All the content in ENGLISH is now published at resistancenewsunfiltered.blogspot.com

dimanche 10 février 2019

Hassan Nasrallah avertit Israël : l’Axe de la Résistance est prêt à la guerre

Entretien du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, le 26 janvier 2019, avec Ghassan Ben Jeddou, fondateur de la chaîne panarabe et anti-impérialiste Al-Mayadeen.

Cette interview en direct, très attendue en Israël et dans le monde arabe, a duré plus de 3 heures.

Traduction : sayed7asan.blogspot.fr

Voir l'introduction et la première partie de cette interview

 

Transcription : 

[...] Ghassan Ben Jeddou : Le plus souvent, Eminent Sayed, vous promettez à l'ennemi israélien que s'il agresse ou envahit (le Liban), la riposte sera foudroyante. Et durant votre dernier discours, le 10 novembre, vous avez confirmé cela, mais vous avez employé une formule notable : « Nous riposterons et vous le regretterez. » Que vouliez-vous dire par là ?

Hassan Nasrallah : Lorsque cela se produira, tout le monde verra clairement ce qui causera ces regrets. Il vaut mieux (ne pas être précis) et les laisser y réfléchir.
 

Ghassan Ben Jeddou : Encore une fois, Eminent Sayed, je ne vous demande pas de nous dévoiler votre plan militaire, mais que signifie qu'Israël va la regretter s'il attaque, et qu'il sera frappé par une riposte foudroyante ? 

Hassan Nasrallah : Il saura qu'il ne doit pas renouveler une telle agression, car le prix qu'il paiera pour cette agression sera beaucoup plus grand que ce à quoi il s'attendait.

L'un de mes propos ce soir sera justement de lancer un appel à Netanyahou et au nouveau chef d'état-major, et également à ceux qui les entourent au sein de l'entité ennemie, à ne pas faire d'erreur d'évaluation quant à ce qui se passe dans la région, surtout pour la question de la Syrie.

Mais terminons-en d'abord avec la question des tunnels, et nous aborderons ensuite ce point.


 Ghassan Ben Jeddou : Je vous en prie, au sujet du fait qu'Israël le regrettera, s'agira-t-il d'un regret global, d'un regret limité à certaines villes, à leurs entreprises, à leurs institutions, à leur infrastructure... ? Cela signifie-t-il qu'ils le regretteront (sur tous les points) de la Galilée à leur frontière la plus au sud avec Gaza ?

Hassan Nasrallah : Je vais t'emboîter le pas : laisse ton imagination aller aussi loin qu'elle le peut. [Rires]


 Ghassan Ben Jeddou : Oui, mais je ne suis pas expert en matière militaire pour savoir jusqu'où votre riposte pourra aller.

Hassan Nasrallah : En fin de compte, toutes les options restent ouvertes pour nous. Les Etats-Unis et Israël ont pour usage, dans leur arrogance et leur hybris, d'utiliser la formule « Toutes les options sont sur la table. » Aujourd'hui, l'Axe de la Résistance, sur tous les fronts, est en position d'affirmer que « Toutes nos options sont sur la table. » Toutes les options restent ouvertes.

Tout ce qui est nécessaire, avec raison, sagesse et courage également, car il arrive que certains essaient de dissimuler leur lâcheté derrière (une façade de) sagesse. Avec raison, sagesse et courage également, tout ce qui sera requis pour la résistance, la victoire et le renforcement de la dissuasion dans cette bataille, nous le ferons sans aucune hésitation.
 

Ghassan Ben Jeddou : Avec votre permission, lorsque vous parlez de résistance et de victoire, la résistance signifie-t-elle de dissuader l'ennemi de réaliser ses objectifs, au minimum de vous expulser (de Syrie) et de vous dissuader de manière définitive (d'y retourner) ? Et la victoire signifie-t-elle qu'Israël cesse définitivement toute agression (contre l'Axe de la Résistance) ?

Hassan Nasrallah : Nous nous perdons dans les détails. Vous parlez tantôt d'agression totale, de guerre, et vous nous demandez quels seraient nos objectifs face à une telle guerre (déclenchée contre nous) ; et d'autres fois vous ne parlez pas de guerre totale, mais de tentatives (israéliennes) de modifier les règles d'engagement, de frappes spécifiques et limitées visant à modifier les règles d'engagement.

Nous ne permettrons pas... Le premier point (la guerre) est une question majeure qui mérite d'être traitée longuement à part, mais en ce qui concerne le deuxième point, nous ne permettrons pas à l'ennemi de modifier les règles d'engagement, ni de nous imposer de (nouvelles) règles d'engagement. Les actions successives de la Résistance nous ont permis d'établir un certain niveau de dissuasion que nous devons pour le moins maintenir, voire renforcer en notre faveur, chaque fois que l'ennemi tente de modifier les règles d'engagement.
 

Ghassan Ben Jeddou : Comment est-il possible...

Hassan Nasrallah : Je parle ici du front libanais. Pour ce qui concerne Gaza, cela regarde nos frères de la Résistance, et pour ce qui concerne la Syrie, nous en parlerons en détail lorsque nous aborderons ce point. [...]


Extraits suivants sur Israël et la situation en Syrie à venir.

Soutenez ce travail en faisant un don, même modeste, et abonnez-vous à la Page Facebook et à la chaine Vimeo pour contourner la censure.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire