All the content in ENGLISH is now published in resistancenewsunfiltered.blogspot.com

jeudi 30 août 2018

Hassan Nasrallah : « L'accord du siècle » de Trump, Ben Salmane et Netanyahou a échoué

Discours du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 14 août 2018, à l'occasion de la célébration du douzième anniversaire de la victoire de 2006.

Traduction : sayed7asan.blogspot.fr

Soutenez ce travail et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.


 

Transcription :

[...] Considérons maintenant (la situation à) Gaza, en Palestine, et en premier lieu à Gaza. Malgré la guerre destructrice, malgré le blocus sévère... Les Etats-Unis, Israël et leurs alliés s'attendaient à ce que Gaza se dirige vers la reddition, et qu'en échange de denrées alimentaires, de médicaments, d'électricité et d'eau (potable), Gaza leur cède absolument tout et accepte « l'accord du siècle » (censé liquider la cause palestinienne), et toute autre chose qu'on lui soumettrait, et accepte n'importe quelle résolution (du conflit), même aux dépens des droits des Palestiniens. Mais Gaza ne s'est pas soumise, ne s'est pas rendue et n'a pas signé (l'accord du siècle), malgré l'abandon du monde entier. Malgré l'abandon du monde entier. Et plus encore, Gaza a réinstauré et confirmé l'équation de la Résistance, répondant au bombardement par le bombardement, au sang par le sang, au feu par le feu.

C'est pourquoi cet Israël qui s'évertue aujourd'hui à nous convaincre qu'il est le plus fort et s'apprête à nous attaquer afin que nous acceptions tout ce qu'il veut nous imposer, est dans une impasse majeure même face à Gaza. Durant les débats au sein du gouvernement ennemi (à effectif) réduit, les ministres s'entretuent et s'insultent, car ils sont perdus dans leurs choix face à Gaza. Face à Gaza l'assiégée, Gaza l'affamée, Gaza abandonnée du monde entier, cet Israël que vous prétendez être l'armée la plus puissante du Moyen-Orient est complètement désorienté. L'un d'entre eux dit qu'il vaut mieux conclure une trêve, même au prix de concessions (allègement du blocus) à Gaza, car on ne peut pas se diriger vers la guerre. Un autre lui rétorque que si on se dirige vers une trêve et qu'on accorde des concessions (à Gaza), peut-être que ça se passera comme pour le Liban et que Gaza se renforcera année après année. Un autre encore –bien sûr ce sont tous des ministres– s'exclame qu'il faut lancer une guerre destructrice contre Gaza, mais quelqu'un lui demande s'il a pris en compte les mesures de riposte (de la Résistance à Gaza), et rappelle que précédemment, des guerres ont été menées sans parvenir à aucun résultat. Un autre encore prône l'invasion de Gaza et une nouvelle occupation, et quelqu'un lui rappelle qu'ils n'ont quitté Gaza que récemment. Israël est complètement perdu, déboussolé et dans une impasse. Et tout cela face à Gaza. Pourquoi ? Parce que Gaza résiste, comme un seul homme, malgré les différends présents (entre les factions palestiniennes). Gaza fait des sacrifices chaque jour, et en particulier chaque vendredi. Tout cela face à Gaza. 

 Et cela confirme les limites de la puissance d'Israël. Même s'ils ont une armée (surarmée) et la plus puissante aviation de la région. Cela ne veut pas dire qu'Israël est tout-puissant. Cela ne veut pas dire qu'il peut faire tout ce qu'il veut. Cela ne veut pas dire que nous ne sommes rien, que nous sommes zéro, qu'on peut nous effacer, que nous sommes en dehors de l'équation. En aucun cas. Les choses ne sont pas ainsi.

Quant à Israël et l'accord du siècle, avec l'arrivée de Trump au pouvoir –à ce sujet, permettez-moi de m'exprimer avec encore plus de franchise qu'à l'accoutumée–, avec l'arrivée de Trump au pouvoir aux Etats-Unis, et de Mohammad Ben Salmane au pouvoir en Arabie Saoudite, et avec l'hypothèse que la région se dirigeait vers un effondrement et que l'Axe de la Résistance allait être éradiqué, ils ont concocté l'odieux accord du siècle, que nous connaissons tous aujourd'hui, et le mieux que puisse jamais rêver Israël, c'est que cet accord se réalise. Car il lui donne Al-Quds (Jérusalem) de manière définitive et éternelle, sans distinction de ce qui se trouve à la surface ou sous terre, de ce qui est à l'est ou de ce qui est à l'ouest, ils prennent Al-Quds en totalité, la question des réfugiés est effacée, l'existence d'Israël dans la région est normalisée (par des relations avec tous les pays arabes), et les Palestiniens reçoivent un Etat qui n'est pas un Etat dans une étendue de territoire réduite et étroite.

Depuis deux ans, certains essaient d'imposer aux peuples et aux gouvernements de notre région l'idée que cet accord du siècle est un décret inéluctable auquel il est impossible d'échapper, et qu'on ne peut qu'accepter. Mais qui prétend cela ? Chaque fois qu'ils réalisaient des accords et élaboraient des solutions catastrophiques (pour la Palestine), ils venaient auprès des peuples de la région, des mouvements de Résistance et des gouvernements de la région en nous affirmant que c'était là un décret inéluctable que personne ne pourrait rejeter. Mais (aujourd'hui comme hier), la vérité est tout autre. Aujourd'hui, à la lumière des développements qui se sont produits jusqu'à présent...

Certains estiment –et c'est là un avis qui compte, émis par des experts et des penseurs politiques et stratégiques (de premier plan)– que l'accord du siècle n'est plus, qu'il a échoué, et qu'on n'attend plus que cela soit annoncé. Pour ma part, je ne veux pas affirmer cela, car la question a besoin de davantage de réflexion, d'étude et d'attente, mais je peux vous affirmer que cet accord du siècle que Trump veut imposer de toute sa force arrogante, et dans lequel il veut faire basculer un grand pays de la région qui est le Royaume d'Arabie Saoudite, ainsi que d'autres pays, cet accord fait face à de véritables problèmes. Et il y a de très fortes chances, si nous insistons sur les équations (de Résistance) dont nous parlons toujours, que cet accord s'effondre, aujourd'hui plus que jamais. Quelles en sont donc les preuves ? Pourquoi (est-ce que je peux affirmer cela) ?

Premièrement, le refus unanime du peuple palestinien face à l'accord du siècle. Dans toute la Palestine, il n'y a aucune faction, autorité, force populaire ou Résistance, aucun Palestinien ou partie palestinienne qui soutient cet accord. Voilà pour le premier point. Il n'y a en Palestine aucun dirigeant, homme ou représentant du peuple palestinien qui puisse accepter de signer un accord qui donne Al-Quds (Jérusalem) à Israël et en fait la capitale éternelle d'Israël. Jamais de la vie. Et ils l'ont (tous) annoncé. Un accord sans signature palestinienne (n'a aucune valeur). Même s'ils venaient l'imposer par la force. Si la Palestine ne signe pas, l'accord ne peut pas fonctionner. Et cela les a (vraiment) surpris.

Ils comptaient peut-être sur le fait qu'en faisant pression sur les Palestiniens, en les terrorisant et en les affamant, ou en leur faisant miroiter des sommes d'argent ou certains projets (de port, d'aéroport...), quelque Palestinien pourrait venir signer un tel accord. 

Deuxièmement, le fait que l'Axe de la Résistance ait tenu bon, la résistance de l'Iran, la victoire de l'Irak face aux mouvements daechistes wahhabites financés par les Etats-Unis et l'Arabie Saoudite, la victoire de la Syrie, le fait que le Yémen ait tenu bon, tout cet Axe étendu (de la Palestine à l'Iran), sans parler des développements au Liban (victoire de l'alliance du Hezbollah aux élections). Tout cela a son influence.

Tu t'apprêtais à imposer un accord en partant du principe qu'il n'y aurait plus de Résistance, d'Axe de la Résistance ou de pays de la Résistance. C'est ce que tu supposais il y a quelques années. Mais aujourd'hui, les faits sont très différents de tes attentes.
 
Et troisièmement, les crises aux Etats-Unis mêmes, eux qui prétendent venir imposer l'accord du siècle aux peuples et aux gouvernements de la région, et qui ont de (graves) problèmes même avec leurs alliés et leurs amis, que ce soit l'Europe ou la Turquie –vous suivez l'évolution de cette crise chaque jour–, sans même parler de la Russie et de la Chine.

Egalement, parmi les choses les plus importantes qui poussent l'accord du siècle vers l'échec, et ici je vous prie d'être très attentifs, (il faut mentionner) le recul de l'Axe régional mené par l'Arabie Saoudite dans la région. Cet Axe est en (net) recul et il s'affaiblit. Quelle en est la preuve ? Je ne parle que de faits (indéniables), ce sont des données de terrain accessibles et rapportées par les médias. Pourquoi ? 

Premièrement, cet Axe régional a échoué en Syrie, complètement, c'est terminé. Il faut passer à autre chose. Oui, il reste encore Idlib, et si ce n'est pas réglé d'ici là, j'en parlerai dimanche (26 août) à Hermel. Cet Axe a échoué en Irak. Cet Axe a échoué à pousser le monde à assiéger l'Iran et à lui imposer des sanctions (internationales) avec Trump. Et cet Axe a échoué dans sa guerre avec le Yémen.

Aujourd'hui, permettez-moi de vous dire, depuis ma Dahiyeh (banlieue sud de Beyrouth) au Liban, aux victimes innocentes (Da'hyan) de Sa'dah, au Yémen. O peuple cher, noble et digne, en particulier les familles des enfants qui ont trouvé le martyre, sachez en toute certitude que ceux qui vous ont tués sont les mêmes que ceux qui ont tué nos enfants de la Dahiyeh et de Qana. Ceux qui ont répandu le sang de vos femmes et de vos enfants sont les mêmes que ceux qui ont répandu notre sang au Liban. Les mêmes armes, le même Axe, les mêmes pays, la même volonté, la même décision et le même comportement. Et de même que le sang de nos enfants et de nos femmes a triomphé au Liban, le sang de vos enfants et de vos femmes triomphera au Yémen. Car derrière ce sang, se tiennent la vérité et le bon droit, ainsi que de (véritables) hommes et (d'authentiques) dirigeants qui ne pardonneront pas à ces criminels sanguinaires et à ces assassins, qui décapitent les sentiments, la morale et l'honneur. Lorsque cet Axe en arrive à ce niveau de massacre atroce au Yémen, cela constitue un message clair que militairement, il a échoué, que l'option militaire est terminée. Il a perdu cette guerre, mais il veut se venger de ce peuple qui lui a infligé cette défaite.

Et les crises internes en Arabie Saoudite, les crises dans le Golfe et au sein de l'Organisation de la coopération islamique (OCI)... La crise ouverte est avec le Qatar, mais il y a également des crises cachées au sein de l'OCI. 

(Et voyez la situation) avec le Canada, à cause d'un problème mineur. Maintenant, est-ce que c'est à cause de ce problème ou est-ce que c'est pour faire plaisir à Trump (qui est en conflit avec le Canada), cette histoire devrait être étudiée de plus près (pour y répondre). Le Canada a seulement parlé à l'Arabie Saoudite des droits de l'homme et des prisonniers politiques, et ça a provoqué (une réaction digne du) Jour du Jugement en Arabie Saoudite, qui a dénoncé une ingérence dans ses affaires internes, rappelé son ambassadeur et expulsé celui du Canada, et mis fin aux bourses d'étude... Ils ont mis le branle-bas de combat et tout mis sens dessus dessous à cause de cette (prétendue) ingérence du Canada dans les affaires internes saoudiennes.
 
Et ce alors que l'Arabie Saoudite intervient, combat et soutient les combattants en Syrie et en Irak, s'ingère dans les affaires iraniennes, annonce ouvertement une guerre sans merci contre le Yémen et s'ingère dans tous les détails des affaires libanaises –et on se souvient tous du jour où ils ont arrêté le Premier ministre constitutionnel du Liban, comme ça. Ils se permettent de s'ingérer (où bon leur semble), mais si quiconque dans le monde ose leur dire : « Respectez les droits de l'homme et libérez ces prisonniers politiques », ils déversent sur lui toutes les foudres du ciel. Qu'est-ce que c'est que cette mentalité ? Où vont-ils ?

Quoi qu'il en soit, ils connaissant des crises (majeures). Même avec la Turquie, ils ont un grave problème. Car la Turquie est convaincue que l'Arabie Saoudite et les Emirats étaient impliqués dans le coup d'Etat récent. Même avec le monde musulman, ils sont en crise. Je vous en donne un exemple, pour que vous compreniez ce qui va advenir de l'accord du siècle. En Malaisie, il y avait un chef du gouvernement partisan des Saoud, un instrument des Saoud, à qui ils ont donné des sommes d'argent colossales, et qui a travaillé pour eux durant de longues années, mais il a été vaincu aux élections, et il est maintenant derrière les barreaux, accusé de corruption. Et un nouveau gouvernement est aujourd'hui en place, avec une position (très) différente vis-à-vis de l'Arabie Saoudite, de la guerre contre le Yémen, des sanctions contre l'Iran, des relations avec l'Iran, de l'administration américaine, de la cause palestinienne, de la question d'Al-Quds (Jérusalem). Les membres de ce gouvernement malaisien ont une position (très) différente.

Et de même au Pakistan, le pays dans lequel l'Arabie Saoudite a également dépensé des milliards de dollars, le chef du gouvernement précédent, qui est un instrument des Saoud, est également derrière les barreaux, inculpé pour corruption. Et si on ne leur fomente pas un coup d'Etat, un gouvernement sera formé et il aura une position très différente (de celle des Saoud) sur la question d'Al-Quds, de la Palestine, de Gaza, du Yémen, de l'Iran et des Etats-Unis. Telle est la situation. Cet Axe (saoudo-israélo-américain) est en (net) recul. Que personne ne vienne nous prendre la tête avec les mensonges quotidiens des chaines satellites du Golfe. Mensonges, mensonges, mensonges, mensonges, mensonges, mensonges, jusqu'à ce que les gens finissent par les croire. Telle est la véritable situation régionale. Cet Axe est en net recul.

L'image de l'Arabie Saoudite aujourd'hui, dans le monde arabo-musulman et partout ailleurs, cette image pour laquelle elle a dépensé des milliards de dollars, afin qu'on la présente comme le Royaume du bien, aujourd'hui, dans la conscience collective du monde, de quoi est-elle le Royaume ? Le Royaume de ceux qui ont envoyé ces mouvements daechistes takfiris qui ont détruit le monde arabe et musulman, qui ont perpétré les crimes les plus atroces dans le monde arabe et musulman et qui menacent la sécurité du monde entier. Quelle est leur image avec la guerre au Yémen ? Le siège, le choléra, la famine... Et après quoi ils osent dire qu'ils apportent une aide (au Yémen) sur la question du choléra, en ouvrant un corridor pour que (des malades) puissent être soignés. Et jusqu'à leur soutien à l'accord du siècle, au sujet duquel on dit qu'ils auraient fait marche arrière. Très bien. Pourquoi est-ce qu'ils font marche arrière ? Parce qu'ils ont compris que (signer) cet accord serait une action suicidaire. 

Encore deux mots sur la situation régionale. 

Israël et ses crises internes : la corruption du premier ministre (Netanyahou), la disparition des dirigeants historiques, les conflits persistants entre les partis, l'inquiétude généralisée, l'absence de confiance en l'avenir. Toute cette atmosphère (factice) créée par les médias ne vise qu'à les rassurer pour les maintenir dans la terre qu'ils ont usurpée. Jusqu'à leur loi nationale (institutionnalisant la primauté des Juifs), que je n'ai pas le temps de commenter dans le détail, mais elle aura des répercussions majeures même sur cette entité. 

A la lumière de tous ces faits avérés, nous élaborons aujourd'hui notre position. Ce qui s'est passé en 2006 et ce qui s'est passé depuis 7 ans avait pour objectif de permettre aux Etats-Unis de s'emparer de cette région, d'y enraciner définitivement Israël (comme Etat client dominant) et d'imposer une résolution (de la question palestinienne). Aujourd'hui, en 2018, je vous affirme que ce projet a échoué, ou est sur le point d'échouer définitivement, avec la Grâce de Dieu. [...]

Dernière partie sur l'Iran et l'Axe de la Résistance à venir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire