All the content in ENGLISH is now published in resistancenewsunfiltered.blogspot.com

jeudi 27 décembre 2018

Frappes de Noël en Syrie : Israël se cache derrière des avions civils pour empêcher l'utilisation du S-300

Reportage de Rossiya 24, 26 décembre 2018 (VOSTFR / sous-titres français).


Transcription : 

Journaliste : « Prolonger le conflit et soutenir les terroristes ». Telle est la déclaration du ministère des Affaires étrangères syrien au sujet des objectifs probables de l'attaque israélienne contre la Syrie, d'après les diplomates et politiciens locaux.

La nuit dernière, pendant 1 heure 30, la banlieue de Damas était sous le feu de missiles tirés depuis l'espace aérien libanais. Le système de défense aérienne syrien a intercepté la plupart des missiles, mais il y a tout de même des victimes, et un dépôt de munitions a été endommagé.

« Cela constitue une violation flagrante de la souveraineté syrienne et des termes d'une Résolution du Conseil de sécurité des Nations unies. » Telle est la réaction du ministère russe des Affaires étrangères. Les membres de la Douma appartenant au Comité d'amitié avec le Parlement syrien sont d'accord, et affirment que c'est là une tentative éhontée de déstabiliser la situation, et, de toute évidence, d'aider les militants qu'Israël prétend combattre.

Un autre détail important du ministère russe de la Défense : comme il est apparu, les frappes israéliennes ont eu lieu juste au moment où des avions civils atterrissaient dans les aéroports de Beyrouth et Damas.

Nous allons demander à Vadim Zavodchenkov quel est le but de telles tactiques.

Vadim, bonsoir.


Vadim Zavodchenkov : Bonsoir.

Journaliste : Se sont-ils cachés derrière les avions civils ?


Vadim Zavodchenkov : Eh bien, Alexey, les initiateurs de l'attaque savaient sûrement que leurs actions constituaient un danger pour les avions et les passagers civils. Voici les données de FlightRadar24.com sur le trafic dans le ciel au-dessus de la Syrie juste avant l'attaque contre Damas. On peut voir qu'il y a à la fois des avions en transit et les avions qui ont décollé de la capitale dans le sud du pays. Bien sûr, le trafic de l'aéroport de Damas ne peut pas être comparé au trafic des aéroports israéliens ou d'autres pays du Moyen-Orient. Néanmoins, 15 avions au total devaient partir et arriver ce jour, à destination du Koweït, d'Irak, des Emirats Arabes Unis et de Jordanie. 

Les opérateurs de vol syriens ont dû dérouter d'urgence un avion civil vers l'aérodrome de Khmeimim à cause des bombes aériennes de fabrication américaine qu'Israël avait déjà utilisées auparavant. La bombe GBU-39 est équipée d'ailes de pliage et capable de planer, ce qui augmente considérablement sa portée de combat. Malgré le fait qu'elle soit considérée comme une bombe de précision d'un petit diamètre, les dégâts causés peuvent se révéler assez considérables.

Victor Zabolotsky, pilote d'essai décoré : Si le contrôle du trafic aérien ne prévient pas le pilote qu'il y a quelque chose d'anormal dans la zone, par exemple, une attaque de missiles ou autre chose, alors la seule chose qui reste à faire est de quitter la zone parce que personne ne sait où ils vont frapper, que ce soit l'aéroport, un hangar, ou des entrepôts. Même s'ils font sauter un dépôt, les fragments peuvent se disperser jusqu'à 15 kilomètres, et ainsi de suite. 

Vadim Zavodchenkov : La dernière version de la bombe américaine est capable d'éliminer même des cibles mobiles. Une telle capacité est accordée par l'utilisation conjointe du GPS, d'un autodirecteur infrarouge et de radars. Cependant, même ces munitions avancées ne peuvent pas rester non détectées par les défenses aériennes syriennes.

Selon certaines données, les forces gouvernementales syriennes auraient pu utiliser le complexe de défense aérienne Pantsir S-1. Il a été utilisé à plusieurs reprises auparavant, par exemple pour lutter contre les drones terroristes. Le Pantsir S-1, fonctionnant en déplacement, est capable d'éliminer une cible volant à une vitesse de 1000 mètres par seconde. Il est presque impossible d'y échapper. Le Pantsir est capable de détecter une cible jusqu'à 80 km de distance, il peut acquérir jusqu'à 10 cibles par minute, et suivre jusqu'à 4 cibles en même temps.

Cependant, les Syriens ont dû limiter le déploiement de systèmes de défense aérienne et des systèmes de contre-mesures électroniques en raison de la menace pour les avions civils. L'objectif des contre-mesures électroniques est d'interrompre le signal satellite, laissant ainsi les missiles ou les bombes aériennes sans aucun moyen d'atteindre leurs cibles. Cependant, en raison du brouillage radar, des avions civils peuvent aussi devenir aveugles parce que leur trajectoire est corrigée à l'aide du GPS.

Alexey Leonkov, expert militaire du magazine Arsenal Otechestva : Les moyens de contre-mesures électroniques fonctionnent sur certaines fréquences et peuvent affecter des avions civils. Les Israéliens ont commencé leurs frappes au moment précis où les avions civils ont commencé à atterrir. Ces avions civils étaient près de Damas, ils ont attaqué l'aéroport de Damas. Officiellement, il n'y a plus de guerre là-bas, donc il n'y avait pas de restrictions pour l'atterrissage. 

Vadim Zavodchenkov : Grâce à la mise en œuvre précise et méthodique des systèmes de défense aérienne syriens, 14 des 16 bombes aériennes guidées ont été détruites, Alexey.

Journaliste : Je vous remercie. C'était Vadim Zavodchenkov sur les objectifs et moyens de l'agression israélienne. 


Soutenez ce travail en faisant un don, même modeste, et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire