté, et nous Libanais devons tous nous comporter avec unité, conscience, responsabilité, courage, fiabilité. Nous devons croire en notre droit et en notre force, et ne pas nous laisser duper quant à nos droits, ni céder à l'intimidation, ni aux menaces, et nous serons victorieux par la Grâce de Dieu, en toute certitude. L'unité, l'endurance et la persévérance, la sincérité et l'attachement (indéfectible) aux droits amènent sans aucun doute la victoire. Bien sûr, cela prend du temps, il y a des obstacles et des difficultés, mais les choses finiront pour le mieux. [...]

dimanche 25 février 2018

Hezbollah's Ideology: Collection of Sermons from Hassan Nasrallah

Speeches of Hezbollah Secretary General Sayyed Hassan Nasrallah, 1990s


Transcript:

WE WILL NEVER FORSAKE YOU O IMAM HUSSEIN

“If I knew that I would be killed, burnt and my ashes thrown in the air, then resurrected, killed, burnt and my ashes thrown in the air, then all over again, a thousand times, I would never leave you, o Hussein!”

WE ARE A PEOPLE OF DIGNITY AND HONOR

“When the Great Satan (the USA) announces its aggression towards us and its war on us, this is a great honor and pride for us. This is the proof of our integrity. This is the proof of our independence. This is the proof of our dignity. This is the proof of our patriotism. Because the Americans do not wage wars on their agents, proxies and slaves. This is a proof that we are our own masters. That we are free, honorable and proud. This is what we were, what we are and what we will remain. With Imam Hussein and (his sister) Zeynab, peace be upon them.”

WE LONG FOR YOUR REAPPEARANCE O IMAM MAHDI

Believe us, oh Master (Imam Hussein) that we do not betray you. We will not leave your women (without protection). Nor your objectives, nor the religion of your grandfather, nor the dignity of your grandfather. We will not leave the pursuit of reform in the Community of our Prophet. We will not leave the promotion of good and forbidding of evil. We will not be except what you want of us: righteous, obedient worshippers, generous, who love and strive. O Master, we renew our allegiance to you, our allegiance to you heir and grand-grandson, the Mahdi, peace be upon him. We renew our allegiance to this great Imam, and we believe in his existence, protection, mercy and blessings, his attention and care towards us, in guiding us, supporting us, defending us. O brothers and sisters, this Imam towards which we renew our allegiance, we must strengthen our spiritual relationship with him, we must remember him in our prayers, commemorations and celebrations, in the funerals of our martyrs and in our victory rallies, when we are hungry and when we are filled. We must remember him during our nights and during our days. We must focus our hearts and minds towards him with yearning. Our eyes must be filled with desire to see him. And towards him our souls yearn with love, strength, patience and hope. We wait for him to fight and be killed under him. And each and every one of us has the same dream that this Black African in Karbala had, to be killed defending Imam Hussein, and for his Imam to come put his cheek over his before he dies, so that he can say ‘Who is as happy as I am, whilst the Son of the Prophet of God puts his cheek over mine?!’

OUR GREATEST GUIDE IS THE PROPHET OF ISLAM

“This Great Messenger, peace of God upon him and his family, the greatest characteristic he brings forth to us is Guidance. He guided us. He is our guide to the realities of Existence, our guide towards God, so that we know Him, get close to Him. He guides us towards God so that we fear Him and be devout to Him, so that we worship Him, and strive in His Path. The Prophet is our Guide and Introducer to the Day of Judgment. It is through him that God Most High and Exalted gave us some knowledge of the Unseen, of the past and of the future. When we look at our previous civilization, at our former glory, when we look forward to a bright future in which we have great hopes, to bring back our civilization again, to revive it along with our values, existence, dignity, pride and respect as a Community, we know that this will not happen but by returning to Him and following His leadership and guidance.”

THE TRUTHFUL MUST BE PATIENT

“The believers who are righteous and patient, in order for them to protect their honor and what they have achieved, they must confront these difficulties and hardships. However, how do we confront these difficulties and hardships? We cannot confront them without being people of patience and not of those who give up. People who are not overwhelmed by adversity, nor are they frightened by war, nor do they become anxious when attacked, nor are they troubled by (false) accusations, nor are they weakened by sanctions. Because this life and what it holds within it is as Imam Ali (as) said: “It holds less value than the burp of a goat”. Because this life is as the Imam said: ”it is like a day that is coming to its end.” During this life that is finite and ending, we cannot abandon our responsibilities, nor our duties, our struggle, our dignity, our honor, nor our positions of victory. We cannot surrender, submit to humiliation, be fooled or flee from the battlefield. If we did, we would end up in hellfire and we would have lost this life and the next.”

samedi 24 février 2018

Hassan Nasrallah: Like Syria, Lebanon must shoot down Israeli warplanes

Speech of Hezbollah Secretary General Sayyed Hassan Nasrallah on February 16th, 2018, during the commemoration of Hezbollah's martyred leaders (Sheikh Ragheb Harb, Sayyed Abbas Musawi, Hajj Imad Mughniyeh)

Translation: unz.com/sayedhasan


Transcript: 

[...] Regarding the daily violations of Lebanese airspace (by Israel), is it not the Lebanese State's duty (to face them)? It is not suitable, as I have noticed during the last 2 or 3 weeks, for the Lebanese official statements to speak only (of Israeli violations) on the land and sea. As Lebanese State, do we not have an airspace? We have no airspace? Have we given up our airspace and signed a full surrender of our sovereignty there, our air sovereignty, not to say our Heavenly sovereignty? Well, what about this issue? Our airspace is violated continually, inconsiderately, every day, every hour, and attacks are carried out against Syria and other neighboring countries from our airspace. What should we do about it?

We are not saying that we should... To prevent anyone from saying that the Sayyed [Nasrallah] wants to get Lebanon bogged down in the war in Syria. You see, Syria defends itself. I'll say two words about what happened last week. Syria is capable of defending itself. What happened last week is of course a very great military feat (almost) unprecedented. And in all certainty, what comes after won't be like what came before (the equation has dramatically changed). And with certainty, at the very least, considering the importance of this event in the humblest way, Israel cannot anymore afford to strike without any fear, just like what happened (for its fleet) the day we hit (the Israeli corvette) during July (2006) war. Ever since, Israel is very careful and calculates to the meter where its ships can approach, where they must move away, where they have to go during their whereabouts, etc.

Regarding aircraft movements, with certainty, this will have a major influence on the movements of the Israeli air force. The Israelis themselves recognize this. That is not my point. I will not dwell on the causes of this event, its consequences for the Resistance and the Resistance Axis, for the struggles in the region, etc. No. 

In the wake of my initial remarks, I mean that the Syrian leadership, and long ago, ever since they got largely reassured about the internal situation, they made a decision: any Israeli war plane entering Syrian airspace should be (systematically) targeted by anti-aircraft defenses. There is no (need for) discussion. And even if missiles are launched on Syrian territory (from Israel or Lebanon), anti-aircraft defenses must fight back. And this decision has been applied for several months, but what happened last week is that the confrontation was bitter, and that God Almighty and Exalted has strengthened and given success to the (anti-aircraft) retaliation. "When you threw [a handful of sand in the direction of your enemies, O Prophet], it was not you but God who threw." [Quran, 8, 17]

Well, what I mean here after the falsifications we have heard for a week, – because you know that for years, there has been a smear process to belittle all that is Syrian – (falsifications according to which) the cause of the confrontation and escalation that led to shoot down the Israeli aircraft would be an Iranian decision, (or) a Russian decision, but such talk is meaningless. The decision to shoot down aircraft and Israeli missiles in the Syrian sky is a Syrian decision, a decision of the Syrian leadership, a decision of His Eminence President Bashar al-Assad, and nobody else. The allies of Syria (Iran, Russia, Hezbollah) have only been informed of the general decision (to be implemented throughout all Syrian territory). Well, (that is all about) this decision.

As for its implementation, due to the smear campaign launched against the Syrian army, the Arab armies, the Arabs themselves, and so forth, who would have shot down the plane (if we believe these propagandists)? Who aimed and fired the anti-aircraft defenses and shot down the plane? The Iranians! No, the Russians! Then (these falsifications) have weakened, and (it was claimed that) it was Hezbollah. No, my dear. Those who shot down the plane and manned the air defenses in Syria are officers and soldiers of the heroic Syrian Arab Army. And for the past 7 years, we mingled with them more than when they were in Lebanon (1976-2005). When they were in Lebanon, we were not really friends... We mingled more with them, and found among officers and soldiers of the Syrian Arab Army a level of knowledge, know-how, expertise, intelligence, courage and precision that places them at a very high level. Why this smear, why these calumnies in the description of a truth that should make us all proud, whether we agree or disagree with the Syrian regime? All over the Arab and Muslim world, all should be proud of this heroic feat by the Syrian Arab Army and its air defenses after a decision of its (own) leaders. This should be a source of pride. Of course, we congratulate (Syria) and we express our pride and joy because of this intelligence, this feat and this heroic act.

Returning to us (Lebanon): these permanent (Israeli) violations, how long will they last? When (the US Secretary of State Rex) Tillerson came just a few days ago, or rather yesterday, and before him (his deputy David) Satterfield, maybe some (people) – not us, of course, never in our life – expected or assumed that the Americans came to Lebanese officials to say they were with them and standing at their side, and that they'd prevent Israel from putting to fire and sword the security situation in Lebanon, and would not allow Israel to violate our sovereignty, they would give Lebanon its water rights, etc. 

But look at the scales of what the Pentagon actually did. How much has he (recently) asked for Israel? I do not know if this has been granted yet or not. They requested assistance – military, because it isthe Pentagon – amounting to 3.3 billion dollars to Israel. I could be wrong about 300 million dollars (3 billion 300 million), so let's just say 3 billion, excluding 300 million in military aid to Israel. As for the Lebanese army, the United States (supposedly) helps, supports and will support it to the amount of how much? 40 million dollars. 50 millions. O my brother, even say 100 millions. 150 million dollars. Who are we laughing at ? The United States gives Israel their most important strategic military aircraft (F-35) and as for Lebanon, it is not that no aircraft are given to us, we do not even get air defenses to defend ourselves and protect our sovereignty.

Anyway, what I'm saying here is that at this stage, regarding Israel, I do not think anyone in Lebanon argues. In 1982, between Hezbollah, the Amal movement, political movements, nationalist and Islamists parties, many voices were raised and debated on the question of whether Israel was an enemy or not, had (territorial) ambitions in Lebanon or not. But now it's over. Today, after what has happened and is still happening (Israel claims for itself oil and gas fields in Lebanese territorial waters), is there anyone among the Lebanese arguing about the reality of Israeli ambitions in Lebanon? No. I do not think anyone calls it into question. Is there anyone who disputes the fact that on the basis of these ambitions, there are Israeli threats against Lebanon? I believe that nobody calls it into question. By God, this has nothing to do with Hezbollah's weapons (denounced by the Lebanese March 14 alliance, opposed to Hezbollah's 8th March Alliance). Instead of addressing the causes, the US claims to remedy the consequences. 

Well, to deal with these ambitions and these threats,we have a strong point (Hezbollah's deterrence), and they are trying to deprive Lebanon from it. Anyway, on this issue, in general, we must remain vigilant and attentive. I'm not saying that we are heading into a war as claimed by some media, analysts and declarations. In terms of (the possibility of) war, I repeat what I've said in all my previous speeches: it depends on a great many circumstances. Of course, this does not mean that if Israel says it does not want war, we should necessarily take their word for it. Maybe they want war, maybe they do not want it. The only thing that prevents Israel to go to war is its lack of certainty of winning. And this is the equation we inherited from our martyred leaders (commemorated today). [...]

vendredi 23 février 2018

Hassan Nasrallah : comme la Syrie, le Liban doit riposter aux violations israéliennes

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 16 février 2018, à l'occasion de la commémoration des dirigeants martyrs du Hezbollah (Cheikh Ragheb Harb, Sayed Abbas Mousawi, Hajj Imad Moghniyeh)



Transcription :

[..] En ce qui concerne les violations quotidiennes de l'espace aérien libanais (par Israël), n'est-ce pas à l'Etat libanais (d'y faire face) ? Il n'est pas convenable, comme je l'ai remarqué durant les 2 ou 3 dernières semaines, que les déclarations libanaises officielles ne parlent que (des violations israéliennes) sur le territoire et la mer. En tant qu'Etat libanais, n'avons-nous pas un espace aérien ? Nous n'avons pas d'espace aérien ? Avons-nous renoncé à notre espace aérien et signé une reddition complète sur notre souveraineté là-haut, notre souveraineté aérienne, pour ne pas dire notre souveraineté céleste ? Eh bien, qu'en est-il de cette question ?

Notre espace aérien est continuellement violé, sans aucune gêne, chaque jour, chaque heure, et des attaques sont menées contre la Syrie et d'autres pays voisins depuis notre espace aérien. Que doit-on faire face à cela ? Nous ne disons pas là qu'il faut... Pour que personne ne dise que le Sayed [Nasrallah] veut nous embourber dans la guerre en Syrie. Vous voyez bien que la Syrie se défend, elle. 

Je vais dire deux mots sur ce qui s'est passé la semaine dernière. La Syrie est capable de se défendre (toute seule). Ce qui s'est passé la semaine dernière est bien sûr un très grand exploit militaire (presque) inédit. Et en toute certitude, l'après ne sera pas comme l'avant (l'équation a changé radicalement). Et en toute certitude, à tout le moins, si on considère l'importance de cet événement de la manière la plus modeste, en ce qui concerne Israël, il ne peut plus tout se permettre sans inquiétude, exactement comme pour ce qui s'est passé (pour sa flotte) le jour où nous avons frappé (la corvette israélienne) durant la (guerre de) juillet (2006). Depuis ce jour, Israël fait très attention, et calcule au mètre près où ses navires peuvent s'approcher, où ils doivent s'éloigner, par où ils doivent passer dans leurs allées et venues, etc.

En ce qui concerne les mouvements aériens, en toute certitude, cela aura une influence très importante sur les déplacements de la force aérienne israélienne. Les Israéliens eux-mêmes le reconnaissent. Ce n'est pas là mon propos. Je ne vais pas m'étendre sur les causes de cet événement, ses conséquences pour la Résistance et l'Axe de la Résistance, pour les luttes dans la région, etc. Non. Dans le sillage de mon propos initial, je veux dire que les dirigeants syriens, et ce depuis longtemps, depuis qu'ils sont largement rassurés quant à la situation interne, ils ont pris une décision : tout avion de guerre israélien qui pénètre dans l'espace aérien syrien doit être (systématiquement) pris pour cible par les défenses anti-aériennes. Il n'y a (lieu à) aucune discussion. Et même si des missiles sont lancés sur le territoire syrien (depuis Israël ou le Liban), les défenses anti-aériennes doivent riposter. Et cette décision est appliquée depuis plusieurs mois, mais ce qui s'est passé la semaine dernière, c'est que la confrontation était (particulièrement) âpre, et que Dieu le Très-Haut et l'Exalté a affermi et accordé le succès aux tirs (anti-aériens). « Lorsque tu as lancé [une poignée de sable en direction de tes ennemis, ô Prophète], ce n'était pas toi mais Dieu qui lançait. » [Coran, 8, 17]

Eh bien, ce que je veux dire ici, après les falsifications qu'on a pu entendre depuis une semaine,– car vous savez que depuis des années, il y a un processus de dénigrement visant à rabaisser tout ce qui est syrien –, (falsifications selon lesquelles) la cause de cet affrontement et de cette escalade ayant mené à abattre l'avion israélien serait une décision iranienne, (ou) une décision russe : mais ce sont des propos vides de sens. La décision de riposter aux avions et aux missiles israéliens dans le ciel syrien est une décision syrienne, une décision des dirigeants syriens, une décision de Son Eminence le Président Bachar al-Assad, et personne d'autre. Les alliés de la Syrie (Iran, Russie, Hezbollah) ont seulement été informés de cette décision générale (sur tout le territoire syrien). Eh bien, (voilà pour) cette décision.

Quant à sa mise en œuvre, du fait de la campagne de discrédit lancée contre l'armée syrienne, les armées arabes, les Arabes eux-mêmes, et que sais-je encore, qui aurait abattu l'avion (à en croire ces propagandistes) ? Qui se serait tenu aux commandes des défenses anti-aériennes et aurait abattu l'avion ? Les Iraniens ! Non, les Russes ! Puis (ces falsifications) se sont amoindries, et (on a prétendu que) c'est le Hezbollah. Non, mes chers. Ceux qui ont abattu l'avion et qui se tenaient aux commandes des défenses anti-aériennes en Syrie sont des officiers et des soldats de l'Armée Arabe Syrienne héroïque. 

Et durant ces 7 dernières années, nous nous sommes mêlés à eux bien plus que lorsqu'ils étaient au Liban (1976-2005). Lorsqu'ils étaient au Liban, nous n'étions pas très amis... Nous nous sommes mêlés davantage à eux, et nous avons trouvé chez les officiers et les soldats de l'Armée Arabe Syrienne un niveau de connaissance, de savoir-faire, d'expertise, d'intelligence, de courage et de précision qui les place à un très haut niveau. Pourquoi ce dénigrement, pourquoi ces calomnies dans la description d'une vérité dont nous devons tous être fiers, qu'on soit en accord ou en désaccord avec le régime syrien ? Partout dans le monde arabe et musulman, tous doivent être fiers de cet acte héroïque accompli par l'Armée Arabe Syrienne et ses défenses anti-aériennes après une décision de ses (propres) dirigeants. Cela doit être un objet de fierté. Bien sûr, nous adressons nos félicitations (à la Syrie) et nous exprimons notre fierté et notre joie face à cette intelligence, cet exploit et cet acte héroïque.

Revenons à nous (le Liban) : ces violations (israéliennes) permanentes, jusqu'à quand vont-elles durer ? Lorsque (le Secrétaire d'Etat américain Rex) Tillerson est venu il y a quelques jours, ou plutôt hier, et avant lui (son adjoint David) Satterfield, peut-être que certains – pas nous évidemment, jamais de la vie – s'attendaient ou supposaient que les Américains venaient dire aux responsables libanais qu'ils étaient avec eux et à leurs côtés, qu'ils empêcheraient Israël de mettre à feu et à sang la situation sécuritaire au Liban, et ne permettraient pas à Israël de violer notre souveraineté, qu'ils accorderaient au Liban ses droits sur les eaux (territoriales libanaises), etc. Mais voyez donc ce que fait réellement le Pentagone. Combien a-t-il (récemment) demandé pour Israël ? Je ne sais pas si cela a été octroyé ou pas encore. Ils ont demandé une aide – militaire, car il s'agit du Pentagone – de 3,3 milliards de dollars pour Israël. Je peux me tromper sur les 300 millions de dollars (3 milliards 300 millions), disons donc seulement 3 milliards de dollars, sans les 300 millions, en aide militaire pour Israël.

Quant à l'armée libanaise, les Etats-Unis l'aident, la soutiennent et la soutiendront (censément) à hauteur de combien ? 40 millions de dollars. 50 millions de dollars. O mon frère, disons même 100 millions de dollars. 150 millions de dollars. De qui se moque-ton ? Les Etats-Unis donnent à Israël leur plus important avion militaire stratégique (le F-35), et quant au Liban, ce n'est pas qu'on ne lui donne pas d'avions, on ne lui donne même pas de défense anti-aérienne pour se défendre et protéger sa souveraineté.

Quoi qu'il en soit, ce que je dis ici est qu'à ce stade, en ce qui concerne Israël, je ne pense pas que quiconque au Liban se dispute (encore). En 1982, entre le Hezbollah, le mouvement Amal, les mouvements politiques, les partis nationalistes et islamistes, beaucoup de voix s'élevaient et se disputaient sur la question de savoir si Israël était un ennemi ou non, avait des ambitions (territoriales) au Liban ou non. Mais aujourd'hui, c'est terminé. Aujourd'hui, après ce qui s'est passé et se passe encore (Israël prétend s'accaparer des gisements de pétrole et de gaz dans les eaux territoriales libanaises), y a-t-il un Libanais qui dispute les ambitions israéliennes au Liban ? Non. Je ne pense pas que quiconque remette cela en cause. Y a-t-il quelqu'un qui dispute le fait que sur la base de ces ambitions, il y a des menaces israéliennes contre le Liban ? Je considère que personne ne le remet en cause. Par Dieu, cela n'a rien à voir avec les armes du Hezbollah (dénoncées par l'alliance libanaise du 14 mars, opposée à l'alliance du 8 mars dont fait partie le Hezbollah). Au lieu de remédier aux causes, les Etats-Unis prétendent remédier aux conséquences. Eh bien, pour faire face à ces ambitions et à ces menaces, nous avons un point de force (le Hezbollah), et ils s'efforcent d'en priver le Liban.

Quoi qu'il en soit, sur cette question, de manière générale, nous devons rester vigilants et attentifs. Je ne dis pas que nous nous dirigeons vers une guerre comme le prétendent certains médias, analystes et déclarations. Pour ce qui est de (la possibilité d'une) guerre, je répète ce que j'ai toujours dit dans mes précédents discours : elle dépend de facteurs multiples. Bien sûr, cela ne veut pas dire que si Israël affirme ne pas vouloir la guerre, il faille nécessairement le croire sur parole. Peut-être qu'il veut la guerre, peut-être qu'il ne la veut pas. La seule chose qui empêche Israël d'entrer en guerre est son absence de certitude de la gagner. Et c'est là l'équation que nous ont léguée nos dirigeants martyrs (commémorés aujourd'hui). [...]

dimanche 11 février 2018

Ali Khamenei : Les USA sont plus barbares que Daech

Discours prononcé le 8 février 2018 par l’Ayatollah Sayed Ali Khamenei, Guide suprême de la Révolution Islamique, lors d’une réunion avec les commandants et le personnel de l’armée de l’air de l’armée de la République Islamique d’Iran.

La réunion s’est tenue dans la Husseiniya de l’Imam Khomeiny à l’occasion de la commémoration du serment d’allégeance historique des officiers de la Force aérienne à l’Imam Khomeiny le 19 Bahman 1357 [8 février 1979].


Transcription:

 
[...] L’oppression de l’Arrogance (impérialisme) doit être publiquement dénoncée. Aujourd’hui, le régime le plus cruel et le plus oppressif du monde est le gouvernement américain. Il est plus oppressif que tous les autres. Vous avez vu à quel point Daech était néfaste, oppressif et sauvage. Le gouvernement américain est encore pire qu’eux. Le gouvernement américain est l’appareil même qui a créé les semblables de Daech – et pas seulement Daech. Il leur facilité les tâches. Il a agi comme cause.

Ce n’est pas seulement nous qui l’affirmons, ils l’ont eux-mêmes reconnu. L’individu qui est actuellement le Président des États-Unis avait l’habitude de souligner constamment, durant sa campagne électorale, que la création de Daech était une mesure adoptée par les démocrates – le parti adverse. Il répétait cela incessamment et il avait raison. Il y avait beaucoup d’indices et de preuves soutenant cette affirmation. À l’heure actuelle aussi, il y a de telles preuves. Ce sont eux qui ont créé Daech. Ce sont eux qui l’ont renforcé. Ce sont eux qui ont offert à Daech armes et soutien financier, entre autres. Très probablement, ce sont eux qui lui ont enseigné certaines méthodes.

Ces organisations américaines sauvages qui dépendent de l’administration américaine – comme Blackwater et autres – exécutent elles aussi les mêmes tâches. Ils connaissent ces méthodes à la perfection. Ils sont experts dans ces actes sauvages contre l’humanité. Très probablement, ce sont eux qui ont enseigné de telles méthodes à Daech. Sinon, comment tel misérable venant du fin fond du Caucase saurait-il comment torturer un individu, comment torturer les gens en les noyant graduellement (waterboarding) et comment les brûler petit à petit ? Probablement, ce sont eux qui leur ont enseigné ces méthodes.

Malgré le fait que les Etats-Unis sont le gouvernement le plus cruel et le plus impitoyable du monde, ils se présentent, dans leur propagande, comme défenseurs des droits de l’homme ! Des défenseurs des droits des opprimés, et même des défenseurs des droits des animaux ! Eh bien, ils devraient être marqués du sceau de l’infamie par le monde entier. Ces choses devraient être dites. Ces choses devraient être répandues au niveau international. 

Voyez l’oppression qu’ils ont commise contre la Palestine. À l’heure actuelle, les Palestiniens sont soumis à l’oppression et à la cruauté au quotidien. Cela fait maintenant une, deux, dix, vingt, soixante-dix années que cette oppression se poursuit et que les Américains la soutiennent. À l’heure actuelle, ils la soutiennent toujours. Eh bien, cela devrait être de notoriété publique.


Un autre exemple est leur oppression contre les Yéménites. À l’heure actuelle, le Yémen est bombardé quotidiennement. Le peuple est bombardé, divers endroits sont bombardés, les marchés sont bombardés, l’infrastructure du pays est bombardée. Par qui ? Par les alliés des Etats-Unis, qui sont approuvés par les Américains. Ce sont les Américains qui leur fournissent des armes. Ce sont eux qui les aident. Ils regardent la scène avec délices et ils ne soulèvent pas la moindre objection, pas le moindre froncement de sourcils n’apparait sur leurs visages. Bien sûr, il y a des gens parmi eux – par exemple, des intellectuels – qui font des objections, mais l’administration américaine n’y prête aucune attention. Et ce tandis qu’ils vont exposer des morceaux de ferraille avec une totale impudence, prétendant que ces pièces viennent du missile donné aux combattants yéménites par l’Iran !

C’est une affirmation dénuée de fondement. Les combattants yéménites et les moudjahidines sont assiégés. Il n’est pas possible de leur donner quoi que ce soit. Si c’était possible, nous leur donnerions des centaines de missiles – et pas seulement un ! Mais il n’est pas possible de leur donner quoi que ce soit. Ils sont opprimés: « Soyez un ennemi de l’oppresseur et un soutien de l’opprimé. » [Imam Ali, Nahj al-Balagha]. Si vous pouvez aider les opprimés, vous devez le faire. Nous sommes fermes sur la question de la Résistance. Les Américains ont décidé d’écraser la Résistance en Asie occidentale [Moyen-Orient] et ils étaient convaincus qu’ils accompliraient cette tâche. Nous sommes restés fermes et nous avons dit que nous ne les autoriserions pas à le faire. Aujourd’hui, le monde entier reconnait qu’ils voulaient le faire, mais ils ont échoué. Et ce que nous voulions faire, nous avons réussi à le faire. Le monde entier a compris cela. 
Il faut faire face à l’injustice. J’ai parlé de l’injustice des puissances étrangères, mais il en va de même pour l’injustice domestique (à l’intérieur de l’Iran), qui est peut-être une plus grande priorité pour plusieurs raisons. [...]

Ali Khamenei: US regime's barbarity is worse than ISIS'

Speech delivered on February 8, 2018 by Ayatollah Khamenei, the Supreme Leader of the Islamic Revolution, in a meeting with commanders and personnel of the Air Force of the Islamic Republic of Iran Army. 

The meeting was held in Imam Khomeini Hussainiyah on the occasion of the historic pledge of allegiance of Air Force officers to Imam Khomeini on the 19th of Bahman of 1357 [February 8, 1979].





Transcript:

[...] The oppression of arrogance should be clarified. Today, the cruelest and the most oppressive system in the world is the US government. It is more oppressive than everyone else. You witnessed how bad, oppressive and savage ISIS was. The US government is even worse than them. The US government is the same apparatus which created the likes of ISIS – not just ISIS itself. It facilitated the tasks for them. It acted as the cause.
 
This is not just our claim, rather they themselves have acknowledged this. The person who is the US President in the present time used to constantly highlight the fact, in his electoral campaign, that the creation of ISIS was a measure adopted by the Democrats - the opposite party. He would repeat this over and over again and he was right. There was much evidence and proof for this claim. In the present time too, there is such evidence. It was they who created ISIS. It was they who strengthened it. It was they who offered ISIS their weapons and their financial support and the like. Most probably, it was they who taught certain methods to them.

Those savage American organizations which are dependent on the US administration – such as Blackwater and the like – are carrying out the same tasks as well. They know these methods to perfection. They are experts at these savage acts against humanity. Most probably, it was they who have taught such methods to ISIS. Otherwise, how does such and such a poor creature from the Caucasus know how to torture an individual, how to torture  people by drowning them gradually (waterboarding) and how to burn them little by little? Probably, it was they who taught them these methods.

Despite the fact that the US is the cruelest and most merciless government in the world, it is an advocate of human rights in its propaganda! It is an advocate of the rights of the oppressed, it is an advocate of animal rights! Well, they should be disgraced. These things should be said. These things should be promoted at an international level. Notice what oppression they have committed against Palestine. In the present time, the Palestinians are subject to oppression and cruelty on a daily basis. It is one, two, ten, twenty, seventy years now that this oppression has been continuing and the Americans have been behind it. In the present time, they are behind it as well. Well, this should be explained.

Another example is their oppression against the Yemenis. In the present time, Yemen is being bombarded on a daily basis. The people are being bombarded, various places are being bombarded, markets are being bombarded, the infrastructure of the country is being bombarded. By whom? By the US allies who are approved by the Americans. It is the Americans who provide them with weapons. It is they who help them. They watch the scene delightfully and they do not raise the slightest objection and do not show the slightest frown on their faces. Of course, there are some people among them – for example, writers – who make some objections, but the US administration does not pay any attention to them at all. That is while they go and display some pieces of scrap iron with complete shamelessness and say that these pieces come from the missile given to the Yemeni fighters by Iran!

They make a groundless claim. Yemeni fighters and mujahids are under siege. It is not possible to give them anything. If it was possible, we would give them a hundred missiles – not one! But it is not possible to give them anything. They are oppressed: "Be an enemy of the oppressor and helper of the oppressed" [Imam Ali, Nahj al-Balagha]. If you can help the oppressed, you should do so. We are standing firm. On the issue of the Resistance, the Americans decided to uproot the Resistance in Western Asia [Middle East] and they were confident that they would accomplish this task. We are standing firm and we have said that we would not allow them to do so. Today, it is proven to everyone in the world that they wanted to do so, but that they failed and what we wanted to do so and we succeeded. Everyone in the world has understood this. Injustice should be confronted. This was about foreign injustice, but the same is true of domestic injustice (within Iran) and it is perhaps of higher priority because of a number of reasons. [...]