All the content in ENGLISH is now published in resistancenewsunfiltered.blogspot.com

jeudi 30 août 2018

Hassan Nasrallah : « L'accord du siècle » de Trump, Ben Salmane et Netanyahou a échoué

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 14 août 2018, à l'occasion de la célébration du douzième anniversaire de la victoire de 2006.

Traduction : sayed7asan.blogspot.fr

Soutenez ce travail et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.


 

Transcription :

[...] Considérons maintenant (la situation à) Gaza, en Palestine, et en premier lieu à Gaza. Malgré la guerre destructrice, malgré le blocus sévère... Les Etats-Unis, Israël et leurs alliés s'attendaient à ce que Gaza se dirige vers la reddition, et qu'en échange de denrées alimentaires, de médicaments, d'électricité et d'eau (potable), Gaza leur cède absolument tout et accepte « l'accord du siècle » (censé liquider la cause palestinienne), et toute autre chose qu'on lui soumettrait, et accepte n'importe quelle résolution (du conflit), même aux dépens des droits des Palestiniens. Mais Gaza ne s'est pas soumise, ne s'est pas rendue et n'a pas signé (l'accord du siècle), malgré l'abandon du monde entier. Malgré l'abandon du monde entier. Et plus encore, Gaza a réinstauré et confirmé l'équation de la Résistance, répondant au bombardement par le bombardement, au sang par le sang, au feu par le feu.

vendredi 24 août 2018

Ahed Tamimi rend hommage à Hassan Nasrallah

Chaîne TV libanaise Al-Jadeed, 23 août 2018.

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr

Soutenez ce travail et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.

  

Voir également l'hommage de Hassan Nasrallah à Ahed Tamimi, auquel cette vidéo constitue une réponse.

Hassan Nasrallah : vaincu en Syrie, Israël quémande le retrait de l'Iran et du Hezbollah

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 14 août 2018, à l'occasion de la célébration du douzième anniversaire de la victoire de 2006.

Traduction : sayed7asan.blogspot.fr

Soutenez ce travail et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.

Transcription :

[...] Deuxième point, Israël et la Syrie. (Les Etats-Unis et Israël) avaient prévu de faire tomber la Syrie si la Résistance au Liban était tombée en 2006. Car si la Résistance avait été vaincue en 2006, ils avaient prévu d'amener des forces multinationales au Liban –car l'armée israélienne n'aurait pas pu rester–, des forces américaines, françaises, anglaises, italiennes, etc., qui auraient pris position au Liban, fermé la frontière entre le Liban et la Syrie et assiégé la Syrie afin de la faire tomber. Cela ne s'est pas produit. Ces sept dernières années (de guerre) sont donc advenues pour faire tomber la Syrie d'une autre manière, à savoir cette guerre mondiale qui a été lancée contre la Syrie. 

mercredi 22 août 2018

Hassan Nasrallah : la guerre de 2006 et Daech, deux projets américains au service d'Israël

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 14 août 2018, à l'occasion de la célébration du douzième anniversaire de la victoire de 2006.

Traduction : sayed7asan.blogspot.fr

Soutenez ce travail et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.


Transcription :

Je cherche refuge auprès de Dieu contre le démon lapidé. 

Au Nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. 

Louange à Dieu, Seigneur des Mondes, et que les prières et les salutations soient sur notre Maître et Prophète, le Sceau des Prophètes Muhammad, ainsi que sur sa famille noble et pure, ses compagnons choisis et fidèles et l'ensemble des Prophètes et des Messagers. 

Que la paix soit sur vous tous, ainsi que la Miséricorde de Dieu et Ses Bénédictions.

O mes frères et sœurs, je vous félicite en ce jour, le jour de votre victoire historique et divine que Dieu, dans sa bonté, vous a octroyée, ainsi qu'au Liban, aux peuples de notre région et à la Communauté (arabo-musulmane), enregistrant ainsi une victoire écrasante qui a bouleversé beaucoup d'équations.

mardi 21 août 2018

Hassan Nasrallah : le Hezbollah est beaucoup plus fort qu'Israël

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 14 août 2018, à l'occasion de la célébration du douzième anniversaire de la victoire de 2006.

Traduction : sayed7asan.blogspot.fr


Soutenez ce travail et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.


Transcription : 

[...] Commençons d'abord par Israël et le Liban. Où en sont les choses entre Israël et le Liban depuis 2006 à ce jour, 2018 ? Il est clair qu'Israël est dissuadé (de toute agression contre le Liban). Cet Israël qui toute sa vie s'en prenait au Liban pour les raisons les plus triviales ses avions venaient frapper le sud, la Bekaa, le nord, le Mont-Liban, jusqu'au cœur de la capitale. Vous vous souvenez tous de la situation avant 1982, et après 1982. Mais les choses ont changé, ils ne font plus rien de tel aujourd'hui. Et ce n'est pas du fait des bonnes manières (qu'aurait acquises) Israël, mais de l'équation (de dissuasion) imposée par la Résistance.

vendredi 17 août 2018

Hassan Nasrallah : Notre victoire en Syrie est imminente

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 14 août 2018, à l'occasion de la célébration du douzième anniversaire de la victoire de 2006.

Traduction : sayed7asan.blogspot.fr

Soutenez ce travail et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.



Transcription : 

[...] Nous célébrons aujourd'hui cet anniversaire (de la victoire de 2006) qui nous est cher. Cela fait maintenant douze ans que nous avons remporté cette victoire, et nous insistons sur l'importance de la célébration de cette occasion.

jeudi 16 août 2018

Le Hezbollah en guerre (5) : La naissance d'un Nouveau-Moyen-Orient (26 juillet 2006)

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah le 26 juillet 2006, au 14e jour de la guerre d'annihilation déclenchée par Israël.

Traduit pour la première fois à l'occasion du 12ème anniversaire de l'événement. Tous les discours du Secrétaire Général du Hezbollah durant la guerre de 2006, inédits en français, seront intégralement publiés cet été.


Soutenez ce travail et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.

« Je n'ai aucun intérêt pour une diplomatie qui viserait à ramener le Liban et Israël au statu quo ante. Je pense que ce serait une erreur. Ce que nous voyons ici, dans un sens, est la naissance, les contractions de l'enfantement d’un nouveau Moyen-Orient. Quoi que nous fassions, nous devons être certains que nous poussons les choses vers le nouveau Moyen-Orient et que nous ne retournons pas vers l'ancien. » Rapport spécial du Secrétaire d'Etat des Etats-Unis Condoleeza Rice, 21 juillet 2006.

« On nous demande toujours si, en capturant ces deux soldats, nous nous attendions ou pas à une réponse et à une réaction d'une telle ampleur. Mais laissez-moi vous dire autre chose : lorsqu'elle a capturé ces deux soldats israéliens, la Résistance, sans le savoir –je ne prétends pas qu'on le savait, on ne le savait pas–, a neutralisé le plus dangereux projet et le pire scénario de guerre contre le Liban, contre la Résistance au Liban et contre le peuple libanais. Voilà la vérité. Telle est la conclusion à laquelle nous sommes parvenus aujourd'hui. Du fait de la capture de ses deux soldats, l'ennemi israélien s'est retrouvé dans une situation difficile et humiliante, ne pouvant pas supporter un tel coup, et il a donc accéléré la guerre (d'annihilation) qu'il s'apprêtait de toute façon à lancer en septembre ou en octobre, (avec ou sans prétexte). L'importance de cette accélération réside en premier lieu dans le fait que l'ennemi a perdu l'élément de surprise. » Hassan Nasrallah, 26 juillet 2006.

lundi 13 août 2018

Norman Finkelstein : Israël n'a aucun droit de se défendre contre Gaza

Par Norman Finkelstein & Jamie Stern-Weiner

Selon le droit international, tout type de recours à la force à Gaza est interdit à Israël, quelles que soient les circonstances.


Traduction : http://sayed7asan.blogspot.com

Soutenez ce travail et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.  

Lior Mizrahi / Getty Images

Depuis le 30 mars 2018, date à laquelle les manifestations largement non violentes à Gaza ont commencé, la communauté internationale a fermement condamné les attaques armées israéliennes.

Une résolution de l'Assemblée générale des Nations Unies a « déploré tout recours à la force excessif, disproportionné et indiscriminé par les forces israéliennes contre des civils Palestiniens », tandis que le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies dénonçait
« l'usage disproportionné et indiscriminé de la force ». Après que des snipers israéliens aient tué Razan al-Najjar, une ambulancière palestinienne non armée âgée de vingt-et-un ans, le coordinateur spécial des Nations unies pour le processus de paix au Moyen-Orient a averti Israël qu'il « devait calibrer son utilisation de la force ». Dans un rapport accablant, Human Rights Watch a conclu que « le recours répété par les forces israéliennes à la force létale dans la bande de Gaza... contre des manifestants qui ne représentaient aucune menace imminente pour la vie peut constituer des crimes de guerre ».

Bien que ces condamnations soient les bienvenues, la question reste néanmoins de savoir si elles vont assez loin. En termes simples, est-ce qu'Israël a le droit de recourir à la force, de quelque manière que ce soit et quelles que soient les circonstances, contre la population de Gaza ?

vendredi 10 août 2018

American Pravda : Juifs et Nazis

Par Ron Unz*


Traduction : http://sayed7asan.blogspot.com

Soutenez ce travail et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure


Il y a 35 ans environ, j'étais assis dans ma chambre universitaire et je lisais le New York Times comme chaque matin, lorsqu'un article étonnant sur le nouveau Premier ministre israélien controversé, Yitzhak Shamir, a tout particulièrement attiré mon attention.

En ces temps anciens, la Grey Lady [surnom du New York Times] était une publication entièrement imprimée en noir et blanc, dépourvue des grandes photographies en couleurs de stars du rap et de longs récits sur les différents régimes diététiques qui occupent tant de place dans les médias actuels, et elle semblait également être beaucoup plus incisive dans ses reportages sur le Moyen-Orient. Environ un an plus tôt, le prédécesseur de Shamir, Menachem Begin, avait autorisé son ministre de la Défense Ariel Sharon à envahir le Liban et à assiéger Beyrouth, et le massacre de femmes et d'enfants palestiniens dans les camps de Sabra et Chatila qui s'ensuivit avait indigné le monde entier et suscité la colère du gouvernement américain. Cela a finalement conduit à la démission de Begin, Shamir, son ministre des Affaires étrangères, prenant sa place.

Avant sa surprenante victoire électorale de 1977, Begin avait passé des décennies dans le désert politique, étant considéré comme un homme inacceptable de la droite dure, et Shamir avait un passé encore plus extrême, les médias dominants américains rapportant librement sa longue implication dans toutes sortes d'assassinats de grande envergure et dans des attaques terroristes dans les années 1940, le décrivant en effet comme un individu très peu recommandable.

Compte tenu des activités notoires de Shamir, peu de révélations auraient pu me choquer, mais ce fut le cas de celle-ci. Apparemment, à la fin des années 1930, Shamir et sa petite faction sioniste étaient devenus de grands admirateurs des fascistes italiens et des Nazis allemands, et après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, ils avaient tenté à plusieurs reprises de contacter Mussolini et les dirigeants allemands en 1940 et 1941, espérant s'enrôler dans les puissances de l'Axe en tant que leur affilié palestinien, et entreprendre une campagne d'attaques et d'espionnage contre les forces britanniques locales, puis partager le butin politique après le triomphe inévitable d'Hitler.

mercredi 8 août 2018

Vladimir Poutine : « L'État profond américain est prêt à sacrifier Israël »

Rencontre avec les ambassadeurs et représentants permanents de la Russie, 19 juillet 2018.

Vladimir Poutine a participé à une réunion d'ambassadeurs et de représentants permanents de la Russie au sein d'organisations et d'associations internationales, où il a exposé les principaux objectifs de la diplomatie russe.

Source : http://en.kremlin.ru/events/president/news/58037


Soutenez ce travail et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.




Transcription :

[...] J'aimerais souligner que tous les projets commerciaux que nous mettons en œuvre avec l'Europe, y compris, par exemple, Nord Stream 2, sont uniquement commerciaux et économiquement viables. Ils n'ont aucune teneur politique et aucun agenda caché.

La clé pour assurer la sécurité et la sûreté en Europe consiste à développer la coopération et à restaurer la confiance, et non à déployer de nouvelles bases et infrastructures militaires de l’OTAN près des frontières de la Russie, comme cela se passe actuellement.

Putin Goes Off Script: “The Deep State Is Ready To Sacrifice Israel”

Meeting of ambassadors and permanent representatives of Russia, July 19, 2018.

Vladimir Putin took part in a meeting of ambassadors and permanent representatives of Russia at international organisations and associations, where he outlined the main goals of Russian diplomacy.


Video: unz.com/sayedhasan

Support this work and subscribe to the Facebook Page and Dailymotion Channel to get around censorship

 

Transcript:

[...] I would like to emphasise that all the business projects that we are implementing with Europe, including, for instance, Nord Stream 2, are solely commercial and economically viable; they are not politically charged and have no hidden agenda.

The key to providing security and safety in Europe is in expanding cooperation and restoring trust, and not in deploying new NATO bases and military infrastructure near Russia’s borders, which is what is taking place now.

vendredi 3 août 2018

Hezbollah at War (4): Where is Hassan Nasrallah “Hiding”? (July 21, 2006)

Interview of Sayyed Hassan Nasrallah, Secretary General of Hezbollah, by Al-Jazeera channel, broadcast on July 21, 2006, the ninth day of the war against Israel.

Translation: unz.com/sayedhasan

Translated for the first time on the occasion of the 12th anniversary of the event. All speeches of Hezbollah Secretary General during the 2006 war will be fully translated, subtitled and published in English for the first time on their anniversary this summer.

Support this work and subscribe to the Facebook Page and Dailymotion Channel to get around censorship

 Where is Sheikh Nasrallah, the leader of Hezbollah, who Israel vowed to kill? In a Hermel bunker, a region in northern Lebanon, bordering Syria, according to Israeli military sources. [...] As soon as the Israeli strikes started, the leaders of the Shiite movement 'buried' themselves. Sheikh Nasrallah hidden in a bunker, Le Figaro, July 20, 2006.

jeudi 2 août 2018

The invocation that Sheikh Bahjat sent to Hassan Nasrallah before the 2006 war

Interview of Hezbollah Secretary General, Sayyed Hassan Nasrallah, on April 2, 2016, devoted to the memory of Sheikh Bahjat.

Translation: unz.com/sayedhasan

Support this work and subscribe to the Facebook Page and Dailymotion Channel to get around censorship.  


Transcript: 

[...]  A few months before the 33-days war, one of our brothers, a theology student in Qom (Iran) came –I forgot whether he informed me in person or told a brother who then informed me– and informed me that His Eminence Sheikh Bahjat –may God protect him, as we used to say then; now, we say may God Sanctify him– henceforth enjoined me to recite this invocation: ‘O my God, protect me with your invincible shield behind which You place whoever You want’. (I had to recite it every single day), three times in the morning and three times in the evening. I asked him if there was a particular reason for that, and he replied that he knew nothing and had only been instructed to convey this reminder (taught by the Prophet) to me.

mercredi 1 août 2018

Where was Hassan Nasrallah “Hiding” during the July 2006 War?

Interview of Hezbollah Secretary General Sayyed Hassan Nasrallah on September 3, 2012, by Al-Mayadeen TV channel.

Translation: unz.com/sayedhasan

Support this work and subscribe to the Facebook Page and Dailymotion Channel to get around censorship

“Where is Sheikh Nasrallah, the leader of Hezbollah, who Israel vowed to kill? In a Hermel bunker, a region in northern Lebanon, bordering Syria, according to Israeli military sources. [...] As soon as the Israeli strikes started, the leaders of the Shiite movement 'buried' themselves.” Sheikh Nasrallah hidden in a bunker, Le Figaro, July 20, 2006.



Transcript:

Hassan Nasrallah: [...] (About) the constant Israeli claims that we would be disoriented, anxious, lost, I ask you a question, since you have a personal experience with us. During the 2006 War, you visited me in the southern suburb of Beirut (Dahiyeh, main stronghold of Hezbollah largely destroyed by Israel)...


Ghassan bin Jiddo: Your Eminence, you just revealed (for the 1st time) that it took place in the southern suburb of Beirut...