All the content in ENGLISH is now published in resistancenewsunfiltered.blogspot.com

mercredi 4 avril 2018

Vladimir Poutine sur l'affaire Skripal : 20 pays sont capables de produire l'agent 'Novichok'

Conférence de presse conjointe de Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan à Ankara, le 3 avril 2018.



 
[Chaîne censurée par Youtube : retrouvez toutes les vidéos de Sayed Hasan sur Vimeo]

Transcription :

[...] Journaliste : RIA Novosti, Elena Glushakova. J’ai une question pour le Président russe. Vladimir Vladimirovich, avez-vous évoqué la soi-disant affaire Skripal et la position britannique à ce sujet lors de la réunion d’aujourd’hui avec M. Erdogan ? Comment évaluez-vous cette situation, compte tenu des dernières informations en provenance du Royaume-Uni ? Merci. 

Vladimir Poutine : Nous avons brièvement abordé ce dossier. Le Président [turc] a posé quelques questions à ce sujet et j’ai exposé notre position. Comme vous le savez peut-être, j’ai moi-même entendu parler de cet incident par les médias. Je l’ai répété à plusieurs reprises. 

Je voudrais seulement ajouter que, selon des experts internationaux, une vingtaine de pays dans le monde peuvent fabriquer ces substances neuropathiques – une vingtaine de pays !

Comme vous le savez, Scotland Yard a déclaré qu’il lui faudrait au moins deux mois pour mener une enquête approfondie. Enfin, comme je viens tout juste de l’apprendre, le directeur général du laboratoire de Porton Down – situé à moins de huit kilomètres du lieu de l’incident – a déclaré à Sky News que son laboratoire n’avait pas identifié le pays d’origine de cette substance neuropathique. Ils sont incapables d’identifier le pays d’origine. Ils ne sont pas non plus en mesure de dire que cette substance a été produite dans la Fédération de Russie. 

A cet égard, tout d’abord, on est surpris par la rapidité avec laquelle ils ont déchainé une campagne anti-Russie, et je voudrais vous informer, bien que nous ayons déjà mentionné cela, que demain, nous convoquons une session du Conseil exécutif du l’Organisation internationale pour l’interdiction des armes chimiques pour analyser cette situation dans les moindres détails. 

Nous avons soulevé au moins 20 questions, et j’espère que cette discussion établira clairement ce qui s’est passé. Nous souhaitons très certainement une enquête approfondie et nous voudrions y avoir accès ; nous espérons recevoir le matériel pertinent, car des citoyens de la Fédération de Russie sont impliqués. Comme vous le savez peut-être, le Comité d’enquête de la Fédération de Russie a ouvert une procédure criminelle qui fera l’objet d’une enquête rigoureuse. [...]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire