All the content in ENGLISH is now published in resistancenewsunfiltered.blogspot.com

vendredi 8 juin 2018

Hassan Nasrallah dénonce le Maroc et rend hommage à l'Algérie

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 25 mai 2018, à l'occasion de la commémoration du 18e anniversaire de la Libération du Liban.

Traduction : Sayed Hasan (Abonnez-vous au blog, à la chaine Vimeo & à la page Facebook



Transcription :

[...] Même (la tentative américaine) d'isolement régional (du Hezbollah sera vaine). Le fait que tel pays n'ait pas de liens avec nous, que tel autre rompe ses relations avec nous, que tel autre encore trouve mille prétexte mensongers (pour nous accuser), comme l'a fait le Maroc il y a quelques semaines sans aucune base de vérité. (Le Maroc) a dit que le ministre des Affaires étrangères marocain s'est rendu en Iran, et qu'il a présenté un dossier au ministre des Affaires étrangères iranien au sujet de l'implication du Hezbollah avec le Front Polisario. Le ministre des Affaires étrangères iranien avait promis de me tenir informé, ce qu'il a fait. J'ai demandé où est le dossier, mais il n'y a aucun dossier ! Le ministre des Affaires étrangères marocain n'a même pas fourni un bout de papier, alors qu'ils ont prétendu avoir fourni des preuves, des documents, mais il a refusé de donner ne serait-ce que la feuille... Il avait une feuille entre ses mains, sur laquelle il lisait (au ministre iranien) des noms (de membres du Hezbollah soi-disant impliqués avec le Polisario) : untel, untel, untel, untel. (Le ministre iranien) a demandé la feuille, mais (le ministre marocain) a refusé. Même cette feuille (qu'il lisait), il a refusé de la donner !

Eh bien, où sont les preuves, ou sont les faits ? Avez-vous des vidéos, des écoutes, des enregistrements, des témoins ? Qui sont vos témoins ? Mais il n'y a absolument rien du tout. (Le Maroc) déclare qu'untel, untel, untel, untel et untel membres du Hezbollah... Du reste, certains n'ont aucune implication dans les opérations sécuritaires et militaires, et les frères (du Hezbollah) mentionnés travaillent dans des lieux très éloignés les uns des autres, si bien qu'il est clair que ce sont les services de renseignement israéliens qui ont fourni ces noms aux Marocains, sans qu'il n'y ait aucun lien entre ces frères (du Hezbollah). (Le Maroc se contente d'affirmer péremptoirement que) le Hezbollah soutient le Polisario, et il rompt ses liens avec l'Iran. Alors que nous n'avons aucune relation avec le Polisario, pas même de relations politiques. Je ne prends même pas de position sur cette question que nous n'avons pas étudiée, et sur laquelle nous n'avons aucune position, ni
négative, ni positive. En vérité, il n'y a aucune relation entre nous, pas même de relations politiques, nous n'avons aucun contact, mais on va voir le Maroc nous accuser d'avoir reçu le Polisario au Liban, de nous être rendus dans leur ville dont je n'ai même pas retenu le nom, c'est la première fois que je l'entendais, de lui avoir fourni soutien, entraînement, camps d'entrainement, armes, etc.

Quoi qu'il en soit, ces accusations et mesures sont vaines, elles n'auront aucun résultat en ce qui concerne la résolution et la détermination de la Résistance. Avant 2000, lorsque la Résistance a triomphé et a réalisé cet exploit dont nous célébrons aujourd'hui le 18e anniversaire (la Libération du Liban), elle n'avait pas de relations régionales. Il n'y avait que l'Iran et la Syrie, rien d'autre. On pouvait avoir des relations d'amitié avec l'ambassade d'Algérie, l'ambassade du Soudan, tel ou tel pays, mais nous n'avions pas de relations régionales. Au contraire, beaucoup n'osaient même pas ouvrir des liens ou des contacts avec nous, car depuis 1992, nous sommes inscrits sur la liste des organisations terroristes.

Par conséquent, tout ces mesures de siège politique, diplomatique et financier, toutes ces intimidations, j'affirme à nos ennemis qu'elles ne changeront rien du tout. La Résistance qui a façonné la victoire de 2000, cette victoire glorieuse et éclatante qui a imposé à l'ennemi (israélien) de sortir humilié et écrasé sans aucune clause, sans aucune condition, sans aucune concession d'aucune sorte (par la seule force des armes, le Hezbollah ayant refusé la moindre négociation avec Israël), cette Résistance est aujourd'hui plus forte, plus puissante, plus vigoureuse, même en ce qui concerne la détermination, la foi, les principes, l'âme, l'esprit, jusque dans ses nouvelles générations que vous pensez (corrompues par le matérialisme). C'est cette nouvelle génération qui a combattu en 2006, et une grande partie de nos martyrs fait partie de la génération née dans les années 1990. Et aujourd'hui, c'est également le cas pour la grande bataille qui a été menée dans la région (en Syrie). Lorsque vous participez à la lutte contre le projet américain dans la région, en Syrie... Nous nous sommes engagés fièrement et publiquement dans cette bataille primordiale. Et c'est durant une telle commémoration (un 25 mai) que j'ai annoncé notre entrée dans cette bataille il y a plusieurs années (en 2013). Et nous avons alors déclaré que les Etats-Unis et ses alliés ont rassemblé les takfiris des quatre coins du monde pour faire tomber Damas et l'Etat syrien, et j'ai déclaré dans un discours comme celui-ci, sans vis-à-vis, que les dirigeants syriens, le peuple syrien et l'Armée Syrienne, ainsi que ses alliés, ne permettraient jamais que Damas tombe, quels que soient les sacrifices requis.

Aujourd'hui, à l'occasion de la fête de la Résistance et de la Libération, que nous célébrons pour commémorer la Libération du Sud(-Liban), aujourd'hui également, nous nous tournons vers la Syrie, vers les dirigeants syriens, vers l'Armée Arabe Syrienne, vers le peuple syrien et vers tous leurs alliés loyaux, pour les féliciter de la libération de Damas, de la banlieue de Damas et de toute la région de Damas dans sa totalité, libérées de tout danger et de toute organisation (terroriste armée), surtout durant cette dernière bataille face à Daech et la victoire glorieuse qui a eu lieu là-bas, et le fait que toute la Syrie aille de succès en succès, des succès qui fondent la prochaine étape (de reconstruction). Ceux qui (comme le Hezbollah) prennent de telles positions doivent en assumer les conséquences, et je déclare que nous sommes plus forts, plus déterminés et plus présents, et avec la Grâce de Dieu, ces (sanctions diplomatiques) n'auront absolument aucun effet. [...]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire