All the content in ENGLISH is now published in resistancenewsunfiltered.blogspot.com

dimanche 13 mai 2018

Hassan Nasrallah : Israël se dirige-t-il vers une guerre régionale ?

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, le 7 mai 2018, suite à la tenue des élections législatives (remportées par le Hezbollah et ses alliés).

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr 


Activez les sous-titres français dans le menu en haut à droite

Transcription :

[...] Nous estimons que la composition de la nouvelle Chambre des députés  [suite aux élections parlementaires du 6 mai] constitue une garantie et une grande force pour la  protection de ce choix stratégique [la Résistance], et pour la protection de l'équation en or,  Armée-Peuple-Résistance, qui est selon  nous celle qui, dans les conditions actuelles, étant donnée la situation de la région, l'équilibre  des forces en présence et les développements actuels, est jusqu'à présent la seule qui  puisse se charger de protéger le pays, surtout que maintenant, nous allons revenir  aux nouveaux défis, à la question du pétrole et  du gaz, de la (délimitation de la) frontière maritime ; et selon certaines informations, Israël a menacé  de commencer à construire le mur sur des territoires libanais, que nous considérons comme libanais, même si les Nations Unies font comme s'il s'agissait de territoires « disputés ». En fin de compte, seule cette équation peut protéger le pays face à  ces circonstances et à ces données.


[...] Nous avons maintenant une nouvelle Chambre  des Députés, et nous devons élire un Président de la Chambre, un Bureau de la Chambre, la Chambre doit commencer à  travailler, afin de ne prendre de retard. Il faut nommer un Chef de gouvernement,  former le gouvernement, et dès à présent,  les discussions à ce sujet doivent commencer, il ne faut pas perdre de temps. Il est vrai que l'ancienne Chambre des  Députés et l'ancien gouvernement vont  encore opérer durant quelques jours, mais il ne faut pas perdre de temps et nous devons saisir toutes les occasions (pour avancer). Car nous ne savons pas (ce qui peut advenir), et  même la situation dans la région (peut s'embraser).

Dernièrement, nous étions tous occupés  avec les élections, mais un certain  nombre d'entre nous, et moi-même, suivions chaque jour les déclarations israéliennes, leurs menaces, leurs promesses, à l'encontre du  Liban, de la Syrie, le problème entre Israël et l'Iran, et ce qui se passe en Palestine, à Gaza en  particulier, où de très grandes choses se produisent, les développements en  Palestine sont très importants. Nous ne savons donc pas où se dirige la région. C'est pourquoi au Liban, nous  n'avons pas de temps à perdre. Nous n'avons pas le droit de passer 8 mois, un  an ou plus à former le prochain gouvernement. Ni la situation intérieure ne le permet, ni notre  présence dans une telle région en ébullition, ni les attentes du peuple libanais. [...]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire